dimanche 12 février 2017

Le vol d’une étoile naine

                                        
                                                     EFSR 1 – SCT 1


Derby âprement disputé dont le résultat n’arrange ni les uns, ni les autres, mais qui conforte Rodez dans son fauteuil de leader incontesté.
Corneille (le dramaturge, pas le chanteur) écrivait dans son Cid   « à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire » et c’est exactement le triste spectacle que nous a servi l’Etoile en seconde période. La petitesse du geste, le vol du résultat ne font pas briller l’Etoile qui ne sort pas grandit de ce match.


Composition SCT : Bovari -  Fall – Sahnoune – Borges – Cantareil – Moulet – Buisson – Bayo - C. Gomis (Djaballah) – D. Gomis – Preira (Ouasfane).

Carton Rouge SCT : Sahnoune
Cartons Jaunes SCT : Buisson – Sahnoune - Bovari – D. Gomis 

Carton Rouge Etoile : 1
Cartons Jaunes Etoile : 2

But Toulon : Kenny Moulet (33’)
But Etoile : 55’


Notre nouvelle recrue, Preira, va, en 3 minutes, peser sur la défense adverse pour porter concrètement le danger devant les buts étoilistes. Le ton est donné et l’on va vite s’apercevoir que le Sporting est déterminé à prendre l’ascendant et qu’il veut ramener de Saint Raphaël le maximum de points.  
D. Gomis idéalement servi tente sa chance mais son tir est dévié en corner. (5’).
Puis c’est Moulet qui oblige le gardien à se coucher sur un ballon au ras du poteau.
A la 22ème D. Gomis, est à deux doigts de reprendre victorieusement un bon ballon sur un geste acrobatique. Mais la balle lui est subtilisée à une fraction de seconde…
Et à la 33ème minute Moulet nous gratifie d’une merveille de but : une balle enroulée qui vient se fixer en pleine lucarne. Sans doute un des plus beaux buts de la saison…
38ème : le goal de l’Etoile se blesse sur une action chaude et doit être remplacé.
43ème : C. Gomis tente de surprendre le nouveau gardien.
45ème : D. Gomis va pour enfoncer le clou, mais sa frappe rate de peu le cadre.
Et l’Etoile dans tout cela ? Sans doute cueillie à froid et après avoir laissé passer l’orage, elle a bien réagi, si bien que le jeu est alerte, agréable et rapide. Deux bonnes formations aux ambitions acérées. L’Etoile tente des contres assassins comme à la 44èmeoù elle est tout près d’égaliser, après une erreur de Bayo, mais le Sporting sauve sur sa ligne.

A la 55èmePreira, touché reste au sol. L’arbitre demande d’arrêter le jeu. Sur l’engagement qui suit, l’arbitre confie le ballon aux Etoilistes, vu qu’ils avaient la balle au moment de la blessure du Toulonnais. Il n’y a pas de convention, mais l’usage habituel et le fair play le plus élémentaire font que l’on rende le ballon à l’équipe qui a eu le joueur à terre. Non seulement l’Etoile ne rend pas le ballon mais profite que l’équipe du Sporting soit arrêtée pour aller filer au but, tromper Bovari avancé et marquer dans la cage vide ! 
Bovari   , écœuré tente de se faire justice lui-même, s’en suit une échauffourée de plus de 10 minutes, impliquant les bacs de touche. Le corps arbitral essaye de rétablir l’ordre et sort un carton rouge de chaque côté.
Dès lors ce ne sera plus le même match. Les Toulonnais sont sortis de leur match et vont lourdement accuser le coup de l’égalisation. L’Etoile pousse pour l’emporter : Bovari et Ouasfane, fraichement entré, doivent multiplier des prouesses de sauvetages pour éviter le naufrage. 
Du côté Toulonnnais, il est à noter que D. Gomis manque par deux fois d’inscrire un but supplémentaire.
Durant le long temps additionnel, Cantareil rate sa chance. Les dernières minutes sont intenses. Djaballah frappe puissamment mais sa balle s’écrase sous la transversale sans toutefois entrer dans les cages ! Et en toute fin de match,  Bovari est sauvé par son poteau !

La petitesse du geste, le vol du résultat ne font pas briller l’Etoile qui ne sort pas grandit de ce match. Les Toulonnais dépités et déçus laissent encore filer des points. Qui finira second derrière un irrésistible RAF qui caracole en tête du groupe ?
L’Etoile a encore la réception d’Auxerre en coupe de France à se mettre sous la dent. Quant aux Toulonnais, ils vont reprendre leur bâton de pèlerin et faire une prochaine étape à Colomiers samedi. L’écart se creuse et le score du Sporting dans une semaine pourrait bien obérer ses derniers espoirs.
C’est donc une victoire impérative qui est attendue dans le Sud Ouest. Nous y serons !  


CR : FA