dimanche 18 février 2018

UN DERBY DES FAMILLES



Il planait comme un parfum retrouvé au-dessus de Bon Rencontre pour le derby des frères ennemis entre le SCT et l’OM.

La famille azur et or avait laissé ses différences dehors et c’est unie, au centre de la tribune Mouraille, qu’elle va faire chorale commune pendant 90 minutes.

Sur la pelouse, le 4-4-2 mis en place par William Prunier, avec enfin Preira et Diallo en attaque dès le début du match, ne tarde pas à faire mouche, pour ne jamais être rattrapé.

Bref, un parfum de nostalgie, ou plutôt d’avenir entre deux formations emblématiques de notre région, avec à la clé, une victoire importante pour les Toulonnais. Une victoire qui permet d’y croire encore et de ne pas lâcher les leaders et une victoire importante pour le moral après la déconvenue de la semaine passée à Grasse.



Composition SCT : Viviani – Atlan – Ouasfane – Sahnoune – Fall – Moulet – Belhadj (Bayo 81’) – Gomis (Djaballah 76’) – Palhares – Preira (Kamin) – Diallo.

Cartons Jaunes SCT : Moulet (50’)
Cratons Jaunes OM : 70’ et 88’

Buts SCT : Gomis ( 16’) – Moulet (19’)



L’OM aux abonnés absents


Les intentions toulonnaises allaient se dévoiler rapidement avec un jeu plutôt offensif et des Toulonnais opportunistes et surtout réalistes.

D’entrée de jeu, on les sent très concernés et ils asphyxient carrément la jeune équipe olympienne surprise par ce jeu vif et alerte. Gomis d’un tir à ras de terre va tromper le portier marseillais au quart d’heure de jeu. Le calvaire Marseillais ne connaît pas de répit, puisque quatre minutes plus tard, c’est Moulet qui tente sa chance. Sa frappe trouve la complicité du poteau pour surprendre une seconde fois le gardien Marseillais.
2-0 en moins de 20 minutes, le Sporting est à la fête. Dynamisé par ses supporters enthousiastes, le SCT pousse encore et encore, ne laissant que quelques bouffées d’air aux Marseillais qui tentent de brèves incursions dans le camp toulonnais. Mais la défense veille bien aux grains et renvoie inlassablement le ballon vers le but Marseillais.

Viviani, dans un excellent jour, doit intervenir magistralement sur une action très dangereuse à la 23ème minute.

A la 34ème minute, c’est Diallo qui échoue de peu en expédiant son ballon dans le petit filet alors que tout BR croyait au 3ème but.

Dix minutes plus tard, Diallo sera récompensé de ses efforts au second poteau mais le but est refusé pour un hors jeu peu évident.




Des phocéens plus conquérants et des Toulonnais qui marquent le pas.

En seconde période, comme cela a souvent été le cas cette saison, les Toulonnais ont tendance à lever le pied et à un peu reculer. Faute d’avoir tué le match avec une 3ème réalisation, ils vont laisser planer le doute d’un éventuel retour au score des Marseillais. Les Blancs et Bleus ont bien compris la situation et vont se montrer plus offensifs obligeant Viviani à quelques prouesses pour sauver son équipe, comme à la 48ème minute.

A la 49ème minute pourtant, Diallo et Preira filent au but, mais le premier se montre trop personnel et veut marquer tout seul alors que Preira attendait pour tromper le gardien…

Diallo trouve encore du jus pour placer une superbe balle à la 69ème qui s’écrase sur la transversale alors que le portier olympien était battu.

Après quelques changements, le chrono tourne en faveur des Varois. Car si l’OM parvient à marquer son premier but, le match risque fort de changer complètement de physionomie. C’est sans doute ce que pense Ouasfane, lorsqu’il décroche une tête rageuse sur corner à la 83ème minute. Mais le ballon se contente de frôler le poteau.

La fin voit une belle communion entre les joueurs et le public heureux. Les sourires en disent long sur cette victoire que tout le monde savoure sans modération. Car on a beau dire, battre l’OM est toujours un challenge, mais c’est surtout une obligation pour toute équipe toulonnaise qui se respecte.

Un autre derby attend maintenant les Toulonnais, du côté de Fréjus, et il faudra tout faire pour en sortir avec les honneurs, histoire de laver l’affront de l’an passé.

Merci à tous pour ce beau derby, cette belle soirée et cette ambiance de folie. C’est comme cela que le foot est beau et c’est comme ça que nous t’aimons, Toulon !

