vendredi 19 août 2011

Billet d'humeur

Les bons comptes de Noël Le Graët

Avant le pourvoi du STV devant le Conseil d'Etat pour disproportionnalité, le nouveau président de la FFF veut se montrer intransigeant dans l'interêt du football Français...


Le nouveau président de la Fédération Française de Football, N.Le Graët a récemment déclaré lors d'un point-presse visible sur le site de la FFF (http://www.fff.fr/mediatheque/fff/538640_point-presse-de-noel-le-graet): "Nous avons discuté de l'ensemble des propositions de conciliation [du CNOSF] concernant un certain nombre de clubs. Le Comité Exécutif a maintenu toutes les décisions de nos commissions, sans exception."
Le président a cité un exemple afin de bien souligner la fermeté de la Fédération face aux contentieux de plus en plus nombreux induits par les recours juridiques des clubs sanctionnés par la DNCG: "Concernant Cannes qui avait perdu en appel malgré la demande de conciliation du CNOSF, le Comité Exécutif a décidé de faire confiance complètement à la DNCG. Donc Cannes ne jouera pas en National."

On pourrait remplacer Cannes par Toulon, l'exemple serait le même (quoique la sanction ne l'est pas, le STV étant le seul club exclu d'une catégorie de compétition, entraînant une rétrogradation de plusieurs divisions): pas de conciliation en matière financière pour les clubs dans le rouge, surtout à l'orée d'une réforme en profondeur du football amateur qui va toucher au cours des trois prochaines saisons directement les clubs de National, CFA, CFA2 et plus indirectement ceux de DH. L'objectif est de rationaliser la gestion des clubs à tous les niveaux (Financiers, sportifs, infrastructures) à travers une refonte des championnats et la création de la fameuse Licence club et son cahier des charges draconien qui risque de laisser sur le carreau quelques clubs amateurs. "Régime minceur pour tous !" titrait en février dernier le magazine mensuel de la Fédération FOOTmag.
La FFF veut pouvoir réduire à 194 parts (au lieu de 220) "l'énorme gâteau" qu'elle reverse à l'élite du football amateur constituant une majeure partie de la vitalité du football Français, à savoir... 7.641.755 euro. Colossale somme qu'il faut mettre en perspective avec quelques autres chiffres: Cette saison le budget cumulé des 20 clubs de L1 dépasse le milliard d'euro, le budget annuel de la FFF représente 200.000.000 euro auquel il faut rajouter les 320.000.000 d'euro que Nike va lui verser sur les 7 prochaines années. Que penser alors des 80.000.000 d'euro alloués par an à l'équipe de France...?

... Justement, de l'équipe de France il en était question indirectement au cours de ce point-presse puisque N.Le Graët a abordé ensuite le cas Raymond Domenech: "Le dossier Domenech est terminé: L'exécutif a adopté le contrat proposé. Je vous rappelle qu'il y a à peu près un mois, une conciliation avait déjà été proposée et que la Fédération n'était pas forcément très à l'aise sur les premières conclusions.
La proposition que j'ai faite, après bien entendu avis de nos conseillers juridiques qui suivent ce dossier depuis le début est celle-ci: Le droit du travail lui accordait une somme de 575.000 euro, c'est à dire la période DTN. C'est exactement la somme qu'il aurait perçu s'il avait été licencié très normalement et nous nous sommes mis d'accord sur une indemnité transactionnelle supplémentaire de 400.000 euro qui coiffe l'ensemble des litiges sur ce dossier."

Intransigeante envers les clubs amateurs, en particulier envers ceux qui parviennent à équilibrer leurs comptes, même à posteriori, la FFF est beaucoup plus conciliante envers certains de ses serviteurs (y compris ceux dont le bilan n'est pas fameux) qui se voient à posteriori gratifier d'indemnité transactionnelle supplémentaire par rapport aux droits acquis.

Régime minceur pour tous...?