samedi 28 février 2015

STV – Arles Avignon : Des combattants dans l’arène. Victoire 2 à 1.








La tribune Mouraille laissée volontairement vide, un message clair sur deux banderoles et un discours allant dans le même sens de Claude Joye dans les vestiaires, le ton était donné et les joueurs et le coach placés face à leurs responsabilités.



Composition pour Toulon : Boukhit – Blanc – Leleu – Ouasfane – Sahnoune – Buisson – Bayo – Gomis – Reset – Azziz – Djaballah ( Amiri – Zaiani – Manas).

Buts : Djaballah (8’) – Egalisation (55’) – Gomis (63’).

Cartons Jaunes pour Toulon : Amiri (75’) – Zaiani (78’).



La réserve d’Arles -Avignon se présente renforcée de quelques retombées de l’équipe une et dès les premières minutes, on se rend compte que ces gens là ne sont pas venus faire de la figuration. Ce sont même eux qui mettent la balle au fond des filets toulonnais, action que l’arbitre invalide pour hors jeu justifié. Un corner dangereux et une tête qui passe juste au-dessus…
Les Toulonnais répliquent avec une belle combinaison qui permet à Buisson d’armer mais son  tir à ras de terre passe à côté. (7’).
Une minute plus tard les Toulonnais bénéficient d’un corner, Djaballah reprend fougueusement de la tête et but ! Le jeu est vif et engagé des deux côtés. Le jeu est ouvert et les Toulonnais proposent un jeu à terre très plaisant. L’ensemble est vraiment agréable.
Grosse frayeur à la 31ème , Blanc commet une boulette en dégageant plein axe dans les pieds d’un joueur adverse, mais fort heureusement son tir passe au ras du poteau.
Reset et Djaballah ont quelques occasions mais buttent toujours sur le gardien ou sur un défenseur.
Bonne première période varoise et une très belle joie collective après le but.
Dès la reprise on sent que le Sporting veut enfoncer le clou et faire le break. Djaballah décroche un tir puissant détourné en corner (46’). Dans la minute suivant un tir de Ouasfane rencontre la main d’un défenseur en pleine surface, l’arbitre n’hésite pas une seconde et indique le point de pénalty. Djaballah va-t-il enfin conjurer le sort et arrêter la malédiction des pénaltys cette saison ? Aussi incroyable que cela puisse paraître, le gardien part du bon côté, plonge et stoppe la balle. 0% de pénaltys transformés cette saison !
Après cet échec, la Sporting, fragilisé mentalement, va balbutier tandis que les visiteurs reprennent du poil de la bête.
A la 52ème Boukhit doit s’y reprendre à deux fois pour empêcher un ballon de franchir la ligne.
On le sentait arriver, car le Sporting multipliait les maladresses : parti à la limite du hors jeu les visiteurs égalisent à la 55ème. 
A ce moment là, on se dit que le pénalty raté risque d’être lourd de conséquence.
59 ‘ : Boukhit fait le spectacle en s’interposant d’une claquette tendue face à une balle qui ne demandait qu’à rentrer dans ses buts.
Le Sporting n’était plus à son avantage. Le coach fait entrer du sang frais à la place de Buisson et d’Azziz (Amiri, Zaiani) (61’).
C’est alors que l’extraordinaire va se produire : Gomis fait une percée de 50 m, dribble, efface et élimine pas moins de 4 joueurs et trouve la ressource de tirer dans l’angle et de battre ainsi le gardien adverse : 2 -1 ! La chevauchée est fantastique, les slaloms limpides et le tir imparable : du grand art, un exploit exceptionnel. Le stade n’en revient pas ! 
A la 84ème une belle action de Djaballah décale Reset qui hélas est trop court, c’était pourtant une belle occasion de but. 
Le jeu se durcit quelque peu. Manas remplace Gomis (88’).
On notera aussi en seconde période un vol plané impressionnant de Reset sur le gardien adverse qui aurait pu avoir des effets désastreux pour son épaule.
Le score n’évolue plus. Les 4 points sont attribués au STV…Merci et bravo pour l’engagement de l’ensemble de l’équipe. Ce soir nous pouvons le dire : nous avions 11 combattants dans l’arène.