dimanche 29 mai 2011

DHR: Ultime journée

Le STV2 se heurte à un mur...

Le STV2 a souffert cet après-midi face à une solide équipe Cagnoise...
(Photo: Socios du STV)


Sans Gras dans les buts et les latéraux Schall et Colin, sans Micheletti et Aléo en défense centrale, sans Gantel, Carl Rancurel ou encore Moussaoui au milieu ni Chadli, Chakrouni, Bouchoux ou Kévin Rancurel en attaque, c'est une équipe entière de potentiels titulaires qui n'était pas présente au coup d'envoi du dernier match de championnat de la saison face à l'US Cagnes/mer. Tous absents pour différentes raisons.

Autour du capitaine Schaeffer on trouvait Messaoudi dans la cage derrière une défense profondément remaniée: Bernuit (U19) et Camara (U19) faisaient leur apparition en championnat et étaient associés à Batti et Mendy.
Au milieu Piquemil, devant Beaunes (U19) et Gomis (U19) étaient encadrés par Bedjaoui et Amardgia. Sur le banc: Molli (U19), Ben Ahmed et Troncia.
Le STV2 avait une allure très juvénile face aux expérimentés troisièmes du championnat qui étaient au complet en dehors de leur meilleur buteur Larbi.

Le début du match voyait les visiteurs s'installer peu à peu dans le camps du STV: Bien en place et faisant tourner rapidement le ballon, les Cagnois privaient les Toulonnais de munitions.
Le premier tir était le fait de Mankour pour Cagnes, Messaoudi devant se coucher pour détourner la frappe. Les azur et or reculaient inexora-
blement au fur et à mesure que les Cagnois les pressaient. Ferrandis décalait Cissé tout seul à gauche: Son tir passait juste au dessus de la transversale de Messaoudi (20ème).
Les Toulonais jouaient en contre mais pêchaient dans le détail, la dernière passe, le dernier geste même si Gomis centrait pour Bernuit qui cadrait sa reprise... hélas sur Brunner le portier Cagnois qui se saisissait facilement du cuir (28ème).
Peu après un Toulonnais faisait une faute de main dans la surface et l'arbitre désignait le point de penalty. Monteiro trompait Messaoudi d'une frappe puissante (0-1, 33ème).
Les Cagnois dominaient les azur et or dans l'impact physique mais sans se créer de véritables occasions de but. Le coach JC.Grasso donnait de la voix de son banc de touche mais la physionomie de la rencontre ne changeait guère.
A l'approche de la pause, Gomis se blessait à la cheville sur un mauvais appui et laissait le STV à 10 pendant quelques minutes. Dans le temps additionnel Amardjia contrait, relayait "à l'aveugle" avec Beaunes et se présentait au terme d'une longue course seul devant Brunner, mais son tir écrasé était détourné en corner. Le STV venait de laisser passer l'occasion de revenir au meilleur moment.

Les Cagnois n'allaient pas eux, laisser passer leur chance: Peu après la reprise sur un centre de Tchokounte à gauche de la défense azur et or, Mendy était trop court et laissait passer un ballon qu'Elabed reprenait victorieusement de la tête sans que Messaoudi ne puisse esquisser le moindre geste (0-2, 50ème). Ben Ahmed (rentré à la place de Gomis) servait Schaeffer aux abords de la surface mais son tir n'inquiétait pas Brunner.
Le STV2 obtenait quelques coup franc intéressant mais Ben Ahmed ne pouvait cadrer ses frappes qui flirtaient avec les poteaux des visiteurs.
Sur un contre rapidement exécuté, Bedjaoui se jouait de la défense centrale Cagnoise et lobait Brunner pour inscrire un but... refusé par le juge de ligne pour un hors jeu guère évident (60ème).

Piquemil sortait et c'est Molli qui le remplaçait. Le Sporting accélérait: Amardjia se retrouvait seul devant Brunner mais sa balle piquée passait à l'extérieur du poteau Droit.
De leur côté les visiteurs restaient dangereux: Cappadona ouvrait pour Ferrandis qui reprenait instantanément mais Messaoudi s'interposait à propos et repoussait la tentative (71ème).
Dans le dernier quart d'heure, Troncia rentrait à la place de Bedjaoui. Brunner sortait des deux poings un coup franc de Ben Ahmed sous la barre puis c'est Batti qui sauvait sur sa ligne après une action Mankour/Monteiro.
Temps additionnel: Cappadona s'échappait sur la droite et centrait au cordeau pour Ferrandis qui reprenait de la tête trompant à la fois Bernuit et Messaoudi pour un 0-3 sévère pour les azur et or.

Les Cagnois étaient trop forts pour ce Sporting-là, la tête déjà tournée vers une certaine demi-finale...