dimanche 22 avril 2018

Eprouvant!




                                                                       Photo NM



Entre un Sporting devant gagner à tout prix, une équipe de Paulhan Pézenas ne voulant pas mourir et un œil attentif du côté de Fréjus/Marignane, la soirée du supporter jaune et bleu ne fut pas de tout repos et a apporté son lot d’émotions, le faisant passer de l’espoir, à la frustration puis du doute à la délivrance. Rarement une fin de match fut aussi crispante au vu de l’enjeu pour finir en apothéose sur le fauteuil du leader à trois journées de la fin !


Composition SCT : Viviani – Sahnoune – Atlan – Ouasfane - Fall – Palhares – Bayo – Djaballah (Belhadj 82’) – Gomis (Adim 66’) – Diallo – Preira (Guilavogui 75’).

Buts SCT : Preira (13’) – Diallo (55’) – Belhadj (91’)
But ESSP : 70’

Cartons Jaunes SCT : Diallo (23’)
Cartons Jeunes ESPP : 82’, 83’


Nos pom-pom girls ;)



Deux équipes aux ambitions contraires : une devant gagner coute que coute si elle veut conserver une chance de montée et l’autre voulant échapper à la relégation. Deux objectifs différents et des moyens différents.
A ce stade, les Toulonnais sont en pleine confiance et restent sur une dynamique intéressante mais ils savent aussi qu’il faut se méfier d’une équipe blessée qui va jouer sa survie.
Ce sont les visiteurs qui vont tirer au but les premiers à la 10ème minute et Viviani va pouvoir repousser la balle.

L’inévitable Bruno Preira ouvre enfin le score à la 13ème minute. Très en forme depuis quelques matches, il a souvent été décisif dans les rencontres précédentes.














A la 33ème minute Palhares est à deux doigts d’aggraver le score mais sa balle passe juste au-dessus.
34ème c’est le premier corner visiteur de la partie provoqué par une de leur rare incursion dans le camp toulonnais. Il faut dire que les Varois ne leur ont guère laissé d’espaces de jeu au cours de la première demi-heure, presque exclusivement jouée dans le camp de l’ESPP.

Photo NM

41ème une bonne intervention de Palhares qui transmet au cordeau pour Preira, mais ce dernier rate son duel face au gardien, alors que tout le stade voyait la balle déjà au fond.
Mais ce n’est que partie remise. Sur un bon coup-franc toulonnais à la 55ème minute, le ballon est déposé sur la tête de Diallo qui ne se fait pas prier pour doubler la mise (2-0).
Encore une belle occasion vendangée, deux minutes plus tard avec un judicieux une deux entre Gomis et Diallo, mais Diallo bute malheureusement sur le gardien, alors que le but semblait facile.




Encore Diallo en bonne position à la 60ème ne peut tirer car victime d’une obstruction.
En cette seconde période, les toulonnais jouent un peu facilement et semblent moins concentrés. Peut-être font-ils un péché d’orgueil face à leurs adversaires dépassés ? Et Paulhan commence à montrer le bout du nez et Viviani doit s’envoler pour capter une balle vicieuse à la 65ème.


Et justement à la 70ème une pure frappe en pleine lucarne permet aux visiteurs de se relancer (2-1).
C’est à ce moment que l’on apprend que Fréjus vient d’ouvrir le score face à Marignane…
Les Toulonnais obtiennent un pénalty mérité à la 86ème. Adim, qui était fraichement rentré, va se charger de le transformer. Hélas sa lourde frappe s’écrase sur la transversale. Coup dur pour le moral des supporters, car à 2 à 1, on n’est pas à l’abri d’un revers. Et sur la relance qui suit, un joueur de l’ESPP s’échappe pour venir défier Viviani. Le duel est inéluctable sous les yeux médusés de tout un peuple. L’attaquant arme et tire, Viviani est battu, mais la balle est repoussée par la transversale. En retombant le balle franchit une partie de la ligne de but mais pas entièrement ! Le but est donc invalidé. A ce coup du sort, on se dit que le destin nous sourit enfin cette saison et que rien ne peut altérer la marche du Sporting.

Et c’est Belhadj qui délivre enfin les Varois dans les arrêts de jeu, laissant s’exprimer l’explosion de joie et de délivrance de Bon Rencontre.

Et du côté de Fréjus, l’Etoile, en bon dauphin, a tenu bon, et le Sporting se retrouve ainsi co-leader du championnat avec Marignane.
Voilà qui nous promet une fin de championnat palpitante. Notre destin ne nous appartient pas entièrement. Même s’il nous faut gagner impérativement les trois rencontres restantes, il faudra encore compter sur un ultime faux-pas des aviateurs car la stupide règle du goal average particulier ne nous est pas favorable.



Votez pour l'homme du match !

 CR et PHOTOS / FA et NM