jeudi 22 décembre 2011

DH - STV/SC Orange (2-0)

Sporting:
 Et c'est comme ça que nous t'aimons...!

Les Toulonnais peuvent saluer leurs supporters: En s'imposant 2-0 face à Orange, ils terminent l'année en beauté.
(Photo: C.Rainaud)

Pour cet ultime rendez-vous en 2011, le STV jouait gros hier soir opposé au SC Orange dans la froidure de Brignoles en match en retard de la cinquième journée.
Si juste avant le coup d'envoi, le thermomètre n'était pas en grande forme au raz de la pelouse du stade Delpon, l'ambiance était déjà chaude dans la tribune, tant les supporters s'étaient mobilisés pour ce match "à domicile/extérieur".

Le Sporting se présentait dans une nouvelle configuration avec le retour de Pansier dans le but, derrière une défense plus classique Le Goff-Aléo-Coulibaly-Moussaoui. Si Charre et Boronad occupaient l'entre-jeu, l'originalité était au milieu dans le placement de Rifflard sur l'aile droite. Barale était à gauche, Dob et Boucenna en pointe.
Dès les premiers instants, c'était deux blocs défensifs qui s'opposaient, la lutte faisant rage au milieu de terrain pour le contrôle du ballon: Les duels étaient rudes, Rifflard se faisait secouer, le défenseur Canovas écopait d'un avertissement et un vauclusien devait sortir sur blessure, évacué par les pompiers.
C'est toutefois les azur et or jouant en blanc pour l'occasion, qui allaient alerter la défense visiteuse mais le toujours sémillant Dervin s'interposait brillamment.
Après ce premier quart d'heure, le STV accélérait et Dob s'écroulait à l'entrée de la surface d'Orange. L'arbitre du match, Mr Romero désignait le point de penalty au grand dam de Dervin qui se faisait avertir pour avoir trop contesté la sanction. Boronad se chargeait de tirer mais sa frappe dévissée, trouvait le poteau sortant.
Le Sporting n'avait pas vraiment le temps de gamberger qu'au terme d'un long centre, Boucenna oublié au second poteau trompait imparablement Dervin d'une tête bien ajustée (1-0, 23ème). On pensait le plus dur réalisé et les Toulonnais pressaient la défense visiteuse qui repoussait les assauts en utilisant quelques expédients, occasionnant beaucoup de coups francs qui ne donnaient rien.

Après la pause, la physionomie de la rencontre s'inversait petit à petit: Si Dob à la limite du hors-jeu trouvait Dervin, impérial sur sa ligne, c'était les Orangeois qui prenaient le match à leur compte dans la possession de balle, les joueurs de L.Alfano reculant progressivement même si Pansier n'avait pas grand chose à faire.
Les sorties de Charre puis de Barale au profit de Troncia et Avico allaient renforcer cet état de fait: Le STV ne procédait plus qu'en contre. Au contraire, les visiteurs construisaient davantage et Pansier devait s'employer, notamment sur une série de corners. La défense azur et or était à la lutte à l'image de Moussaoui qui s'engageait totalement et devait sortir sur blessure en fin de rencontre (remplacé par Otmani).
Au plus fort de la domination Orangeoise, c'est le Sporting qui allait tuer le match suite à une reprise écrasée de Boronad qui prenait à défaut le portier Vauclusien, pas sur ses appuis (2-0, 87ème).

Sans avoir dominé la rencontre, sans avoir produit un football de grande qualité, le STV s'imposait face à des visiteurs rugueux mais peu inspirés offensivement.
Une fois encore, le franc engagement collectif du groupe azur et or, la solidarité entre les joueurs, la réussite devant la cage adverse a suffit pour remporter une nouvelle victoire, la sixième consécutive et toujours sans avoir concédé le moindre but.
Les supporters Toulonnais pouvaient communier avec les joueurs venus les saluer: "Et c'est comme ça que nous t'aimons, Sporting !" pouvaient-ils chanter.

La réaction de B.Pansier, à l'issu de la rencontre.
Benoit PANSIER: