samedi 9 novembre 2019

LE SPORTING LA TÊTE DANS LE SEAU – LE PUY SCT 0-0



La 1ère victoire tant attendue ne sera encore pas pour cette semaine. Portant en rencontrant un autre mal classé, on pouvait espérer faire mieux et engranger nos premiers trois points. Mais encore une fois, le Sporting n’a joué qu’une mi-temps, livrant sur la deuxième un jeu si faible que la partie en devenait ennuyante surtout qu’en face, l’équipe locale ne faisait guère mieux.

Bref pas grand-chose de bon pour augmenter le capital confiance, si ce n’est la satisfaction de voir enfin Diallo peser sur la défense adverse et de voir une équipe mieux placée et qui sait prendre l’ascendant durant quelques phases intéressantes en première période. Ensuite, nous ne sommes pas entraineur et il ne nous appartient pas de discuter les choix du coach, mais attendre la 92ème minute pour faire entrer Caumet, c’est vraiment dommage…


Composition SCT : Andréani – Zouaoui – Ouasfane – Medoukali – Fall – Mambu (Gomis 67’) – Bayo – Barbier (Caumet 92’) – Saumaré – Diallo
CJ SCT : Ouasfane (12’)


LES LUEURS D’ESPOIR DE LA PREMIERE PERIODE


Au bout de 10 minutes d’observation et de crainte mutuelles, Dufau déborde et vient sérieusement inquiéter Andréani qui sort en corner. C’est la première occasion franche de la partie et elle conclue une très belle construction ponote.

Le match est assez plaisant avec du rythme et une vitesse sans doute accrue par l’état de la pelouse qui permet aux ballons de fuser.

A la 18ème minute, les Toulonnais portent enfin le danger dans le camp ponot. Fall s’échappe et centre pour Diallo au 1er poteau. Diallo place une bonne tête que L’Hostis met en corner.
Les Toulonnais commencent alors à camper dans le camp adverse et s’imposent davantage dans le match. Mais les locaux ne restent pas inactifs à l’image de Sall qui profite d’une mauvaise relance de la défense varoise pour tenter une reprise de volley. (23’)
34’ : Diallo essaye de prendre tout le monde de vitesse mais il se heurte à un dernier défenseur.
37’ : c’est Dufau qui remet pour la tête de Patrao mais heureusement le portier toulonnais est aux aguets.
38’ : Diallo tente sa chance mais dans un angle très fermé, la réussite est difficile.
Juste avant la pause, Andreani doit s’y reprendre à deux fois pour capter une balle insidieuse.
Le bilan de la période n’est pas mauvais, même si l’on regrette encore le manque d’occasions franches. En revanche, on peut souligner une meilleure circulation de balle côté toulonnais avec un jeu plus offensif et tourné vers l’avant. La période est assez équilibrée, chaque équipe a eu son moment. Le terrain très gras n’est sûrement pas facile à jouer, mais il va falloir trouver la faille en seconde période.
Hélas, elle débute sur une erreur de marquage de la défense toulonnaise, ce qui procure aux locaux une belle occasion.

A la 50ème minute, Diallo transmet un bon ballon à Barbier qui met en sortie de but.
On se fait peur sur un coup franc de Dufau avec un gros cafouillage dans le camp toulonnais (54’)
57’ : Diallo, très en vue ce soir, sert bien Bayo, qui glisse au moment d’armer.
On note une baisse de rythme et on observe beaucoup de déchets chez les Ponots.
67’ : Gomis remplace Mambu et à la 72ème minute une terrible frappe est décrochée par El Khoumisti heureusement sans effet.
78’ : Soumare hérite d’un superbe ballon suite à un corner. Il peut reprendre de la tête, il est idéalement placé mais L’Hostis sauve son équipe à bout portant.

Dans les arrêts de jeu un corner donne des frissons dans le camp toulonnais, mais on en restera là avec un partage des points logique sur l’ensemble du match.
Sans vouloir accabler quiconque il faut reconnaître que Barbier est loin d’être au mieux de sa forme et que Gomis n’a pas apporté grand-chose lorsqu’il est entré. Les autres joueurs ont fait leur match avec une mention spéciale pour Diallo et Soumaré.

Le Sporting n’a pas perdu, mais ce nul n’arrange aucune des deux équipes qui sont toujours engluées dans la zone rouge. Cette première victoire, il va falloir aller la chercher à domicile face à Boulogne.
Si des signes d’encouragement sur le terrain sont notoires, il n’en demeure pas moins que les situations de but sont encore trop sporadiques et que le jeu proposé en seconde période manquait d’inspiration. Il va bien pourtant falloir engranger des points et vite sous peine d’obérer les chances de se maintenir en National.


CR FRANZ A.


mercredi 6 novembre 2019

WEEK END DU 8 NOVEMBRE 2019 : OPERATION 3 POINTS

13EME JOURNEE


ADVERSAIRE : Le Puy Foot 43 Auvergne

SOURCE FB SCT



CLASSEMENT : 18 EME AVEC 6 POINTS

BIOGRAPHIE 

Le Puy Foot 43 Auvergne est un club de football français basé au Puy-en-Velay qui a pris ce nouveau nom à la suite de la fusion entre l'USF Le Puy et l'AS Taulhac en 2009.
Le Président est Christophe Gauthier et l'entraîneur Roland Vieira.
Le 25 mai 2019, le club entraîné par Roland Vieira valide son accession en National pour la saison 2019-2020.

