mercredi 7 décembre 2011

DHR: Après STV2/Sisteron...

STV2:
La victoire, enfin

A.Souab à la lutte sous les yeux d'A.Piquemil: Le STV2 est allé arracher la victoire face au FC Sisteron...
(Photo: FOOT83)

Après trois défaites consécutives, un mal insidieux avait fini par se faire une place dans le groupe azur et or: Le doute.
Le genre de doute qui perturbe plus qu'il ne crée quelque chose, qui remet en cause ce que l'on croyait établi, qui divise plus qu'il n'ajoute...
Face au FC Sisteron à la recherche d'un résultat, au coup d'envoi de cette rencontre l'heure était plus grave que les apparences ne le montraient. "J'avais des doutes, j'étais fatigué, usé. Depuis quelques semaines j'avais tout essayé mais j'étais à bout d'argument" avouait après le match, le coach JC.Grasso.
Un effectif sans cesse changeant qui voyait les cadres du STV2 évoluer avec l'équipe fanion, obligeant le staff a piocher parfois exagérément chez les U19, des matchs joués sans la maîtrise habituelle, un manque de réussite chronique, un état d'esprit qui s'effiloche... "Je ne baissais pas les bras mais j'en arrivais à penser que peut être fallait-il quelqu'un d'autre à ma place car je ne savais plus quoi faire. Certains des jeunes a qui je faisais appel ne semblaient pas adhérer au projet commun. Un problème de mentalité certainement. On allait dans un mur et s'il n'y avait pas eu de réaction positive, je serais parti de moi-même..." nous a confessé l'emblématique entraîneur du STV2.
Le manager général H.Parizot est venu parler aux joueurs dans la semaine mais aussi tous les cadres de l'équipe (Aléo, Moussaoui, Gras...) qui sont venus dans le vestiaire en compagnie du capitaine Schaeffer pour une explication entre joueurs. Ils étaient d'ailleurs présents au bord du terrain, dimanche.

Sans A.Ben Hamed ni A.Mendy suspendus mais avec l'apport de A.Houatmi et C.Barale, le match débutait dans une ambiance tendue entre les deux formations que l'incohérence de l'arbitrage n'allait pas favoriser mais au contraire empirer. Coups de sifflets intempestifs, à contre temps, à l'envers: le match s'est progressivement durci et les cartons (jaunes et rouges) se sont abattus.
Bonne entame des azur et or avec beaucoup d'engagement, beaucoup de duels mais peu de jeu. Le Sporting pousse: "On pousse tellement que les adversaires ont eu des ballons de contre. On était pas à l'abri de s'en ramasser un..." concédait le coach. "Il nous fallait les 4 points et mettre l'adversaire au fond du trou".
Dans les arrêts de jeu, Herrera débordait et délivrait un bon centre en retrait qu'Hasni ne pouvait contrôler. Beaunes au second poteau en profitait pour ajuster le goal adverse d'une belle frappe: C'était l'explosion de joie du côté Toulonnais. Le STV2 tenait enfin une victoire, lui qui en était sevré depuis la seconde journée en septembre dernier. "J’espère que ce but va changer le cours de notre saison." conclut JC.Grasso

Pour autant cette importante victoire ne va pas être évidente à apprécier et encore moins à bonifier car un nouveau nuage vient poindre dans l'horizon déjà encombré: La prochaine journée de championnat voit le STV2 se rendre à Marseille face au SCOC La Cayolle.
Les graves incidents qui étaient survenus entre le FC La Seyne et les Marseillais en coupe de France (6ème tour) font peser des menaces sur la bonne tenue de cette rencontre: Déjà des pressions sont exercées sur certains joueurs du Sporting. (Le club de La Cayolle et le club Seynois passent en commission de discipline ce jour)
Le STV a envoyé un courrier à la Ligue pour avoir des réponses sur l'organisation de ce match. Sans doute faudrait-il délocaliser la rencontre pour d'évidentes raisons de sécurité compte-tenu de l'ambiance qui entoure déjà cet évènement. La réciproque serait d'ailleurs appliquée au match retour, "si le président de La Cayolle est responsable, il doit délocaliser" affirme le coach.