dimanche 7 septembre 2014

Lassipontains Lassimalins



Cet inédit derby toulonnais avait, au coup d’envoi, comme un air de famille. En effet, beaucoup de joueurs du Las avaient évolué sous les couleurs du Sporting les années précédentes. Mais comme dans toutes les familles, nul n’est à l’abri de disputes, de trahisons et d’amours contrariées…

Cette rencontre était bien plus qu’un simple match de championnat. L’enjeu de ce derby n’était pas uniquement sportif, mais bien plus important en terme d’image, de suprématie et de fierté. Le Sporting se devait d’assurer son rang de club historique toulonnais tandis que le Las rêvait de montrer que le club de quartier pouvait rivaliser avec l’emblématique club de la Rascasse.
Malheur au vaincu !...
Les supporters azur et or en étaient persuadés, les joueurs du Las également, quant aux joueurs de la Rascasse bien peu semblaient avoir intégré le parfum si  particulier  de cet évènement…
Le match tournera en faveur du Las dans les arrêts de jeu : STV 3- Le Las 4.
Retour sur un match riche et indécis jusqu’au bout.

Composition pour le STV : Abello – Mdahoma – Leleu – Sahnoune – Ouasfane – Zaiani – Amiri – Djaballah – Dob – Gomis – Mézague – (Ciavanino – Reset – Bouzine – Rezkallah – Boukhit).

Cartons Jaunes STV : Mézague (42ème) – Cartons Rouges STV : Leleu (44ème), Ciaravinho (94ème).
Cartons Jaunes Le Las : 4 – Cartons Rouges : 2. 

On joue depuis 2 minutes à peine quand Valéry Mezague, surpris, tente d’une tête réflexe de tromper le gardien lassipontain. De part et d’autre le début de la rencontre est crispé, mais elle va vite se dérider grâce à l’inévitable Atcham Atcham qui ouvre le score (6ème) avec la complicité du poteau gauche d’Abello  (0-1).
Une minute plus tard, lors d’un contre, Dob est fauché dans la surface de réparation, c’est le pénalty assuré que transforme en force Amiri d’un ballon ras de terre dans le coin gauche (1-1).
A la 24ème minute, suite à une action rapide, Mezague ouvre magistralement pour Djaballah qui marque au second poteau. (2-1)  Quelle limpidité !
Mezague hérite d’un bon centre de Djaballah mais sa tête échoue sur le gardien. (27ème).
32ème minute, Le Las bénéficie d’un bon coup franc, le tir est si dangereux qu’Abello sort la balle d’un réflexe du pied.
Couzyn, Riflard et Uraï sont sanctionnés ainsi que Mézague. Le jeu se durcit.
Peu avant la pause (43ème) un trait de génie traverse l’esprit de Dob qui, de 40 mètres, expédie un missile qui se loge juste sous la transversale. Splendide ! (3-1).
Le public est conquis, deux buts d’avance, on se dit que le plus dur est fait…C’était sans compter sur l’homme en noir qui sanctionne Leleu pour un tacle sur Tambon. Si ce tacle n’avait pas lieu d’être, car peu après la ligne médiane, le long de la touche, la décision arbitrale était, elle aussi, superflue et disproportionnée : carton rouge direct pour Leleu (44ème). 
A la reprise on se demande quelle va être la stratégie du STV. Rezkallah a remplacé Dob. On comprend que le Sporting va plus jouer derrière. Mais peut on faire le dos rond et subir les assauts adverses sans rompre ?
Uraï et Atcham pose des banderilles dans la surface toulonnaise, heureusement sans conséquences pour Abello. Il faut attendre la 63ème pour voir enfin un tir toulonnais  (Gomis) mais au-dessus.
A la 65ème Le Las réclame une main aur et or dans la surface. Bouzine remplace alors Amiri.
Un coup franc de Mdahoma excentré, et il s’en faut de peu, que le cuir rentre directement sous la transversale (71 ème).
Manas expédie un coup franc en trombe qui trouve…la transversale (75 ème).
Gomis cède sa place à Ciaravinho (77ème).
Le Sporting joue, depuis la reprise,  très en retrait mais le chrono tourne en sa faveur…
Sauf qu’à la 69ème minute, Le Las réduit le score (3-2).
A la 79ème une énième attaque du Las met Abello à mal, car il relâche la balle sur le tir puissant, un joueur revenu dégage de justesse le ballon qui filait au but.
A la 80ème Ciaravinho part seul sur son couloir à la limite du hors jeu, mais ne trouve aucune solution, aucun toulonnais pour reprendre son centre…
Un vilain tacle de Riflard sur Djaballah lui vaut un second carton jaune. Voilà les compteurs remis à zéro.
A 10 contre 10, il reste 7 minutes de temps réglementaire à jouer.  
Mais c’est le Las qui semble avoir le plus gros appétit : Uraï égalise à la 85ème (3-3).
Les toulonnais tentent de réagir, trop tardivement d’ailleurs, et ils touchent même le coin droit des cages lassipontaines (90ème).

Et là c’est l’incompréhension, Manas fait tourner en bourrique la défense toulonnaise, il fait ce qu’il veut, la défense paraît figée, tétanisée et il marque avec une facilité déconcertante à la 92ème (3-4). Incroyable mais vrai !
Les esprits s’échauffent Ciaravinho se heurte à un pied levé trop haut et décide de faire justice lui-même. S’ensuivent des échauffourées, l’arbitre n’hésite pas : un rouge de part et d’autre. (94ème). Et siffle dans les secondes suivantes la fin d’un match éprouvant.

Ce soir, on est en droit de demander des comptes. Comment passe-ton de 3 à 1 à 3 à 4 en 45 minutes ? Le Sporting, qui réduit à 9 la semaine passée avait été héroïque, s’est montré cette fois très décevant après l’expulsion de Leleu. Et à 10 contre 10, le Sporting a baissé les bras au lieu d’attaquer…Quel gâchis !
Des inquiétudes se profilent déjà, on est en droit d’exiger que l’équipe entière joue 90 minutes et non qu’une seule période, comme ce fut le cas également face à la Penne. Il est impératif que l’ensemble des joueurs soient concernés sur le terrain et prennent conscience des valeurs toulonnaises, qui sont à défendre.
4 cartons rouges en deux matches, voilà qui va sans doute embellir notre image. Les débuts sont difficiles et le championnat est encore long.
La prochaine étape sera en Coupe de France. Même si le tirage demeure anecdotique, il permettra au moins de purger certains cartons rouges…
Nous attendons une réaction immédiate et voulons 11 combattants… à temps plein !...






                                                                         Photos NM