dimanche 27 mars 2011

DHR: Victoire !

Le Sporting avait faim !


Mehdi Bedjaoui et l'attaque azur et or ont été réaliste face à l'US 1er Canton
(Photo: Socios du STV)


Au coup d'envoi de la rencontre opposant cet après midi à Mercheyer le STV2 à l'US 1er Canton, s'invitait une pluie froide et battante. Avec Messaoudi dans le but, la charnière centrale était composée d'Aléo et Schall, encadrée par Colin à droite et Moussaoui à gauche. Piquemil, intronisé capitaine était seul à la récupération derrière "Zizou" Gantel en meneur de jeu. Sur les ailes Troncia et Chadli tandis qu'on trouvait Chakrouni et Rancurel (Kévin) aux avant-postes: Le Sporting affichait dans sa composition des velléités offensives. Menou, Ben Hamed et Bedjaoui prenaient place sur le banc.

Les premières minutes donnaient le ton: le STV occupait le camps des visiteurs en essayant de passer tantôt par les ailes, tantôt dans l'axe. Les duels se multipliaient mais les Marseillais faisaient front. Si Schall dégageait un ballon chaud dans la surface de Messaoudi, la minute suivante voyait Rancurel hériter d'un bon ballon suite à un mauvais dégagement d'un défenseur latéral et il ne se faisait pas prier pour envoyer le cuir au fond des filets de Belamri, le portier du 1er Canton (1-0, 12ème).

Le Sporting dominait les débats mais ne s'exposait pas aux contres rapides que les visiteurs mettaient en place, Colin se montrait intraitable sur son côté. Après la demi-heure, la pluie baissait d'intensité et les visiteurs en profitaient pour jouer plus haut et exercer un pressing sur le porteur du ballon. S'en suivait quelques ballons chauds mal renvoyés dans l'axe de la défense azur et or mais sans conséquence pour Messaoudi même si Ghelamallah aux prises avec Aléo et Schall, s'effondrait dans la surface: L'arbitre, Mr Chilotti sifflait... faute de l'attaquant. La pause était atteinte sur un avantage mérité en faveur des Toulonnais et la pluie redoublait d'ardeur.

La seconde période voyait les visiteurs se montrer plus agressifs et entreprenants. Le STV faisait front et les duels se durcissaient, Mr Chilotti sortait son carton jaune pour une faute du défenseur central Madihali sur Rancurel (56ème) puis avertissait le capitaine et meneur de jeu Ebondo pour contestation (58ème). Sur le coup franc qui s'en suivait, Troncia avait une opportunité de marquer de la tête au premier poteau mais il ne pouvait se saisir de la balle.

A la 64ème minute, le coach Grasso faisait sortir Rancurel pour faire rentrer Bedjaoui. La défense Marseillaise tardant à se dégager, sur une passe en retrait Bedjaoui sentait le coup et anticipait le contrôle du défenseur. Sur son premier ballon, il trompait dans un angle fermé Belamri, bien lent à venir à sa rencontre (2-0, 65ème). Le break était fait et les visiteurs accusaient sérieusement le coup.

Ben Hamed faisait son apparition en remplaçant Troncia (75ème). Il lançait dans la profondeur Bedjaoui qui perdait son face-à-face avec le portier Marseillais. Quelques instants après, Chakrouni bénéficiait d'une hasardeuse passe dans l'axe et frappait au but de plus de 20 mètres. Son tir puissant et tendu passait entre le gant de Belamri et la base de son poteau gauche pour le troisième but du STV (3-0, 81ème).

L'US 1er Canton réagissait en trouvant la transversale de Messaoudi sur un coup franc de Ruiz mais la messe était dite depuis longtemps. Canonne et Bedjaoui étaient avertis suite à un contact rugueux qui provoquait une petite altercation (84ème). Chakrouni effectuait une reprise de volée qui flirtait avec le poteau droit de Belamri, sans réaction (86ème).
La fin de la rencontre était émaillée de fautes: Ebondo était de nouveau sanctionné pour contestation d'un jaune qui virait au rouge, puis suite à une faute sur Ben Hamed frappé d'un coup volontaire en pleine mâchoire par Madihali, ce dernier recevait le même traitement: Jaune qui passait au rouge (deuxième avertissement), Ben Hamed étant averti également. C'est à 11 contre 9 que Mr Chilotti sifflait la fin de la rencontre peu après.
Le STV2 renouait avec la victoire de belle manière et se rassurait dans l'optique du maintien.