RESULTATS PRECEDENTS :
D/D/N/D

JOUEUR A SUIVRE : TONY DO PILAR PATRAO / ATTAQUANT  / 6 buts .

Source : hauteloirefootball.fr


samedi 2 novembre 2019

LE BAL DES PROMUS – SCT 2 / BASTIA BORGO 2


Crédit photo Romuald L.




Si c’est à la fin du bal que l’on paye les musiciens, on peut dire que le résultat est logique et équitable. Le match fut une valse à deux temps. Le premier mouvement a été orchestré par une équipe corse très à l’aise avec une audace frisant parfois la démonstration, qu’essayait de suivre un Sporting claudiquant dans ses chaussures trop grandes. Il livre là une de ses plus piètres prestations de la saison.

Le second mouvement sera un autre air et les Toulonnais emballent la partition et imposent un rythme qui va souvent laisser les Corses dépassés et incapables de rentrer dans la danse.

A chacun sa période. On retiendra l’excellente mais cela devient une habitude, prestation de Florian Andréani, la saine réaction des Toulonnais qui permet d’arracher le nul et qui auraient pu même prétendre à mieux avec d’avantage de réussite, le vilain geste sur Guilavogui qui doit céder sa place et enfin un récital d’émotions à BR tel que l’on ne l’avait pas connu depuis longtemps...

Ouadah et Andreani sur le devant de la scène et un Sporting inquiétant.

Pourtant, tout commence parfaitement (2’ avec un coup-franc bien placé tiré par Ouasfane, qui sème la panique dans la surface corse. Le cafouillage causé ne donne rien. Dommage !

Aux 5ème et 14ème minutes, Andréani s’emploie à sortir le grand jeu pour sauver son équipe de la correction. Mais il ne peut rien faire face à Cropanese qui, en toute logique, ouvre le score (27’).

Ouadah, le vaillant petit ailier bastiais fait tourner en bourrique la défense toulonnaise et sollicite encore Andréani qui déploie un réflexe parfait à bout portant.

La construction du jeu varois, les faits de jeu toulonnais sont d’une pauvreté que le public commence à manifester son mécontentement devant ce néant.
Il faut attendre la 41ème minute pour voir le 1er tir toulonnais. Moulet tente sa chance de loin et il a deux doigts de surprendre Milosavljevic.

Peu avant la pause, les Toulonnais finissent mieux et une suite de corners oblige le portier insulaire à une superbe parade.

Mais sur l’engagement, un superbe mouvement corse offre à Ouadah l’opportunité d’une superbe demi-volée qui crucifie Andréani. (45’)

Une période à sens unique avec des Corses qui jouent bien, dangereux et affutés et des Toulonnais à la peine, incapables de tenir un ballon, de gagner les duels et de créer le moindre danger. Quelle tristesse !

A la pause on commente aussi la belle performance de notre gardien sans lequel la note aurait dû être bien plus salée… Mais à 2-0 on se demande comment les Toulonnais vont s’en sortir au vu de leur prestation.


La superbe réaction des Toulonnais, synonyme d’espoir.

On espère à la reprise un sursaut d’orgueil des Toulonnais. Hélas, les premières minutes ne semblent pas aller dans ce sens. Ouadah fait encore beaucoup de mal à la défense toulonnaise et crée une situation de but mal exploitée (46ème).

Une minute plus tard, Andréani se couche pour limiter la casse. Cela commence à faire désordre. Mais un coup du sort va intervenir en faveur des Varois.

Moulet est taclé par derrière en pleine surface et le point de pénalty est indiqué sans hésiter. Zouaoui le transforme avec un superbe contre-pied (58’).
La réaction toulonnaise exprime le vent de révolte entrevu depuis quelques minutes et vient relancer le match.

Exploitant une mauvaise relance, Diallo passe intelligemment pour Guilavogui qui arrive en fin de course. Il envoie un missile qui ne laisse aucune chance au gardien corse et qui renverse complètement la situation. (65’).

Le match devient fou, quand une main est signalée dans la surface et l’arbitre donne un second pénalty aux Toulonnais. Moulet se charge de la sentence mais, Milosavljevic plonge du bon côté (69’) et prive ainsi les Toulonnais de mener au score.  

Il reste encore du temps pour faire basculer le match et les Corses ont bien du mal à contenir la furie toulonnaise. Ils sont contraints à de mauvais gestes comme avec cet attentat sur Guilavogui à la 74ème qui exige le carton rouge. Le vaillant Toulonnais est sorti sur une civière (plus de peur que de mal au final). 

                                              Photo Noëlle M.





Diarrassouba est logiquement expulsé et c’est à dix que les Bastiais vont devoir tenir.

Le score ne bougera plus et c’est même les Toulonnais qui vont se créer une dernière frayeur en laissant le champ libre à Ouadah qui remet à Odzoumo, mais le portier toulonnais veille…

Malgré quelques belles tentatives pour l’emporter, les Toulonnais ne pourront faire mieux que le partage des points. Le Sporting revient sans doute de loin, mais peut aussi nourrir quelques regrets.  


Dans tous les cas, la réaction de la seconde période, laisse entrevoir de belles choses au niveau mental et tactique. Le travail du nouveau coach pourrait enfin être payant la semaine prochaine au Puy en Velay, où le Sporting est encore invité à un bal entre promus… Gageons qu’ils pourront, cette fois, mener la danse pendant 90 minutes. 

C’est tout ce qu’on leur souhaite… 


CR FRANZ A.