dimanche 12 janvier 2020

L’ETOILE N’A PAS CONDUIT AU MIRACLE – SCT 0 – Red Star 1






Point d’épiphanie pour le Sporting ! La victoire tant désirée et fêtée copieusement en avance dans les tribunes nous a encore échappé. La grosse ambiance, la réception du Red Star et les nouvelles recrues sur le terrain était pourtant le parfait cocktail pour débuter « un nouveau championnat ».
Rien à dire sur le 12ème homme, pas grand-chose à reprocher à nos joueurs. Ils ont livré une bonne première période, on a retrouvé un milieu, on a eu des accélérations et des sensations devant, mais toujours sans efficacité, puis cette difficulté à tenir tout le match et cette fâcheuse habitude d’encaisser un but assassin entre la 60ème et la 75ème minute.
Beaucoup de frustration, de déception et un horizon bouché à l’issue de la rencontre. Les solutions sont difficiles à envisager. On semble mourir à petit feu…

Composition SCT : Andreani – Leleu – Sahnoune – Zouaoui – Etcheverria – Muyumba – Moulet – Ech Chergui (Pioton 65’) – Ranieri – Delgado (Barbier 81’) – Gomis.
CJ SCT : Muyumba (3’), Ranieri (14’)
CJ Red Star : 26’, 61’, 72‘.
But Red Star : Verdier (63‘)

A la 4ème minute, un coup-franc hyper chaud lance Delgado, une faute sur ce dernier aurait pu être sifflée, mais l’arbitre n’était sûrement pas encore parfaitement entré dans son match…
A la 16ème c’est Gomis qui adresse un magnifique centre qui ne trouve pas preneur.
Mais le plus incroyable arrive à la 21ème minute. Sur un contre terrible, deux attaquants du Red Star se lancent pour aller défier Andreani. Le but est imminent et pourtant notre valeureux gardien parvient à se jouer des deux joueurs et repousse leurs velléités d’une manière dont il a seul le secret.
Sur un coup-franc toulonnais (27’) une tête est toute proche de créer la surprise.
30ème Shanoune tente lui aussi une tête cadrée, mais elle est parfaitement repoussée.
Andréani sort en corner un beau tir (34ème)
Cette première période est porteuse d’espoir. On a retrouvé un milieu et on a même vu Moulet retrouver ses fondamentaux. Muyumba intercepte et distribue, Ranieri est capable de belles accélérations et Etcheverria prend son couloir et adresse de jolis centres bien ajustés (et il va monter en puissance en seconde période).
A la reprise, Ranieri centre pour Gomis qui rate une belle opportunité (49’).
Mais voilà, le Red Star, solide, qui s’est peu découvert et qui procède en contre, vient prendre tout le monde de vitesse pour un face à face avec notre gardien, qui, cette fois, ne peut rien face à Verdier. Tranquillement, il ajuste et crucifie les espoirs du Sporting.
Les Toulonnais tentent de réagir. Etcheverria bute sur le gardien à la 75ème, Pioton manque sa tête sur un bon centre de Ranieri (79’) et en toute fin de match Etcheverria, surpris d’avoir le ballon en si bonne position, ne peut ajuster.
On notera encore une belle sortie d’Andreani à la 78ème minute.

Le Sporting a raté son rendez-vous. Le Red Star, qui affiche des ambitions, n’était peut-être pas le bon client pours se mettre en confiance et se remettre en selle. Le Red Star était pourtant loin d’être une étoile filante, insaisissable. C’est simplement une équipe solide, qui joue tranquille en attendant son heure, qui lâche quelques contres bien sentis et qui sait convertir les occasions en but.
Le Sporting aurait pu jouer une heure de plus que rien n’aurait changé. Tant qu’un finisseur ne fera pas son entrée sur la pelouse, on pourra continuer à s’épuiser longtemps et à décrier notre inefficacité chronique. Ce sentiment de gâchis est amer et de plus en plus compliqué à vivre pour tous les amoureux du Sporting.


ARTICLE  ET PHOTOS FRANZ A.