dimanche 15 décembre 2019

DANS LA GUEULE DU LYON – SCT 1 / LYON DUCHERE 1



LE MAINTIEN EST OBLIGATOIRE !
Nous ne pouvons pas accepter une autre situation...
Que tout le monde retrousse ses manches .
Forza TOULON

La présidente de l'association des SOCIOS NOËLLE MOUTON






Les Toulonnais ont légitimement cru tenir leur 1ère victoire de la saison. Tous les clignotants étaient au vert avec un petit coup de pouce du destin : un pénalty arrêté par Andréani, un carton rouge suite à une agression sur Fall et un joli but de Delgado. Mais voilà, pas de cadeau de Noël pour les supporters de BR, car réduits à 10, les lyonnais reviennent au score sur une de leur rare occasion en fin de partie. Cruel et décevant, incompréhension devant cet acharnement du sort qui met le moral dans les chaussettes.
Pourtant, pour leur dernier match à domicile dans la série des matches aller, les joueurs Azur et Or affichent d’entrée une belle dynamique et nous gratifient d’une très belle première période. Du mieux dans le fond de jeu, du mieux dans les placements et le tout récompensé par un magnifique travail de Gomis, qui transmet un caviar de centre à Delgado, qui trompe le portier lyonnais d’une tête déterminante (10’).
Grosse frayeur ensuite, lorsqu’un attaquant lyonnais part hors- jeu pour venir défier Andréani. Celui-ci n’a d’autre solution de le stopper irrégulièrement, ce qui provoque un carton jaune et un pénalty. Mais notre valeureux gardien se fait justice lui-même puisqu’il va arrêter la balle ! On se dit alors que ce soir va être enfin notre soir. On tient là le tournant du match…
33ème minute, Gandi tacle grossièrement Fall qui se blesse, il écope d’un carton rouge mérité. Notons l’état d’esprit de guerrier d’Alioun, qui ne quitte pas pour autant la place.
En fin de période Gomis rate une belle occasion de se mettre à l’abri.
La seconde période voit encore une superbe occasion pour Gomis bien placé, qui profite d’une erreur de la défense, mais qui tire au-dessus. Notre attaquant est pourtant à créditer d’une bonne partie, avec un peu plus de réussite il aurait pu à lui seul faire basculer le match…
Mais c’est Ezikian, semble-t-il aidé de la main, qui vient crucifier Andréani et remettre les pendules à l’heure à la 81ème.
Dommage, rageant et injuste ! L’équipe a prouvé encore une fois sa valeur sur le terrain, même certains joueurs qui, comme Moulet, étaient un peu en-dessous dernièrement, ont retrouvé des automatismes. D’autres ont eu, sans doute, à cœur de contester sur le terrain, les allégations peu élégantes de leur entraineur dans la presse.
Le malaise dans les vestiaires, le coaching souvent incompréhensible, le manque de réussite sont venus priver les joueurs et leurs supporters de leur cadeau de Noël. Il ne reste plus qu’une seule occasion de finir l’année sur un petit espoir : aller gagner à Quevilly Rouen vendredi prochain…
Juste avant la trêve et la venue de quelques recrues pour repartir de l’avant… Là il y a urgence, surtout que le dernier Le Puy est allé gagner chez le leader Pau et que notre pauvre Sporting s’enlise dans les bas-fonds du championnat. Une dernière place peu reluisante et une situation que l’on supporte de moins en moins. L’écho des tribunes vendredi soir est à prendre en compte… L’orage gronde, il risque d’enfler…


Article FRANZ A.