dimanche 14 janvier 2018

SCT OGCN : le port des désillusions (1-2)

Photo NM



Le Sporting commence l’année comme il l’avait finie à domicile, avec une nouvelle désillusion. A chaque fois que le Sporting a la possibilité de recoller à la tête du championnat, il laisse filer l’occasion. Même scénario que contre Mont de Marsan, les Toulonnais encaissent cruellement un but dans les toutes dernières minutes.
Un Sporting trop tendre face à une réserve qui joue bien, des occasions loupées qui se paient cash, le SCT est le propre auteur de sa défaite et gaspille des points précieux qui risquent de faire défaut en fin de saison.


Composition SCT : Viviani – Sahnoune – Ouasfane – Atlan – Médoukali – Moulet (Fall 81’) – Kamin – Palhares – Belhadj (Preira 74’) – Djaballah (Gomis 68’) – Diallo.

CJ SCT : Belhadj (49’)

Buts SCT : Diallo (25’)
Buts OGCN : Ganago (41’) – Perraud (92’)



Le round d’observation entre les deux formations permet de constater que personne ne semble vouloir prendre les initiatives et que chacun attend l’autre au tournant.
Il faut attendre la 20ème pour voir Palhares nous gratifier d’un très beau tir passant juste à côté des cages niçoises.

Cinq minutes plus tard, les Varois poussent et Kamin hérite d’un excellent ballon et tente de fusiller le portier niçois. Celui-ci repousse tant bien que mal la frappe puissante.



Mais ce renard de Diallo a bien suivi et peut reprendre victorieux en plaçant son ballon dans un espace peu évident. (1-0).

Les Toulonnais gèrent tranquillement leur avance. Le jeu des Niçois est assez haut, ce qui permet à l’attaque toulonnaise de surprendre plus facilement la défense adverse. Le jeu est très ouvert et agréable à suivre. Mais alors que les Toulonnais auraient dû enfoncer le clou, Diallo lancé seul, rate son duel contre le portier niçois alors que tout BR s’était déjà levé pour célébrer le second but.
Mais c’est Ganago qui, au terme d’un bon travail dans la surface, viendra tromper Viviani juste avant la pause.

Comme l’on sait que le SCT n’a jamais marqué, cette saison, en seconde période, le public aborde la suite de la partie avec inquiétude et curiosité.
L’OGCN a durci un peu son jeu et les Toulonnais semblent moins sereins. A la 55ème minute, Belhadj décroche une belle frappe, qui est parfaitement stoppée.


Djaballah que l’on a beaucoup vu depuis le début du match, laisse sa place à Gomis. Puis c’est Preira qui fait son entrée.
A la 79ème minute Diallo sert parfaitement Preira qui, hélas croise trop son tir. Encore une belle occasion. Fall fait sa grande rentrée à BR pour apporter du danger devant.
A la 85’ un bon coup franc d’Atlan pour une tête rageuse de Médoukali. Le portier niçois la sort de justesse sous la transversale. Il était dit que le SCT ne marquerait encore pas en seconde période.
Mais ce qui n’était pas dit, c’est qu’un exploit personnel de Perraud allait glacer l’ambiance de BR dans les arrêts de jeu. Un magnifique but qui donne les points de la victoire à l’OGCN
qui n’a jamais démérité face à des Toulonnais incapables de prendre l’ascendant lors d’un match pourtant à leur portée.
Côté satisfaction : Diallo a vraiment pesé lourd devant en empoisonnant systématiquement la défense adverse. On a retrouvé ce soir un Djaballah en pleine confiance et omniprésent.
Dommage que l’on ait tardé à renforcer l’attaque, car Diallo a souvent manqué de ballons.

Encore une désillusion à domicile et une grosse pression pour le prochain match à l’extérieur à Martigues. Condamné à gagner là bas pour pallier la perte de points à la maison, le Sporting se serait bien passé de ce genre de défi..

CR et PHOTOS  : FA et NM

N'oubliez pas de voter pour l'homme du match !

mardi 2 janvier 2018

NOUVELLE ANNEE



Les SOCIOS vous souhaitent une excellente année 2018 !





samedi 30 décembre 2017

JEANNOT







Vous pouvez aller dire aurevoir à JEANNOT à la chambre funéraire d'Ollioules à partir de ce matin et pour ceux qui peuvent , l'enterrement est prévu ce mardi 2 Janvier à 15 h en la Paroisse du Sacré Coeur , suivi du cimetière à Lagoubran.

