dimanche 1 avril 2012

Dans les yeux d'un Socios... Ardziv/STV

Le Sporting a manqué de crocs...

Les azur et or n'ont pas réussi à garder le score jusqu'au terme de la rencontre...
(Photo: N.Mouton)


Franz Antoci, un supporter/envoyé-spécial du blog des Socios était à Sévan, cet après midi. Il nous livre son sentiment à l'issu de la rencontre...

C'est sous un soleil très estival, dans une ambiance familiale, sur une pelouse synthétique et devant une tribune copieusement garnie, qu'un des matchs phare de cette journée pouvait commencer. Dès les premiers instants on comprit très vite que les débats allaient être âprement disputés et que l'engagement physique était de mise. C'est l'UGA qui dominait dans les premières dix minutes de la partie, les Toulonnais se battaient bien puis tentèrent quelques ripostes.
Chaque ballon était combattu vaillamment et on assistait à un bon match, sur un rythme enlevé. Les azur et or couraient beaucoup et l'équipe était solidaire, mais hélas trop peu de tirs Toulonnais vers la cage Arménienne. En fait ils couraient un peu dans le vide, l'attaque se faisait pratiquement systématiquement prendre au piège du hors jeu... C'est sur un bon score vierge que la pause était sifflée.


La seconde période démarrait comme la première avec d'abord une belle domination locale, puis des Toulonnais montrant d'avantage le bout du nez. Une blessure d'Aléo l'obligeait à quitter prématurément le terrain, alors qu'il avait fait un excellent match. L'arbitre qui avait déjà distribué bon nombre de cartons semblait vouloir augmenter son score. On discutait beaucoup, la chaleur montait d'un cran. Et c'est alors que Chaaouane trompait le gardien adverse. A cette minute de jeu, on pouvait penser que c'était grassement payé, non pas au vue de l'engagement des Toulonnais, qui lui était bien réel, mais plutôt au vue de l'indigence de l'attaque.
C'est alors qu'un incident éclata juste après le but. Le buteur Toulonnais venant faire un geste en direction de la tribune en réaction à une remarque d'un supporter du Sporting survenue peu avant, et voilà que les supporters locaux interprétèrent mal ce geste et pensèrent qu'il leur était adressé. A ce moment nous fumes vigoureusement pris à partie par deux individus qui nous agressèrent physiquement tandis que d'autres supporters locaux tentaient de s'interposer. C'est dans cette confusion que les joueurs Marseillais égalisèrent.

Il devait rester un petit quart d'heure à jouer et ce quart d'heure là fut historique. Tandis que les esprits s'échauffaient toujours en tribune, Troncia qui venait de rentrer tirait dans le but vide, un défenseur semblait sauver de justesse, mais l'arbitre de touche prétendit alors que le ballon avait franchi la ligne. Difficile pour moi de le dire, cette décision nous valut d'être conspués de nouveau.
Le STV menait 2 à 1. Il restait 5 minutes à jouer....Mais non le sort en décida autrement, Ardziv déchaîné, poussé par son public monté sur les grillage allait égaliser sur un corner. Et dans une ambiance de folie indescriptible crucifiait le Sporting en toute dernière minute. Ardziv semblait avoir retrouvé de l'appétit. En tous cas les locaux avaient eu plus faim que les visiteurs et avaient su se montrer plus opportunistes et plus réalistes. Une fin digne d'une grande compétition, le STV n'a pas démérité, mais manquait sérieusement de crocs en attaque pour prétendre l'emporter...