samedi 15 février 2020

PLUS GOBI QUE RASCASSE – FC PAU vs SCT 3 – 0


Se rendre chez le second dans notre situation actuelle, n’était pas le scénario idéal pour se relancer (ou plutôt pour se lancer tout court). Mais de là à se prendre la première raclée de la saison…
Il y a belle lurette que la rascasse de pique plus, c’est un fait. Chaque joueur dans son coin tente de trouver la solution, tout seul. Les nouveaux, ont le sent, on envie de bien faire, mais le collectif semble faire défaut.
Pourtant, les Varois ont eu quelques phases de jeu intéressantes et même quelques superbes occasions.
Après un gros quart d’heure d’observation et pas grand-chose à faire pour les portiers, c’est Di Santantonio qui frappe de loin au but, le ballon est repoussé dans un premier temps dans les pieds de Karim Coulibaly qui rate l’immanquable à quelques mètres du but.
Peu de temps après, Geye en pleine lucarne troue les filets toulonnais sur un superbe coup-franc. (21’)
Suite à un corner Di Santantonio fait une belle reprise mais il manque le cadre.
A la demi-heure de jeu sur un corner palois, le break est fait à l’aide d’une superbe tête d’Antoine Batisse. (30’)
Et sur la remise en jeu, Coulibaly place une vilaine semelle et l’arbitre décide alors de l’exclure de la partie. Très sévère, mais à 2-0 et avec un joueur en moins, l’entreprise est plus que compromise. La question est de savoir combien d’autres on risque de se prendre…
Coaching gagnant en seconde période puisque Jarju vient crucifier les Toulonnais à la 64ème minute suite à un joli mouvement accompli en pleine passivité de la défense toulonnaise.
Andréani aura encore des occasions d’être à la parade au cours de cette 2ème période et sauve son équipe d’un bilan plus lourd.
A la 69ème Rayan Philippe nous gratifie d’un festival et décroche une frappe magnifique qui s’écrase lourdement sur la transversale. Un des rares traits de génie de la partie côté varois.
A la 74ème un coup franc de Muyumba bien négocié aurait pu connaître un meilleur sort.
La fin de la partie est un long chemin de croix. Le Sporting est maintenant bien assis dans l’ascenseur pour l’échafaud tandis que les irrésistibles palois filent vers leur destin et des lendemains heureux. Nous leur souhaitons toute la chance qu’ils méritent.
Quant à notre équipe, elle a de plus en plus des allures de gobi plutôt que de rascasse (petit clin d’œil à mon cousin munichois). Que nous reste-t-il dans cette saison en bois ? Rien, plus rien !
En revanche, il nous semble urgent de commencer à se retrousser les manches et à préparer la saison prochaine en N2. Car, on peut faire des erreurs, se planter complètement une saison, mais pas deux de suite !
Claude, si tu nous lis, nous attendons rapidement du concret pour la saison prochaine. Quel que soit le projet pour le club, il se prépare dès maintenant, il faut montrer que la dérive n’est pas définitive et que le Sporting a encore les moyens de prendre de vraies décisions, cohérentes et audacieuses et qu’il ne baisse pas les bras.

Article FRANZ A.

jeudi 13 février 2020

WEEK END DU 14 FEVRIER 2020 : AURONT ILS DU PAU ?

22 EME JOURNEE

ADVERSAIRE : PAU FC



CLASSEMENT : 2 EME AVEC 41 POINTS
                                                                         Source FB SCT


BIOGRAPHIE : Le Pau Football Club (souvent abrégé en Pau FC) est un club de football français fondé en 1920 et basé à Pau, préfecture du département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine. Le Pau FC tire ses origines du patronage catholique des Bleuets-de-Notre-Dame-de-Pau, qui hissa le football béarnais et du Sud-Ouest au plus haut niveau amateur, avant de donner naissance au FC Pau en 1959. Depuis cette date, la devise du club est « Vaincre ou sourire ».
Le Pau FC évolue de nouveau en championnat de France de football National depuis la saison 2016-2017, après avoir passé huit saisons en National 2 entre 2008 et 2016. 



