dimanche 8 décembre 2013

(CdF 8ème tour) STV: 0 - RODEZ: 1



90 = 32. C’est vrai en Aveyron mais pas en Provence !


Devant l'entrée de Mouraille, les supporters s'organisent...
(photo NM)

Le Sporting contraint de jouer son match de coupe dans un stade vide, accueillait cet après
midi le club de Rodez qui évolue en CFA. Les supporters avaient apposé en tribune une
banderole pour rappeler qu’ils étaient bien présents dans la rue et qu’ils allaient soutenir coûte
que coûte leurs favoris.
C’est de blanc vêtus que les Toulonnais débutaient la rencontre, 90 minutes qui peuvent les
propulser en 32ème de finale de la Coupe de France. Si l’enjeu est de taille, la tâche ne l’est pas
moins… L’attaque muette du STV en championnat allait-elle enfin se réveiller et inscrire des
buts ? Aujourd’hui il en faudra de toute manière pour désigner un vainqueur.

Rodez commençait fort les hostilités et dès les premières minutes venait titiller Abello. Ce
dernier détournera même un ballon très chaud sur sa transversale à la 7ème minute.
Le rythme donné par les Aveyronnais est assez soutenu et les Toulonnais sont cueillis à froid.
Ils sont à la peine pour remonter le ballon même si leur coach leur intime l’ordre de jouer plus
haut.
Il faut attendre bien 20 minutes pour voir les Varois se créer un corner et venir roder devant
le but ruthénois. C’est Mdahoma, très en vue, qui adressera le 1er coup de semonce.



Les Toulonnais se montrent enfin plus conquérants et produisent un jeu d’une bonne facture,
faisant bien tourner la balle. Rodez réagit en multipliant les fautes, ce qui hache un peu le jeu.
On joue la 38ème minute et c’est un des tournants du match. Leleu tente de ralentir un
attaquant qui file seul au but, il est le dernier rempart avant Abello. Si le geste n’est pas
méchant, l’arbitre sanctionne l’intention et sort alors le rouge au grand dam de Sadani.
Avec une infériorité numérique venant s’ajouter à l’infériorité hiérarchique, la tâche du
Sporting se complique d’un cran.
Et le Sporting ne va pas baisser les bras pour autant: On sent l’équipe très solidaire mais
voilà, les occasions ne sont pas légions et de part et d’autres on a du mal à approcher la
surface de réparation.

Après la pause, Rodez essaye de frapper fort d’entrée, histoire de tuer le match, car on sent
que le score va être étriqué. Le Sporting fait le dos rond puis tente quelques percées toujours
infructueuses. C’est finalement l’arbitre qui va trouver la solution pour tuer le match à la
64ème minute. Il siffle un pénalty très généreux (les images de FR3 sont éloquentes) que
transforme Lorthioir par un tir à ras de terre côté gauche. Abello avait pourtant plongé du bon
côté mais un poil trop tard, la balle passe sous lui.


 Sadani fait entrer du sang neuf, histoire de dynamiser l’attaque: Manas, Chaaouane, Gaye.
Mais ce n’est que dans les 8 dernières minutes que le Sporting va faire le forcing en se créant
quelques belles occasions qui auraient pu lancer les équipes dans une prolongation. Corner sur
corner, le STV tente tout, en vain….
Les problèmes d’attaque commencent à être récurrents, trop de matches à la suite sans le
moindre petit but… C’est rageant car l’esprit de groupe et l’esprit du groupe sont
remarquables… Mais aujourd’hui les décisions arbitrales et le jeu insipide des ruthénois ont eu
raison de l’enthousiasme toulonnais. L’aventure s’arrête là…
Place maintenant au championnat et la compétition s’annonce passionnante.