CR : F A


Votez pour l'homme du match sur notre blog !

dimanche 11 février 2018

Un parfum qui tourne au cauchemar


Photo NM



Hier soir à 18h, nous aurions dû voir un match de football entre Grasse et Toulon, ce fut tout autre chose, à laquelle, nous avons assisté., résultat, trois points perdus , trois buts encaissés, dont un csc , cela nous coûtera, peut-être, la montée cette année...

Un film comique grotesque , on se demandait , en voyant cette comédie Grassoise si on devait rire ou pleurer des conséquences pour la montée, tellement le jeu d' acteur des joueurs de Grasse était juste  On a vu des cascades, des danseuses, des cris déchirants de vérité avec en rôle principal le numéro 29 , sans oublier le metteur en scène,  l' arbitre central.  En accordant sur le premier but, un coup franc plein axe , mettant un rouge encore moins évident mais prévisible, tout cela a eu raison du casting à un attaquant de Toulon  .

L' équipe d'acteurs a gagné son oscar du film  vaudevillesque.


Billet d'humeur de Romuald L.

N'oubliez pas de voter sur notre blog pour le joueur du mois et à samedi contre l'OM à 18H .







dimanche 4 février 2018

CONTRAT REMPLI : STV 2 – STADE BORDELAIS 0




Les hommes de Prunier et Alfano ont assuré le résultat en l’emportant sur une faible équipe bordelaise et ils ont en plus vaincu le signe indien et enfin marqué en seconde période à domicile. Voilà de quoi rester à distance honorable de la tête du championnat.


Composition SCT : Viviani – Ouasfane – Atlan – Médoukali – Sahnoune – Fall – Moulet – Kamin (Palhares 79’) – Belhadj – Diallo (Preira 88’) – Gomis (Djaballah 74’)

CJ SCT : Sahnoune (44’)
CJ Stade Bordelais : 46’

Buts SCT : Sahnoune (31’) – Djaballah (85’)



Dès la 6ème minute, Moulet fusille le gardien bordelais qui relâche le ballon qui revient heureusement sur Kamin, mais ce dernier manque sa reprise !
Les Toulonnais semblent avoir peaufiné leurs coups de pied arrêtés. A la 11ème minute, ils innovent un corner en trois temps qui termine sur Atlan, bien placé, pour propulser un boulet de canon, et là encore le gardien doit se détendre pour intercepter la balle juste sous la transversale.
Les Bordelais moins offensifs que les Varois, comment à montrer le bout de leur nez avec deux corners consécutifs et sur le second Viviani doit s’y reprendre pour arrêter la balle (14’).
15ème minute, c’est Gomis qui tente sa chance, le tir est axé mais le gardien dégage le ballon en corner. Il retentera un beau tir à la 23ème mais dans les bras du gardien.
A la 30ème minute, un énième corner local et Sahnoune de la tête à bout portant aurait connaître un sort plus flatteur. Mais une minute à peine après, un nouveau corner, joué à 3, Atlan sert parfaitement la tête de Sahnoune et but ! 1- 0
A la 34ème c’est Diallo qui a une possibilité de faire le break mais trop personnel sur cette action, il se heurte à la défense.


A la reprise, Diallo loupe l’immanquable tout près de la ligne (48’).
Dix minutes plus tard, Viviani est sollicité mais a du mal à se dégager. Les visiteurs ne baissent pas les bras et se montrent pressants et dangereux devant les cages gardées par Viviani qui a du mal à mettre en corner.
A la 65’ Gomis fait le mauvais choix en étant trop personnel alors que le but semblait fait.
Djaballah entré fraichement, lance Beladjh qui, hélas, ne sait que faire de la balle. Quel dommage !
Mais le coaching de Prunier va être payant puisqu’à la 85ème tout le monde se fige pour admirer le but du plat du pied de Djaballah. Il a eu le temps de bien placer sa balle, qui entre dans le but avec la complicité du poteau droit. 2-0
A la 87ème Palhares gratifie le public de BR d’une très esthétique reprise de volley dans les 18 mètres qui atterrit dans les bras du gardien ! Il tente vainement un autre très joli tir à la 90ème mais avec la même issue.


Malgré un onze de départ plutôt défensif, les Toulonnais ont réussi le pari de s’imposer. Les entrées successives de sang neuf ont été bénéfiques. Mais on tremble quand même devant ce manque de capacité à tuer le match plus tôt. Bref du stress inutile pour l’emporter au final. La semaine prochaine à Grasse il faudra se montrer plus réaliste et plus efficace.

















CR et PHOTOS / FA et NM

Votez pour l' homme du match !