RESULTATS PRECEDENTS :
N/N/V/V

JOUEUR A SUIVRE : CHEIKH TIDIANE SABALY  MILIEU /10 buts 


Source foot national.com

ARTICLE DAVID D



lundi 10 février 2020

RENCONTRE BOUDJELLAL / JOYE



Dans le cadre d’envisager la saison prochaine au Sporting, une saison d’ailleurs déjà pratiquement jouée, les Socios sont allés à la rencontre des deux projets autour du club. Ils agitent en ce moment la sphère toulonnaise et divisent les supporters.
Dans un souci d’information auprès des petits actionnaires, nous allons vous les présenter. Il ne s’agit pas de nourrir la polémique mais plutôt de rendre compte notre entretien avec Mourad Boudjellal et Claude Joye.
C’est un Mourad Boudjellal au CV impressionnant et auréolé des succès qu’on lui connaît avec le RCT, qui nous accueille. Il nous confirme alors son intention de reprendre la maison Sporting pour la ramener aux sommets, qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Il pense d’ailleurs utiliser certaines recettes qui ont bien fonctionné avec le RCT et les appliquer au football local. Après avoir fait le ménage de fond en comble du côté de l’avenue Aristide Briand, Monsieur Boudjellal compte faire fonctionner son impressionnant carnet d’adresse pour ramener du côté de la rade, de gros investisseurs prêts à s’engager sur du long terme. Fort de ses contacts et de son potentiel médiatique, il sera alors temps de gérer le sportif et attirer un certain nombre de joueurs capables de faire la différence. Il s’étonne de constater que l’image du Sporting ne soit pas plus mise en avant et que le côté marketing soit délaissé ou plutôt sous employé. Si le RCT est devenu une imposante machine de produits dérivés et qu’il se soit imposé dans le paysage sportif français et européen, c’est bien avant tout, parce qu’il suscite de l’intérêt et de l’engouement grâce à une politique de communication et de merchandising bien exploitée. Le Sporting risque d’être son dernier gros challenge. Il l’a choisi car c’était le plus difficile et notre homme aime les défis. Il sait aussi tout le potentiel qui pourrait exister autour du projet. Il est très surpris par le nombre de messages qu’il reçoit depuis qu’il a publiquement déclaré son envie de présider aux destinées du SCT. Le Sporting fait partie de l’histoire de Toulon et il est temps d’occuper la place vide laissée entre l’OM et l’OGC Nice. Redonner à Toulon l’équipe qu’elle mérite et hisser le SCT aux portes de la L1 d’ici cinq ans, voilà l’ambition qu’il cultive. Vendre du rêve, faire de chaque match un évènement, créer du spectacle et faire du stade un lieu populaire où chacun pourra venir en toute sécurité, y compris les supporters d’autres équipes, c’est la mission qu’il s’est fixée. Sur ce point, Mourad Boudjellal souligne la triste situation de Bon Rencontre, un stade inadapté, sans aucun parking, ni navettes gratuites, une coquille vide qui rebute bon nombre de Toulonnais et un manque d’attractivité sportive qui contribue à le vider de plus en plus chaque semaine.
Même si pour le moment le club n’est pas encore à vendre, Mourad Boudjellal reconnaît l’apparente bonne santé financière du club. Ce qui le chagrine d’avantage ce sont les quelques prud’hommes en cours qu’il ne maîtrise pas. Pour la saison prochaine, il demande clairement à Claude Joye de partir dignement, la tête haute et lui propose une sortie honorable. Il affirme pour cela avoir l’appui de la mairie et de nombreux toulonnais.

Nous savons qu’entre temps, les deux hommes se sont enfin rencontrés. Monsieur Boudjellal a pu ainsi approcher de plus près les réalités d’un club de football et évoquer avec notre actuel Président la situation à tous les étages.

Quelques jours après, nous avions pris rendez-vous avec Claude Joye. Nous sommes revenus sur cette saison catastrophique concernant l’équipe de National. Pour le recrutement du début de saison, il a confirmé avoir pris, avec la cellule de recrutement, les bonnes décisions en écartant volontairement des joueurs ayant évolué au-dessus. Mais certains choix se sont avérés malheureux. Il admet qu’aujourd’hui les nouvelles recrues sont une satisfaction et que l’on remarque un mieux sur le terrain. Pour l’année suivante, Claude Joye n’a pas l’intention d’abandonner le club, même en cas de descente en N2. S’il reconnaît un déficit de communication, il est aussi conscient de la
complexité de la situation actuelle et réaffirme son étonnement sur la manière de procéder de Mourad Boudjellal.

