vendredi 22 novembre 2013

Avant STV-Antibes

Opération 4 points !
 

La saison dernière le STV s'était imposé face à Antibes
(photo CR)
 

Avant la rencontre STV/FC Antibes de demain, dans un Bon Rencontre à huis clos, les azur et or ont effectué ce soir un dernier entraînement à Jauréguiberry.
L'occasion pour Mohamed Sadani de nous parler de ce match qui s'annonce primordial dans le tableau de marche du Sporting.

- Mohamed, comment s'est déroulée cette semaine ?
- MS: "Après le retour de ce long déplacement à Marboz, lundi a été consacré au repos. Mardi et mercredi, on s'est bien entraîné. On s'est attaché à voir quel était l'état d'esprit des joueurs après la coupe et on est satisfait: Tout le monde a envie de jouer, cela se voit à l'entraînement. Physiquement, le groupe est bien, on verra demain, mais tout est OK. Pas de blessé à déplorer en dehors de ceux qui l'étaient déjà: Ratinet et Maraninchi reprennent tout juste l'entraînement et Tambon et Tognarelli devraient jouer dimanche avec la réserve."


"La rage de gagner !"


- Comment se présente ce match face à Antibes qui est en mal de points ?
- MS: "Antibes, c'est opération 4 points ! On va faire ce qu'il faut pour gagner car c'est un match très important. On sait que toutes les équipes qui jouent contre nous viennent essayer de grappiller des points, on l'a vécu contre le Cannet et Fos.
Face à des équipes qui jouent derrière, ce n'est pas facile. A nous d'avoir les arguments offensifs, a nous d'avoir la capacité de créer des brèches. Si l'adversaire est défensif, et bien c'est à nous de s'adapter et de trouver les moyens de palier à cela en élargissant le jeu, en ouvrant les intervalles de façon à bien les utiliser dans la profondeur avec beaucoup de percussion."

- Quel sera ton maître-mot pour cette rencontre ?
- MS: "La rage ! La rage de gagner, c'est ce qui nous a manqué ces derniers temps. La rage de gagner, la rage de marquer des buts, la rage de percuter balle au pied...
Ce n'est pas que de la hargne ou de l'ambition dont on a besoin, c'est plus que cela: C'est de la rage..."