Reposes en paix Jeannot...

dimanche 24 décembre 2017

Joyeux Noël



Les SOCIOS du SCT vous souhaitent de bonnes fêtes de fin d'année!

Profitez bien en famille , entre amis , à l' année prochaine !





jeudi 21 décembre 2017

Le Derby TPM : à Hyères, la palme aux Toulonnais.





Le derby a tenu toutes ses promesses en terme d’engagement et de beau jeu. La victoire était importante pour les Toulonnais, après leur revers à domicile. Non seulement ils empochent les 3 points mais en plus ils y ont mis la manière. Les supporters venus en masse ont apprécié leur style et leur grinta et la communion avec le public a atteint le paroxysme de la ferveur en fin de match. Un beau cadeau et de quoi envisager la suite avec enthousiasme et espoir.




Composition SCT : Viviani – Sahnoune – Atlan – Leleu – Soury – Moulet – Belhadj (Djaballah 87’) – Gomis – Kamin – Preira (Polano 90’) – Diallo.


But : Sahnoune (24’).


Cartons Jaunes HFC : 2 à la 9ème minute + 61ème



Le stade Perruc bien rempli et une belle ambiance côté toulonnais. Des encouragements constants qui vont rythmer un match alerte et engagé où les Toulonnais seront les plus habiles à tirer leur épingle du jeu.

Ce sont les Toulonnais qui s’illustrent les premiers sur un joli coup franc qui oblige le portier hyérois à se coucher pour détourner en corner un ballon très bien placé. (11’)

A la 16ème minute, Diallo prend de vitesse tout le monde et s’échappe pour se présenter seul mais son tir puissant passe au-dessus.

A la suite d’un des nombreux corners, Sahnoune reprend de la tête pour trouer les filets hyérois dans la liesse que l’on imagine (24’).

Une minute plus tard c’est Belhadj qui tente sa chance de loin et son ballon est détourné de justesse par le gardien surpris.

Le HFC tente de réagir, il portera plusieurs fois le danger devant les cages de Viviani mais sans concrétiser.
En seconde période, les Toulonnais jouent encore plus haut et les locaux ont du mal à garder la balle. Le Sporting domine outrageusement le débat mais ne parvient pas à se mettre définitivement à l’abri. Un revers cruel peut arriver à tout instant et c’est le cas à la 85ème minute quand le HFC égalise. Mais le but est invalidé pour hors jeu, que contestent les Hyérois.

Les arrêts de jeu ne donneront rien de plus et c’est légitimement que les Toulonnais peuvent savourer leur victoire. Ils ont réalisé un match sérieux et appliqué, tourné résolument vers l’offensive et l’on peut dire que ce type de jeu leur sied plutôt bien.

Un statisticien faisait remarquer, que cette saison, jamais le Sporting n’avait réussi à planter un but en seconde période. C’est peut être la dessus qu’il faudra s’améliorer, histoire de tuer les matches avant de se faire peur et de trembler jusqu’à la fin.

Le Sporting est relancé, de quoi alimenter l’espoir d’une deuxième moitié de championnat passionnante. Mais pour l’instant, nous souhaitons à toute l’équipe et à son staff ainsi qu’à tous les Socios, un très joyeux Noël et un bon bout d’an ! A l’an qué ven !

N'oubliez pas de voter pour l'homme du match ;) sur notre page !

CR /FA


dimanche 17 décembre 2017

Ce Père Noël est une ordure !



                                                                         Photo NM



Qui aurait pu imaginer, il y a un mois, que le Sporting allait se retrouver en position d’être champion d’automne ?

Cette embellie a été simplement gâchée par un but assassin à la 89ème minute. Et cependant, on ne peut pas dire qu’il soit arrivé contre le cours du jeu.

On a assisté à un des matches les moins aboutis du SCT cette saison. Pourtant toutes les conditions étaient réunies pour faire un bon résultat : un capital confiance revenu, une faible équipe de Mont de Marsan et un but toulonnais au timing impeccable.

Composition SCT : Viviani – Leleu – Sahnoune – Medoukali – Atlan – Moulet (Soury 87’) – Gomis (Adim 66’) - Palhares (Belhadj 50’)– Kamin – Djaballah – Diallo.

B SCT : Palhares 39’.

But Mont de Marsan : Mariz 89’

On ne peut pas dire avoir eu l’occasion de vibrer à BR pour ce match contre le Stade Montois. Le long round d’observation d’une demi-heure avec aucun danger de part et d’autre annonce la couleur. Il fait froid dans les tribunes, on s’ennuie sur le terrain mais la ferveur des supporters est palpable. L’espoir renait dans les travées de Bon Rencontre et la Mouraille donne du rythme et de la voix.

