dimanche 27 janvier 2019

Oh Merde !



Quand tu portes le maillot azur et or, il est de ces rencontres que tu te dois d’honorer par une victoire. Tu n’as pas le choix ! Les supporters étaient venus le rappeler aux joueurs au départ du car, étant privés de déplacement. Mais de toute évidence, cette équipe-là n’a manifestement pas pris conscience de l’enjeu. Elle a bafoué l’histoire et la tradition toulonnaises avec tant d’opiniâtreté qu’elle a frisé l’affront public et le mépris de ses couleurs.

Et par pitié, que l’on ne mette pas ce non match sur le dos du seul Goncalves, qui certes gaspille des occasions immanquables, car c’est toute l’équipe qui est passée lamentablement au travers. A n’y rien comprendre, même notre défense, pourtant aguerrie, a pris l’eau de toute part en seconde période de manière incroyable. Notre attaque qui semblait avoir fière allure, a été incapable d’aller trouer la plus mauvaise défense du championnat. Quant au milieu, il a trop souvent été à la peine pour provoquer des ouvertures et avoir une lecture du jeu cohérente. Peu d’envie, peu de fierté, un jeu pauvre, je ne reconnais plus mon équipe, je souffre avec elle, tout en nourrissant colère et frustration. Je crains que le mal ne soit plus profond et je suis inquiet pour la suite du championnat…


Revenons sur le derby en retard. Jouer l’OM à l’époque où nous aurions dû le faire aurait sans doute connu une fin plus heureuse avec un Sporting le vent en poupe et des Olympiens en plein doute. Aujourd’hui c’est le Sporting qui n’est pas au mieux de sa forme qui se présente sur le magnifique synthétique de l’OM Campus.



Composition SCT : Andréani – Medoukali (Pinheiro 75’) – Ouasfane – Sahnoune – Diop – Zouaoui – Seibou – Pollano (Guilavogui 46’) – Gomis – Goncalves – Michel (Preira 58’)
Carton Jaune SCT : Sahnoune 67’
Cartons Jaunes OM : 72’ et 74’


Quelle idée d’avoir arrosé autant la pelouse avant le match ! Difficile avec ce ballon qui fuse tant, d’assurer des passes. La première alerte est cependant varoise avec Goncalves qui s’échappe mais qui, gêné par le dernier défenseur, ne peut cadrer son tir qui passe largement au-dessus. (3’)

La plus grosse occasion toulonnaise se situe à la 16ème minute. Goncalves passe avec brio toute la défense olympienne en revue pour venir défier Escales. Son tir cadré, s’écrase malheuresement sur le poteau !

Le reste de la période est peu intéressante tant le jeu de part et d’autre est ennuyeux et pauvre.
A la 41ème minute, grosse frayeur pour les Toulonnais quand deux joueurs marseillais se trouent sur un centre parfait.

A la toute dernière minute, c’est l’OM qui se procure sa première véritable occasion avec un tir puissant qui finit sa course au-dessus de la barre transversale d’Andréani.

On ne peut pas dire que les gardiens aient été particulièrement sollicités durant les 45 premières minutes.

Après la pause, Marseille commence à y croire. Andréani sort le grand jeu avec une somptueuse parade à la 54ème. Les locaux comment à mettre la pression aux Toulonnais.

Gomis tente un tir, mais bien trop mou pour inquiéter Escales (54’).

Le SCT ne maîtrise plus le jeu. Pourtant à la 58ème minute l’action en pleine surface marseillaise aurait pu connaître un meilleur dénouement. Mais dans le cafouillage, aucun pied n’est capable de pousser le cuir au fond.

L’OM devient dangereuse et joue bien, la défense toulonnaise est souvent surprise et on croit rêver devant la facilité avec laquelle les Marseillais arrivent dans la surface de réparation. Fort heureusement ils sont plutôt maladroits dans le dernier geste…

En fin de match ils se créent une très belle occasion à la 88ème minute, mais le tir est bien capté par l’impeccable Andréani.

Côté azur et or, c’est Goncalves qui vendange deux occasions immanquables en faisant de mauvais choix. Tout d’abord à la 84’ où il parvient avec une aisance incroyable à doubler toute la défense, le but semble ouvert mais il tire en force au-dessus !

Et à la 89’ Pinheiro lui ouvre lumineusement une voie royale, l’attaquant toulonnais se présente seul face à Escales. Au lieu de le dribbler il préfère essayer de le lober et sa balle en cloche passe encore hors du cadre ! Rageant !


Voilà une soirée bien décevante tant sur le plan comptable que sur la manière. Nous n’avons pas vu le visage d’une équipe qui joue la montée. Certes le championnat est loin d’être terminé et il reste beaucoup de points à prendre. Dans quel état d’esprit le Sporting va-t-il affronter un nouveau derby la semaine prochaine ? Nous rêvons qu’il fasse taire nos inquiétudes et nos doutes de manière nette et précise. En espérant qu’il en ait les moyens et l’envie…

CR FRANZ A