samedi 29 février 2020

LOURDE DEFAITE, DURE A L’AVALER ! (Laval 3 – SCT 0)

Consternation et colère du côté du Stade Le Basser, à l’issue de la rencontre, où l’on espérait une réaction toulonnaise, après l’encourageant 3-0 face à Villefranche. Au lieu de cela, on nous aura servi un piètre spectacle, dénué d’intérêt et sans l’envie qui aurait dû être de mise chez une équipe désireuse de jouer le maintien.
Le Sporting fait illusion pendant les 10 premières minutes de la partie, même si Laval alerte dès la 1ère minute, puis à la 7ème minute, le portier varois. Mais un pénalty un peu sévère vient redonner des couleurs aux tangos à la 12ème minute. Robic ne laisse aucune chance à Andreani qui plonge pourtant du bon côté.
Il faut attendre la 22ème minute pour voir une timide occasion toulonnaise. Et six minutes plus tard c’est Laval qui rate de peu le break.
Après la pause, le SCT change de tactique et fait rentrer du sang neuf avec Gomis et Bayo en lieu et place de Zouaoui et Muyumba.
Pourtant ce n’est pas mieux et on se prend un but d’école à la 51ème. Plus tard, on se demande encore comment l’attaquant lavalois a pu rater son duel, seul face à Andreani à la 75ème.
Gomis va tenter de porter davantage de danger devant les cages lavaloises mais sans succès.
Ranieri est remplacé par Preira à la 79ème. Et Laval se paye le luxe d’enfoncer le clou sur corner à la 83ème minute !
L’addition est lourde pour des toulonnais qui ont fait tourner le ballon jusqu’au bout et pour une équipe locale, certes bien en place, mais avec aussi beaucoup de déchets. Mais les joueurs de Laval se sont montrés réalistes et ont su se créer les occasions qui nous ont fait défaut.
On peut dire que ça sent vraiment les rillettes ! Pourtant la soirée aurait pu être excellente d’un point de vue comptable si les SCT avait fait le job, car nos concurrents directs ont tous eu la bonne idée de s’incliner… Ce manque de réaction a de quoi interroger et elle peut ressembler de l’extérieur à un sabordage en règle.
Il reste cependant encore 10 matches et un mince espoir de figurer parmi les meilleurs relégables. Il faut exploiter la moindre chance à fond et jusqu’au bout, car on sait que la situation financière de certains clubs amène chaque année son lot de surprise dans les relégations et dans les repêchages.
Vu que les dernières chances de maintien viennent de s’envoler, s’il reste une once de dignité et d’orgueil à cette équipe, nous lui demandons juste de faire le nécessaire pour ne pas finir dernière et il sera alors temps de s’en remettre au destin. Mais s’il vous plait, ne baissez pas les bras avant que d’avoir tout tenté, car à Toulon, cela n’a jamais fait partie de notre ADN.