Les visiteurs jouent avec une défense de 5 joueurs, ce qui pose de grosses difficultés aux Toulonnais pour s’approcher du but.

Et ce sont même les Montois qui alertent par deux fois l’impeccable Viviani (29ème et 33ème).

A la 39ème Gomis, dont c’était le retour à la maison, fait perdre la tête à la défense, on a même l’impression qu’il en fait trop et pourtant il parvient encore à centrer pour Palhares qui inscrit un joli but.

A la pause le SCT mène au score et tous espèrent le voir enfoncer le clou pour se mettre à l’abri. Au lieu de cela, le Sporting recule et laisse l’initiative du jeu aux visiteurs qui n’en demandaient pas tant.

C’est ainsi qu’une tentative de lob passe de très près des cages de Viviani (57’).

Un superbe tir de Djaballah (58’) qui est détourné sous la barre, aurait illuminé cette période terne.

A la 74ème c’est la panique devant les bois toulonnais et l’énorme cafouillage reste sans effet, mais quelle frayeur !

La 89ème minute est vraiment le tournant de la rencontre. Diallo lancé à toute allure, prend tout le monde de vitesse, il est seul face au gardien, mais préfère transmettre le ballon à Djaballah au second poteau. Mais, hélas, l’attaquant toulonnais met le ballon à côté…

Sur la relance, et une énième montée du Stade Montois, les visiteurs sont récompensés de leurs efforts et trouve l’égalisation dans un silence de cathédrale.


Le Père Noël, présent en début de rencontre, à oublié de mettre dans sa hotte les cadeaux pour le Sporting. Mais n’oublions pas l’adage « aide toi et le ciel t’aidera »… L’attitude de la seconde période est incompréhensible et le SCT perd là une bonne occasion de revenir à un petit point de la tête. Il ne peut s’en prendre qu’à lui-même tant il est l’auteur de ce match nul. Jouer la défense et penser conserver sa maigre avance pendant 45 minutes est vraiment utopique. Le SCT est maintenant condamné à aller l’emporter à Hyères mercredi. Et les cadeaux du Père Noël seront peut-être finalement distribués du côté de Perruc entre 20h00 et 22h00…

Photo et CR :  NM et FA

N'OUBLIEZ PAS DE VOTER POUR L'HOMME DU MATCH SUR NOTRE BLOG !





dimanche 10 décembre 2017

PEZENAS 0 - TOULON Puissance 2

Photos NM




PUISSANCE 2  

Pour les deux cartons jaunes donnés en moins de cinq minutes par Monsieur Kristo sur des fautes pas trop méchantes de chaque côté.

PUISSANCE 2

Pour les 2 buts Magnifiques de Toulon en première mi-temps le premier de 20 m de Kamin à la 9 minute et le deuxième but de Diallo seul face au gardien qu’il fussille à la 24e minute.

PUISSANCE 2  

Pour l’attaque en première mi-temps et pour la défense en seconde.

PUISSANCE 2  

Pour les deux buts en deux matches de Diallo notre dernière recrue.




PUISSANCE 2 

Pour les deux matchs d’affilés gagnés.
PUISSANCE 2  

Pour les contre-performances de Colomiers et de Marignane qui ramènent les toulonnais à 3 points du premier.
Enfin 

PUISSANCE 2  

Pour l’ensemble des joueurs toulonnais qui ont montré qu’ils avaient, Tous, du potentiel pour nous mener à la première place grâce à la solidarité montré aujourd’hui.

Photos et CR : NM et RL

VOTEZ POUR L'HOMME DU MATCH SUR NOTRE BLOG



dimanche 26 novembre 2017

Face à Bergerac, le Sporting a eu du nez. Victoire 1-0.





Renouer avec la victoire, est la meilleure chose qui pouvait arriver aux Toulonnais. Briser la spirale négative, se frotter à un concurrent direct et ambitieux, soigner le moral des troupes et redonner confiance à tout un groupe qui n’a jamais rien lâché, tous ces objectifs ont été atteints hier soir.

Même si Bergerac était amputée de son meilleur attaquant et de son gardien titulaire, même si les actions de but n’ont pas été légion, le SCT a fait le job. Diallo s’est offert un beau cadeau de bienvenue, et l’homme a montré une partie de son potentiel et l’on peut dire que le Sporting a trouvé en lui un attaquant plus que prometteur.



