jeudi 23 avril 2009

J 29 : MONTPELLIER 2 FUTUR ADVERSAIRE


À Sussargues (Jules-Rimet), Lyon 2 bat Montpellier 2 2 à 1. (0-1) Arbitres : MM. Mrozek, Julian et Sanchez Buts : Martin (63e) pour Montpellier ; Court (32e), Colombo (85e csc) pour Lyon Avertissements : Stambouli (85e) pour Montpellier ; Faure (42e), Barlet (89e) pour Lyon

L'excellente opération réalisée hier dans l'agglomération de Montpellier rallume l'idée d'une fin de saison pleine d'intérêt. En s'imposant sur le terrain de son principal adversaire pour les phases finales, qui aurait pris un avantage décisif en cas de victoire, la réserve de l'OL a gardé le droit d'y croire. À six journées de la fin, quatre points la séparent désormais des Héraultais. Hier, l'OL a su profiter des faiblesses d'une équipe qui s'était volontairement privée de trois joueurs majeurs : Le Gras, Cabella et El Kaoutari, trois éléments sous le coup d'une suspension au prochain carton jaune qui les aurait privés de finale de Coupe Gambardella. À ces absences, il fallait aussi y ajouter celle d'Armand, le meilleur buteur des quatre groupes de CFA avec 23 buts, appelé avec les pros. Lyon a su en profiter, notamment durant une première mi-temps à sens unique. Et plus encore lors de la première demi-heure, au cours de laquelle l'équipe de Robert Valette monopolisa le ballon. Jusqu'à l'ouverture logique du score de Court, sur une offrande de Pied au deuxième poteau (0-1, 32e). Il n'y avait alors rien à dire dans ce scénario. La seconde période en revanche allait planter un tout autre décor. Revenu avec d'autres intentions, Montpellier chassait plus haut et inversait les rôles du chat et de la souris aux aguets. Et logiquement, l'égalisation allait traduire ce brusque changement de scénario. À peine entré en jeu, Martin profitait d'une passe de Koita pour marquer d'une frappe croisée au ras du poteau (63e). Une égalisation tellement logique que Lyon se serait contenté de ce nul au vu de la rencontre, avec notamment les opportunités d'égalisation de Koita. Mais c'est un coup du sort qui devait sceller cette rencontre. Un corner trouvait la cuisse de Colombo. L'ancien champion du monde des -19 ans trompait son propre gardien. Un but qui relance la fin de championnat.


Source : "Le Progrès"