jeudi 13 août 2009

J 2 : VILLEFRANCHE / SAÔNE FUTUR ADVERSAIRE

Promu la saison dernière, le FC Villefranche avait agréablement surpris en terminant troisième de la poule B de CFA et en quittant la coupe de France seulement au stade des seizièmes de finale. A défaut de prétendre vouloir faire mieux cette année, le club Caladois voudra confirmer ses bonnes dispositions en misant sur la stabilité de son effectif… « Faire mieux que la saison dernière » est un discours qui revient souvent dans la bouche des protagonistes du football à l’orée d’un nouvel exercice. Dans le cas du FC Villefranche, la gageure est de taille avec une troisième place en CFA et un seizième de finale de coupe de France. Dés lors, la prudence impose « une place dans le premier tiers du championnat » comme objectif pour Jean-Michel Picollet, l’entraîneur, qui entame son deuxième mandat à la tête de l’équipe phare du Beaujolais. Et comme l’on ne « change pas une équipe qui gagne », le club a misé sur la stabilité de son effectif pour continuer à construire à horizon 2012, date ou il espère connaitre le championnat National. La première mission des dirigeants caladois a donc été de conserver des éléments qui lui avaient donné satisfaction dans leur majeure partie. Elle a été quasiment accomplie avec seulement quatre départs : Comert (Aurillac), Berrut (sud), Fannan (FC Bords de Saône) et Ariola (Lyon-Duchère AS), soit aucun titulaire complètement indiscutable de la saison dernière. Quatre recrues défensives et El Bachiri pour palier à l'absence de Durand...
Ceux-ci ont été compensés par cinq arrivés avec Fournier (FC Gueugnon), Abrassard (Saumur), Chavrondier (Yzeure), Goux (CASCOL) et en dernière minute El Bachiri (Lyon-Duchère AS). Soit quatre joueurs à vocation défensive pour un seul porté vers l’attaque, El Bachiri, notamment pour palier à l’absence de Durand jusqu’en octobre pour cause de reclassement amateur. Mais l’exercice écoulé avait aussi et surtout été marqué par la belle aventure en coupe de France, terminée seulement en janvier au stade des seizièmes de finale, face au professionnels du FCO Dijon : la aussi, il sera difficile pour Barbosa et ses partenaires de faire aussi bien à défaut de mieux. C’est bien connu, le plus difficile est souvent de confirmer. C’est pourtant ce que va devoir s’atteler à faire le FC Villefranche cette saison, en misant sur la stabilité et en solidifiant ses bases, avant d’espérer aller voir plus haut dans un avenir pas si lointain que cela…

Source : "Le progrès"