Composition STV : Viviani – Atlan – Leleu – Sahnoune – Médoukali – Bayo (Kamin 63’) – Moulet – Palhares – Adim – Djaballah (Preira 82’) – Diallo (Belhadj 87’).


Cartons Jaunes SCT : Bayo (60’) - Djaballah 65’
Cartons Jaunes Bergerac : 70’ (un joueur du banc !) - 71’ (Fuchs) – 73’.



Suite à l’appel de boycott des tribunes par le collectif des groupes de supporters, Bon Rencontre ressemble, au coup d’envoi, à une véritable coquille vide. Accueillir une équipe en forme, alors que le Sporting n’est pas au mieux, n’est pas une sinécure, mais en même temps, les joueurs de Prunier savent bien qu’ils n’ont pas le droit à l’erreur. La pression doit être forte, car ne pas se relancer face à Bergerac équivaudrait à renoncer à jouer un grand rôle dans ce championnat.

Tous les yeux étaient rivés sur la nouvelle recrue du Sporting, titularisée la veille à 15h45. Le grand Abdoulaye Diallo, qui n’a pas eu beaucoup de temps de préparation et d’acclimatation avec ses nouveaux partenaires, montre d’emblée le sens du but. On voit qu’il a du ballon et du métier et qu’il peut peser sur la défense adverse.
C’est d’ailleurs lui, qui va réaliser une belle ouverture du score à la 36ème minute. Quelques dribles et un duel gagné face au gardien, avec technique et sang froid, le calme d’un butteur puis la joie en exhibant fièrement la rascasse sur sa poitrine, voilà le cadeau de bienvenue offert par notre nouvel espoir.
A la 41ème un magnifique coup franc d’Atlan manque de fracasser la lucarne du portier bergeracois.
En 1ère période, le Sporting a réalisé un jeu sérieux et tous les joueurs ont été concernés par l’enjeu.
En seconde mi-temps, Bergerac se crée la plus belle action à la 69ème en déroulant tout le terrain de manière incroyable pour aller buter sur Viviani, qui passe une soirée plutôt tranquille.
75ème : gros cafouillage dans la surface adverse et Djaballah tente de reprendre dans une forêt de jambes, mais hélas ses efforts ne payent pas. Il n’est pas plus heureux à la 82ème.
Mais l’occasion la plus franche, est encore à mettre au crédit de Diallo à la 84ème avec un très joli tir détourné de justesse par une parade somptueuse du gardien de Bergerac.

Contrat rempli pour le SCT et une équipe de Bergerac qui joue bien, mais sans être transcendante.


Le Sporting s’est remis sur le droit chemin. Diallo semble une recrue des plus intéressantes, à condition de lui envoyer de bons ballons. On l’a vu surtout associé à Djaballah mais encore trop peu avec Preira, rentré tardivement dans le match. Avec Gomis qui va revenir, cela peut être aussi une bonne option.
Il va falloir maintenant récolter les fruits dans l’Hérault, dans 15 jours, histoire de bonifier ce résultat et de recommencer à regarder vers le haut du championnat, qui n’est finalement qu’à 6 points…

CR et PHOTOS  / FA et NM


dimanche 19 novembre 2017

Naufrage à Colomiers : défaite du SCT 4 à 1 !









Lourde défaite du Sporting à Colomiers, qui ne reflète pas totalement le match mais qui accuse cruellement le manque de réussite du moment, l’inefficacité de l’équipe à avancer et l’érosion de l’envie chez nos joueurs dépassés et désabusés.
Le naufrage complet subi à Colomiers souligne encore plus nettement l’échec global du recrutement et la désillusion du dernier carré de supporters dégoûtés, qui plongent encore une fois dans les mêmes affres et qui ne voient jamais le bout du tunnel.
Notre club est-il condamné à errer éternellement dans les profondeurs du foot amateur ? Une totale incohérence avec les ambitions de l’équipe dirigeante. Les ambitions sont louables mais se donner les moyens pour y parvenir est une Lapalissade que semble avoir occultée le staff.
Dans ce contexte, il ne nous paraît pas opportun de faire un compte-rendu détaillé du match, tant il s’est passé très peu de choses côté toulonnais.
Le but marqué à la 11ème minute par Djaballah, distribué par Preira, lui-même idélalement servi en profondeur par Moulet sera l’unique étincelle de ce match.
Les buts de Colomiers (27’, 46’, 71’ et 90’ sur pénalty), semblent si faciles. Certes ils ont eu la complicité d’un poteau rentrant, un pénalty généreux, mais quand même ! Le Sporting ne joue encore qu’une mi-temps sur deux.
Le tournant du match a sans doute été à la 50ème, lorsque Preira, à 50 cm de la ligne, mange la feuille de match en glissant et à terre, avec le ballon dans les pieds, s’emmêle les pinceaux sans pousser le cuir dans le but vide ! Ce genre d’occasion ne se rate pas ! Loin de nous l’idée d’accabler tel ou tel joueur, tant le naufrage a été collectif.
Et puis on en a marre de ces cartons rouges à chaque match. De cette manière le Sporting sera au moins premier de quelque chose dans ce championnat…
La suite nous paraît bien compliquée avant la réception de Bergerac. Diallo a une sacrée pression sur les épaules, si son imbroglio avec Grandville se dissipe.... Endosser le rôle du Messie et sauver une équipe à la dérive, est tout un programme. Reste à savoir si le fait d’un seul homme peut remettre le club dans la bonne draille. Réponse samedi prochain à BR…



