dimanche 24 janvier 2016

BILLET D'HUMEUR SUR LA FUSION



« Ce qui est humain, ce n'est pas l'oubli mais la mémoire, la vigilance et la fidélité. »  (Vladimir Jankélévitch)




Voici que l’on nous ressert régulièrement la grande tirade sur la fusion à la Toulonnaise.
Bien malin celui qui connaît le dénouement de la pièce et bien malin celui qui peut parier sur le style même de la pièce : comédie ou tragédie…
Nous avons entendu toutes les parties, certains s’expriment à grand renfort d’articles dans la presse locale, faisant monter la mayonnaise pour une bouillabaisse qui s’annonce indigeste.
Les intérêts sont divers, les attentes différentes et l’on s’aperçoit que tout ne tourne plus très rond dans le petit monde du ballon rond.
Les jeunes au Sporting et les séniors au Las, voilà dans les grandes lignes, le crédo de Jean-François Fogacci.
Michel Bonus clame haut et fort qu’il n’est pas là pour faire plaisir à tout le monde.
Le Sporting Toulon Var va-t-il être sacrifié sur l’autel municipal, exsangue de son histoire riche et de son glorieux passé ?
Claude Joye a sauvé le club de la faillite et a injecté des sommes plus que coquettes pour le relever, éponger ses dettes, apurer ses comptes. Maintenant que le ce travail ingrat a été accompli, on lui demande de le servir sur un plateau d’argent  pour être immolé au nom de la rigueur budgétaire municipale et au nom de l’appétit vorace de quelques dirigeants voisins.
On peut toutefois comprendre l’empressement du côté de l’Avenue de la République de réunir les deux entités tant cela est une aberration d’avoir deux clubs évoluant pratiquement au même niveau. La sagesse voudrait que l’on n’en fasse qu’un seul.
Sauf que les intérêts des deux concernés semblent être bien différents. La promesse d’un grand club sur Toulon veut ranimer l’espoir de voir la ville de nouveau briller sous les feux des droits télé. Les plus anciens supporters verseront, à n’en pas douter, une larme condescendante  et nostalgique. Mais dans tout ce flot d’émotions, ne risquons nous pas de balayer un peu trop lestement notre histoire ?
A l’heure où chaque partie tente de tirer la couverture à soit, qui se soucie des hommes et des femmes qui composent ces deux clubs ? Dans un bureau perché de la mairie il est peut être aisé de trancher dans le vif, de décider arbitrairement, mais du côté des pelouses,  n’oublions pas qu’il y a de l’humain.
Des éducateurs, qui ont voué une bonne partie de leur vie à un club, il y a des minots fiers de leur maillot, il y a des supporters qui ont déjà supporté beaucoup de couleuvres et d’affronts, il y a une histoire. Et il y a des histoires, avec des hauts et des bas. Puis il y a actuellement des joueurs séniors qui se posent des tas de questions. Il y a des gens inquiets, qui sont dans l’expectative et qui malgré tout doivent assurer leur saison. Difficile pour eux de se boucher les yeux et les oreilles…
Alors Messieurs les décideurs, vous qui vous apprêtez à appuyer là où ça va faire mal, n’oubliez pas, s’il vous plait, ces gens là. Ne voyez pas seulement  votre intérêt personnel ou économique, pensez à l’humain !
Car le foot est avant tout une aventure humaine… Elle s’écrit avec de la sueur et du sang, en lettres majuscules.