lundi 12 décembre 2011

DH: STV-ESCR (1-0)

Que ce fut dur !

Capitaine Boronad (ici avec A.Charre) et ses coéquipiers ont livré un combat "à l'ancienne" pour se défaire des Cannetans...
(Photo: C.Rainaud)

A domicile, le STV ayant déjà grillé un joker, le faux-pas face à l'Entente Sportive du Cannet Rocheville n'était pas une option pour L.Alfano.
Au coup d'envoi, il alignait une formation azur et or à l'assise défensive renforcée: Devant Torregrossa dans les buts, se tenait une première ligne composée de Coulibaly, Aléo, Llorente et Moussaoui. Juste devant la défense, Charre renforçait l'axe central et devait se charger de la récupération à côté de Boronad, la rampe de lancement. Otmani et Bedjaoui sur les ailes et la paire Rancurel/Dob en pointe.

Le match débutait sur un rythme nerveux, les visiteurs ne semblant pas vouloir subir le jeu Toulonnais. Les deux équipes se livraient à une série de duels et souvent c'était les verts qui l'emportaient, très présents sur les premiers ballons. Jean-Zephirin alertait d'abord Torregrossa ce qui faisait gronder le coach Alfano sur son banc de touche: "On se réveille un peu ! On entre dans le match !".
Face à des visiteurs bien en place et volontaires dans l'engagement, le Sporting bloqué dans son jeu allait allonger en essayant de passer dans la profondeur par Dob ou Rancurel mais sans réel danger pour Hamrouni, le portier de l'ESCR. La première période se terminait sans réelle occasion de but de part et d'autre bien que le rythme de la rencontre était rapide.

De retour sur le terrain, le onze Toulonnais se regroupait au centre et le capitaine Boronad s'adressait à ses coéquipiers. Les consignes du coach étaient claires: Réaliser une bonne entame d'entrée de seconde mi-temps et produire du jeu.
Pourtant c'était les visiteurs qui rentraient immédiatement en action: Sur un corner, Parisio mettait une tête juste au dessus de la barre de Torregrossa (46ème). Deux minutes plus tard, sur un centre venu de la gauche de la défense qui longeait le but azur et or, Jean-Zephirin remisait pour Forafo dont le tir était contré une première fois par le retour de Llorente. Le Cannetan reprenait encore et Torregrossa surgissait pour s'emparer du ballon sur la ligne ! Un miracle que le Sporting ne soit pas mené au score...
Les Toulonnais se remettaient dans le sens de la marche et apportaient de la vitesse pour casser le pressing des visiteurs. Moussaoui écopait d'un carton jaune (54ème).

A l'approche de l'heure de jeu, Alfano changeait son animation: Troncia remplaçait poste pour poste Rancurel tandis qu'Otmani sortait et Rifflard faisait son apparition ce qui permettait à Boronad de monter d'un cran. Quelques minutes après seulement, Boronad du rond central lançait Dob dans la course. A l'entrée de la surface, ce dernier reprenait sans contrôle un tir croisé qui se logeait entre le plongeon d'Hamrouni et son poteau: parfaite précision du buteur azur et or (1-0, 63ème).
Le coach de l'ESCR lançait le milieu offensif Monteiro à la place d'un défenseur et Le Goff entrait à la place de Bedjaoui qui sortait en boitant. Le défenseur Toulonnais était de suite en action en dégageant des pieds de Monteiro un ballon chaud (68ème).
Dob prenait un avertissement pour simulation alors qu'il était descendu juste avant la surface et l'attaquant des verts Guangioli remplaçait Jean-Zephirin. Boronad cherchait et trouvait Dob, mais cette fois-ci la frappe de l'attaquant s'envolait au dessus du but azuréen. Moussaoui était à son tour descendu sans que l'arbitre ne bronche. Le vaillant défenseur commettait ensuite une faute qui lui valait un second carton jaune synonyme de rouge (78ème): Les azur et or allaient devoir gérer la fin de la rencontre à 10 contre 11, Le Goff glissait sur le côté et Boronad redescendait d'un cran.

Les Cannetans pressaient et Torregrossa s'imposait par deux fois (79, 81ème) avant que Troncia ne s'amène un ballon jusque dans la surface sans pouvoir armer une frappe. Sur l'action suivante Boronad voyait son tir contré, repris par Coulibaly au dessus des cages d'Hamrouni.
La fin du match était crispante mais les azur et or faisaient front et l'arbitre délivrait Bon Rencontre en sifflant les trois coups. Le Sporting remportait avec beaucoup de difficulté une victoire face à un adversaire qui ne lâchait rien. La quatrième consécutive, série en cours.

Riad Dob, l'efficace finisseur du travail azur et or.
(Photo: C.Rainaud)