Son bilan, au niveau de l’association, est plutôt satisfaisante avec un nombre historique de licenciés (près de 900) et des résultats chez les jeunes plutôt intéressants. Le SCT est bien le premier club du département.
Sur la rencontre entre Mourad Boudjellal et Claude Joye, on retiendra un premier rapprochement sachant tout ce que pourrait amener le patron du RCT.

Mais on sait aussi que Claude Joye a l’avantage de connaître le terrain et les rouages d’un club de foot. De là à imaginer que les deux pourraient travailler ensemble sur un projet commun, il reste encore un grand pas à franchir.

Les portes restent ouvertes, entre temps il y aura des élections locales, et on peut se demander si la mairie viendra arbitrer le débat. Quoiqu’il en soit, l’équipe dirigeante actuelle ne ménage pas ses efforts et espère toujours un maintien possible. Là-dessus au moins, tout le monde est d’accord…

Le bureau SOCIOS
        

mercredi 5 février 2020

WEEK END DU 7 FEVRIER 2020 : 3 POINTS POUR L 'ESPOIR ?

21 EME JOURNEE

ADVERSAIRE : USL DUNKERQUE

                                                                      FB SCT


CLASSEMENT : 1 ER AVEC 40 POINTS

BIOGRAPHIE : L'Union sportive du littoral de Dunkerque, couramment abrégée en USL Dunkerque ou USLD, est un club de football français fondé en 1900 sous le nom de US Malo-les-Bains. En 1919, ce club s'associe avec le Stade dunkerquois pour former l'US Dunkerque-Malo, qui s'illustre particulièrement en Coupe de France dès les années 1920., Le club, devenu US Dunkerque après une nouvelle fusion , il faut attendre 2013 pour que les locataires du Stade Marcel-Tribut retrouvent le National, niveau auquel ils évoluent depuis.                                         
                                
RESULTATS PRECEDENTS :
V/V/V/N


JOUEUR A SUIVRE : DIMITRI BOUDAUD  MILIEU OFFENSIF  9 buts 

                                      
                                                      FOOTBALLDATABASE


ARTICLE DAVID D.

dimanche 2 février 2020

Bourg en Bresse - SCT :Les cinq dernières minutes

Je me demandais ,avant l’entame de ce match ,comment l’équipe allait réagir avec les événements extra-sportif qui entourent le club, depuis un certain temps et qui se sont accélérés cette semaine... Il ne faut pas se voiler la face ,ce n’est pas avec ces événements que l’on aborde un match dans de bonnes conditions. Les joueurs ont déjà la pression sur le terrain et par rapport aux résultats depuis le début de la saison... Eh bien dans le premier quart d’heure , cela ne s’est pas ressenti car on a vu un beau jeu, de l’envie Bourg été pris à la gorge, mais petit à petit les joueurs ont commencé à reculer et au bout de la énième incursions dans le camp toulonnais, Bourg marque 1-0 . On a commencé à voir ou plutôt ressentir sur le terrain un certain découragement des joueurs toulonnais... Heureusement que la mi-temps fut sifflée. La deuxième mi-temps fut grâce a des changements, tout à fait différente, les toulonnais ont dominé .. On sentait rapidement que Bourg allait craquer qu’il ne manquait que le but et il a fallu attendre la 85 ieme minute. Sur un cafouillage dans la surface de réparation Bayo marque...
Le peu de toulonnais présents au match exultent Tous pensant que le plus dur était fait ,même certes si on avait besoin d’une victoire, il ne fallait surtout pas perdre !
Mais c’était sans compter sur la détermination de Bourg sur La seule incursion de la deuxième mi- temps, Bourg sur un contre marque deux minutes plus tard..
Ce fut le coup de massue un silence de mort dans la tribune côté toulonnais.
L’arbitre siffle cinq minutes plus tard la fin du match . Certains joueurs étaient en pleurs.
Vont ils s’en remettrent ... N'est ce pas là , la défaite de trop... Moralement et comptablement ... La saison n’est pas finie mais le gouffre se rapproche dangereusement....


ARTICLE / ROMUALD L
Vu par Delio Toulon à 09:15