dimanche 5 novembre 2017

Objectif raté : Toulon 0 – Marignane 1


La soirée avait bien commencé avec la remise du LABEL JEUNES....



Photos NM



Loin de nous l’idée de hurler avec ceux qui pensent que la saison est finie en novembre et qu’il ne reste plus rien à en attendre, mais il faut tout de même constater que laisser filer le leader à 9 longueurs, ne nous place pas dans une position confortable.

Il est était pourtant clair avant le coup d’envoi, qu’il s’agissait bien d’une des affiches de la saison, un rendez-vous à ne pas manquer et c’est malheureusement Marignane qui repart de BR avec les 3 points de la victoire.

Et pourtant dans ce contexte de mini crise, on ne peut guère reprocher grand-chose aux joueurs toulonnais. Sur le terrain, ils mouillent toujours le maillot, mais voilà, l’envie ne suffit plus. Les occasions de but ont été peau de chagrin durant ce match ,des deux côtés d’ailleurs, frustrant ainsi une bonne partie du public.

L’équipe et le club manquent de sérénité en ce moment. Le trop grand nombre de cartons et le rouge systématique à chaque partie, la tension est palpable à tous les étages, les gens sont à fleur de peau depuis le staff jusqu’à la sécurité.

Le coach fait avec les moyens du bord et l’on se demande comment les décideurs du club, ne voient toujours pas qu’il y a, dans cette équipe, un problème récurant : celui de l’attaque, la recherche d’un finisseur capable de claquer des buts est, nous osons l’espérer, d’actualité.

Et pourtant l’équipe de Marignane, tout leader qu’elle est, n’a rien montré. Elle a attendu patiemment son heure, pour permettre au buteur maison de soigner son capital but. Lors d’une rare occasion, réussir le hold up parfait à la 80ème minute, devant des Toulonnais incrédules et désabusés.

Composition Toulonnaise : Viviiani – Atlan – Medoukali – Fontani – Leleu – Sahnoune – Bayo (Guilavogui 81’)– Palhares – Kamin – Adim (Djaballah 68’) – Preira.

Carton Jaune SCT : Sahnoune (54’)

Carton Rouge SCT : Guilavogui (90’)

Cartons Jaunes Marignane : 50’ – 57’

Photo NM

Mise à part un joli retourné de Preira à la 7ème minute et un tir cadré de Kamin, on ne peut pas dire que le gardien de Marignane ait eu grand-chose à faire.

Viviani, de son côté, non plus, sauf sur une nette occasion à la 64ème minute.

Cela résume l’ennui de cette rencontre au sommet, avec très peu de faits de jeu. Des efforts anéantis, sans effets, des courses dans le vide et un manque cruel de solution. On a de la peine pour cette équipe qui ne parvient pas à porter le danger nécessaire, qui ne parvient pas à peser sur les défenses adverses.

Et en toute fin de match, le Sporting est même proche du KO, mais heureusement que l’attaquant bucco rhodanien rate sa reprise.

En définitive, une première mi-temps dominée par les Toulonnais et une deuxième moins réussie avec de nombreuses fautes et de nombreuses passes ratées. Bref un match qui n’a jamais réussi à s’emballer.

Quant à la fin du match houleuse entre la Mouraille et la sécurité, elle se passe de commentaires, tant ces images sont à vomir. Elles dénotent encore l’amateurisme qui règne au sein du club et dont on se serait volontiers passés en cette période de disette.

Trois défaites d’affilée entament le moral, mais nous avons lu récemment dans « les Echos » que le Sporting était un éternel phénix, il va falloir le prouver à Colomiers. Mais avec quels arguments ?

CR  / FA et Photos / NM