dimanche 1 décembre 2013

DH (J7) AS GARDANNE/STV: 0-0

Au charbon à Gardanne:
Dans la grisaille pas de grisou.



Leleu à la lutte: Pas de gagnant, ni de perdant...
(photo CR)


C’est sous une fine pluie fraîche et sous l’oeil d’une soixante de Toulonnais ayant fait le court
déplacement, que le Sporting entamait un match sensé lui permettre de créer une belle
surprise au classement.
Bien dans leur tête et avec beaucoup d’envie les hommes de Sadani faisaient une entame
parfaite et dès la 1ère minute un tir puissant de Manas obligeait le portier adverse à dégager en
corner. 3 minutes plus tard c’est Bouzine qui au terme d’une tête rageuse contraint le portier
Gardannais à un sauvetage réflexe, mais hélas personne n’a suivi la balle pour la pousser dans
le but.

Les locaux saisis à froid devront attendre la 10ème minute pour adresser un 1er tir en direction
d’Abello. Le Sporting joue haut, ne laissant à son adversaire que quelques contres à se mettre
sous la dent. Atcham seul face au goal, n’a qu’un trou de souris pour mettre le ballon dans le
but, mais il croise trop sa balle..
A la demi-heure de jeu les Gardannais sortent enfin de la mine et commencent à inquiéter
Abello qui s’illustre sur une belle parade.
Un beau mouvement azur et or conduira même les Toulonnais à marquer un but, refusé pour
une charge sur le gardien peu évidente. Le jeu Toulonnais est alerte et vif, souvent à une touche de balle, ponctué par de beaux gestes techniques. Voilà du beau football et le public se régale.
Gardanne à son tour pratique aussi un football assez rapide et le cuir navigue bien d’un but à l‘autre jusqu’à la pause.

Au retour des vestiaires, les Toulonnais veulent en découdre et un beau une-deux Dob-
Atcham n’aboutit pas, ce qui parait incroyable côté tribune. On se demande comment avec
une telle débauche d’énergie et un nombre important d’actions, le tableau d’affichage puisse
encore indiquer un score vierge…
A la 60ème un tir d’Amiri vient à son tour frôler la barre transversale. Et que dire lorsque
Atcham récupère un ballon pour filer seul au but, devant lui le portier sort à sa rencontre et au
lieu de le lober avec une pichenette, choisit de lui tirer dans les pieds…
De part et d’autre les actions se multiplient. Gardanne, très intelligemment, nous a laissé jouer et devant notre inefficacité à marquer, va désormais prendre sa chance. Ils vont faire passer des frissons dans le camp toulonnais et il faudra tout le talent d’Abello et toute la maladresse des attaquants
locaux pour préserver ce score nul.

Un supporter toulonnais au regard avisé, nous confiera en fin de match «à défaut d’avoir su
marquer, le Sporting a su préserver le nul». Cette phrase résume à elle seule la physionomie
du match. Le coup de grisou toulonnais n’a pas eu lieu et finalement les 2 points pris ne sont
pas malheureux.