dimanche 15 décembre 2013

STV 0 – RC Grasse 0 : Un parfum d’inachevé.


Sans fragance...







   





                 Photo NM      Dernier round pour les supporteurs aux portes de Bon Rencontre




Dernier match de purgatoire sans public pour le STV et réception du RC Grasse, une équipe au coude à coude avec Toulon au classement. Un bon match en perspective entre deux prétendants à la montée.
Sauf qu’encore une fois, le STV sera incapable de venir à bout de son adversaire et va  même payer le luxe de se mettre en danger en 1 ère période, de sorte que le résultat du match nul peut même paraître heureux.
Heureux à plus d’un titre, car Grasse s’est procuré les plus belles occasions et également parce que l’Etoile de Fréjus a enregistré une défaite à Fos, permettant ainsi au STV d’être encore dans la course. Le match se résume en deux tableaux : une période toute à l’avantage des visiteurs et une seconde plus en faveur des Toulonnais.
La question est de savoir pourquoi le STV n’a joué à fond qu’une seule période…
Retour sur un match au parfum de soufre, au relent d’inefficacité et à la flagrance amère de la désillusion.
Le RC Grasse n’était pas venu faire de la figuration et après les cinq premières minutes on le vit prendre le match à bras le corps, imposant son rythme et empêchant le STV d’étaler son jeu. Le Sporting semblait souvent dépassé et le danger devant les buts d’Abello était vraiment palpable. La défense aux abois tentait de se dégager, le milieu essayait de faire circuler et expédiait des ballons à des attaquants en mal d’inspiration. Ce n’est pas avec des tirs lointains et souvent mal cadrés que l’on peut espérer marquer.
C’est même Grasse qui, à la 35 ème minute, était à deux doigts d’ouvrir la marque. Les quelques corners ou coups francs toulonnais ne donnaient rien et le chrono filait et filait. Si l’attaque n’était pas en odeur de sainteté, la défense n’était pas sur un lit de roses, elle était plus que sollicitée et se fit quelques belles frayeurs. Lorsque l’arbitre renvoya tout ce joli monde au vestiaire, on pouvait s’estimer heureux de n’avoir encaissé aucun but.
Le vent a dû souffler dans les bronches toulonnaises durant la pose, car c’est un Sporting plus fringant qui se présentait pour la suite des opérations. Résolument tournés vers l’attaque, le STV monopolisait le ballon et tentait de s’approcher de la cage des parfumeurs. Mais la maladresse des attaquants, leur imprécision, les mauvais choix, les placements hasardeux et la belle réussite du gardien grassois feront que tout ce qui sera tenté restera fané. L’inefficacité chronique du Sporting empêchera la victoire d’éclore et les couronnes de lauriers resteront au placard.
Notre équipe manque de confiance, de sérénité et d’allure. Que le parfum de la victoire est pourtant agréable… Il ne s’agirait pas de l’oublier.
Avec les résultats du jour, plusieurs équipes se bousculent au portillon de l’ascenseur et si le Sporting veut prétendre rester dans la course, il faudra montrer un autre visage, plus conquérant, plus confiant et plus séduisant.
Ne brûlons pas nos chances, celle qui nous permettrons peut-être fin mai, de déboucher le précieux flacon, celui d’où s’échappera le doux arôme de la montée.
Se relancer, il le faudra, dès la semaine prochaine à Pernes les Fontaines, où il conviendra d’éviter la noyade…