lundi 22 octobre 2012

Point de vue Socios


Des problèmes récurrents



Samedi sur la pelouse de Gardanne, le Sporting n’a pu faire mieux que le partage des points
(score final 1 à 1). Ce match a beaucoup ressemblé au match de championnat précédent à
domicile…





L’exploit de Cyril Manas restera longtemps dans les mémoires. Parti du rond central avec un
culot à toute épreuve, Cyril lancé au galop, traversera tout le terrain adverse, se jouant de tous
les obstacles pour aller crucifier le gardien adverse sous le regard figé de la défense locale. Un
but qui ne doit rien à personne, un exploit individuel, un coup de bluff incroyable. A ce
moment là le Sporting dominait outrageusement les débats et rares étaient les incursions
gardannaises dans le camp Toulonnais. Mais peu à peu, le rythme baissait d’intensité pour
finir sur une période assez ennuyante. Gardanne tentait de timides approches, ce qui
permettait à Torre de se mettre en valeur.



                                        Photos N. M


La seconde période revoyait surgir les vieux démons toulonnais, les longs ballons en avant,
les pièges du hors jeu, le milieu à la peine depuis la blessure de Cyril Manas. On procédait en
contre de part et d’autre sans rien de bien palpitant. Puis vint cette égalisation, un joueur
revenant d’une position de hors jeu, réussissant à mettre dans le vent trois joueurs toulonnais
pour tromper notre portier.

Mais le problème le plus récurrent reste bien celui de l’arbitrage. Comment jouer dans de
telles conditions ? Cela n’a pas aidé notre équipe, bien au contraire, cela l’a bel et bien
desservie. A dix minutes de la fin, un de nos attaquants file seul au but, il est stoppé d’une
manière très grossière par le gardien adverse.
L’arbitre de touche semble signaler un pénalty,
puis se rétracte en voyant son arbitre central sortir un carton jaune pour simulation…le trio
arbitral a été ouvertement en faveur de l’équipe receveuse, a pris beaucoup de décisions
défavorables aux Toulonnais, et a fait preuve d’une partialité douteuse.

En toute fin de match Nacer Boucena mangera la feuille de match, seul face au gardien.

Samedi le Sporting n’a pas réussi à se créer suffisamment d’occasions de but pour prétendre
peser sur la rencontre.

Le Sporting ne doit compter que sur lui-même pour gagner, inutile d’espérer un quelconque
geste des hommes en noirs, le salut ne viendra que du terrain.

Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage, voilà messieurs, un adage qui risque fort bien
de devenir votre crédo.

CR F.A