samedi 16 mai 2015

ALES RIEN DE NOUVEAU



STV – ALES : 1 – 1


Composition STV : Boukhit – Leleu – Blanc – Shanoune – Bellay – Bayo – Manas – Gomis (Bouzine 58’) – Azziz (Reset 72’) – Djaballah – Dob.

But : Shanoune (39’).

Carton Jaune STV : Djballah (41’)




                                                                             Photo NM

Le coup d’envoi est donné par le sympathique Omar Ben Driss, ancien joueur du Sporting dans les années 1955 – 1962.
Ce match est là pour permettre de maintenir la petite lueur d’espoir de montée, il se joue en ayant un œil du côté d’Ajaccio qui reçoit le Las.
Jouer un tel match peut mettre la pression mais il faut vraiment s’y investir à fond et en faire un match de finale de coupe. Un match de guerriers à plier rapidement face à une équipe d’Ales qui n’est pas sorti d’affaire pour son maintien.   
Loin du scénario rêvé, c’est Ales qui dès la 9ème minute, prend la défense toulonnaise à défaut, et dans un contre rondement mené trouve preneur au second poteau pour inscrire le premier but de la rencontre.
Cinq minutes plus tard les Toulonnais répliquent : sur un coup-franc une tête varoise expédie le ballon sous la transversale puis revient sur la ligne. Est-il entré ? En tous cas une belle occasion d’égaliser.
32’ : sur une énorme bourde de Manas, Ales se procure une occasion très nette.
38’ : Manas au corner, pour la tête de Blanc, mais celle-ci trouve un dos toulonnais qui renvoie le ballon sur Sahnoune, qui reprend victorieusement : Toulon 1 – Ales 1.   
L’essentiel avant la pause a été fait. Du côté de la Corse, Ajaccio mène 2 à 1.
La seconde période verra une domination toulonnaise plus conséquente et un nombre incalculable de corners, plus ou moins bien tirés.
Dob est trop souvent pris au piège du hors jeu.
A la 69ème le gardien cévenol sauve devant un corner bien négocié.
80’ : Dob se crée une énorme occasion mais rate sa tête plongeante.
Une grosse faute sur Bayo qui filait au but est sanctionnée par l’arbitre. Le coup franc est donné sur la ligne de la surface de réparation tandis que les Toulonnais réclament un pénalty. Avec une main en pleine surface non sifflée auparavant, le trio arbitral commence à se faire copieusement conspuer. 
90’ : sur un corner, Djaballah est tout près de marquer, mais on tire pas de peu à côté.







On se demande depuis le match à Chambéry, si le Sporting offre la vision d’une équipe qui veut réellement monter. Il fallait impérativement gagner ces 3 matches pour envisager d’être dans le coup mais avec une défaite, un nul et une victoire, cela devient mission quasi impossible. Décidément cette saison est vraiment celle des rendez vous manqués, tant le Sporting n’est jamais parvenu à négocier correctement ses matches clés.
Même si au final le Las partage, lui aussi, les points du nul (2-2) en Corse, les chances d’être parmi les meilleurs deuxièmes s’amenuisent. Dans un match, nous serons définitivement fixés et nous pourrons commencer à préparer la saison prochaine. 

                                                                                                           Photo NM