mercredi 1 juin 2011

Réunions en mairie

Suite à la décision en date d'hier de la DNCG stipulant l'exclusion du Sporting Toulon de compétitions nationales, certaines choses évoluent et certaines informations circulent dans le giron du STV.

En début d'après-midi plusieurs supporters du club azur et or représentants différentes associations s'étaient donnés rendez-vous à la mairie de Toulon et ont été spontanément reçu par le maire, Hubert Falco.
Ce dernier leur a rappelé son profond attachement au Sporting et sa volonté de le voir continuer malgré les difficultés rencontrées. Il réitère l'indéfectible soutien de la municipalité et de l'agglomération au club mais précise qu'il entend bien faire la part des choses entre la partie sociétale du STV (la S.A) qui gère les intérêts commerciaux et la partie associative (l'association STV qui détient le numéro d'affiliation à la FFF) qui composent le club: Le maire a indiqué son inquiétude vis à vis des finances de la S.A. au vue des informations qui lui ont été communiqué, de la cinglante décision de l'organisme de contrôle fédéral (DNCG) et de l'impossibilité qui est la sienne d'intervenir dans sa comptabilité.
Afin de mettre les différents intervenants devant leur responsabilité, de mettre en oeuvre les dispositions qui s'imposent pour assurer la survie de la formation des jeunes footballeurs pris en charge par le STV et de faire la plus grande transparence sur l'ensemble des faits, le premier magistrat de la ville a décidé de réunir les dirigeants du Sporting ainsi que les représentants des associations (FT-IRD-Amicale-Socios) mercredi prochain en mairie.

De leur côté les dirigeants du Sporting sont dans l'attente des motivations de la DNCG pour savoir sur quels éléments précis l'organisme de contrôle s'est basé pour justifier une décision aussi lourde de conséquences tant sportives que financières. Un dossier le plus exhaustif possible avait été préparé afin d'établir la réalité des chiffres concernant la situation comptable de l'association et de la S.A.

- Des documents juridiques ont été produits établissant un redressement des états financiers sur le dernier semestre d'exercice en grande partie dû a de significatives mesures d'économies sur les dépenses. Un accord de rééchelonnement de la dette fiscale du club auprès de l'URSSAF a été conclu et produit ainsi que des engagements financiers des collectivités locales.

- En outre, le bilan de l'association contient à son actif une importante créance de l'IVFMF. Le président de l'association estime faire apprécier cette créance au vu des garanties de remboursement données par l'IVFMF plutôt que de la faire déprécier des comptes de l'association comme l'estime la DNCG en vertu d'un principe comptable de prudence, le créancier étant présumé ne pas être en mesure d'honorer sa dette vis à vis du STV.

- Enfin le litige prud'homal opposant Patrick Storai au STV n'a pas pu être tranché en première instance au motif de la difficulté des juges a établir les responsabilités des uns et des autres. Une procédure de renvoi a été mis en place reportant ainsi sur le prochain exercice la nécessité de provisionner le montant de la réclamation du plaignant.

Manifestement la DNCG a apprécié différemment ces éléments, estimant que la situation comptable du STV s'avère être particulièrement obérée et que la pérennité du club risque d'être remise en cause à court terme.
Dès que les attendus motivant la décision de l'organisme fédéral de contrôle leur seront communiqués, les dirigeants du STV feront appel de cette décision.