dimanche 19 novembre 2017

Naufrage à Colomiers : défaite du SCT 4 à 1 !









Lourde défaite du Sporting à Colomiers, qui ne reflète pas totalement le match mais qui accuse cruellement le manque de réussite du moment, l’inefficacité de l’équipe à avancer et l’érosion de l’envie chez nos joueurs dépassés et désabusés.
Le naufrage complet subi à Colomiers souligne encore plus nettement l’échec global du recrutement et la désillusion du dernier carré de supporters dégoûtés, qui plongent encore une fois dans les mêmes affres et qui ne voient jamais le bout du tunnel.
Notre club est-il condamné à errer éternellement dans les profondeurs du foot amateur ? Une totale incohérence avec les ambitions de l’équipe dirigeante. Les ambitions sont louables mais se donner les moyens pour y parvenir est une Lapalissade que semble avoir occultée le staff.
Dans ce contexte, il ne nous paraît pas opportun de faire un compte-rendu détaillé du match, tant il s’est passé très peu de choses côté toulonnais.
Le but marqué à la 11ème minute par Djaballah, distribué par Preira, lui-même idélalement servi en profondeur par Moulet sera l’unique étincelle de ce match.
Les buts de Colomiers (27’, 46’, 71’ et 90’ sur pénalty), semblent si faciles. Certes ils ont eu la complicité d’un poteau rentrant, un pénalty généreux, mais quand même ! Le Sporting ne joue encore qu’une mi-temps sur deux.
Le tournant du match a sans doute été à la 50ème, lorsque Preira, à 50 cm de la ligne, mange la feuille de match en glissant et à terre, avec le ballon dans les pieds, s’emmêle les pinceaux sans pousser le cuir dans le but vide ! Ce genre d’occasion ne se rate pas ! Loin de nous l’idée d’accabler tel ou tel joueur, tant le naufrage a été collectif.
Et puis on en a marre de ces cartons rouges à chaque match. De cette manière le Sporting sera au moins premier de quelque chose dans ce championnat…
La suite nous paraît bien compliquée avant la réception de Bergerac. Diallo a une sacrée pression sur les épaules, si son imbroglio avec Grandville se dissipe.... Endosser le rôle du Messie et sauver une équipe à la dérive, est tout un programme. Reste à savoir si le fait d’un seul homme peut remettre le club dans la bonne draille. Réponse samedi prochain à BR…



dimanche 5 novembre 2017

Objectif raté : Toulon 0 – Marignane 1


La soirée avait bien commencé avec la remise du LABEL JEUNES....



Photos NM



Loin de nous l’idée de hurler avec ceux qui pensent que la saison est finie en novembre et qu’il ne reste plus rien à en attendre, mais il faut tout de même constater que laisser filer le leader à 9 longueurs, ne nous place pas dans une position confortable.

Il est était pourtant clair avant le coup d’envoi, qu’il s’agissait bien d’une des affiches de la saison, un rendez-vous à ne pas manquer et c’est malheureusement Marignane qui repart de BR avec les 3 points de la victoire.

Et pourtant dans ce contexte de mini crise, on ne peut guère reprocher grand-chose aux joueurs toulonnais. Sur le terrain, ils mouillent toujours le maillot, mais voilà, l’envie ne suffit plus. Les occasions de but ont été peau de chagrin durant ce match ,des deux côtés d’ailleurs, frustrant ainsi une bonne partie du public.

L’équipe et le club manquent de sérénité en ce moment. Le trop grand nombre de cartons et le rouge systématique à chaque partie, la tension est palpable à tous les étages, les gens sont à fleur de peau depuis le staff jusqu’à la sécurité.

Le coach fait avec les moyens du bord et l’on se demande comment les décideurs du club, ne voient toujours pas qu’il y a, dans cette équipe, un problème récurant : celui de l’attaque, la recherche d’un finisseur capable de claquer des buts est, nous osons l’espérer, d’actualité.

Et pourtant l’équipe de Marignane, tout leader qu’elle est, n’a rien montré. Elle a attendu patiemment son heure, pour permettre au buteur maison de soigner son capital but. Lors d’une rare occasion, réussir le hold up parfait à la 80ème minute, devant des Toulonnais incrédules et désabusés.

Composition Toulonnaise : Viviiani – Atlan – Medoukali – Fontani – Leleu – Sahnoune – Bayo (Guilavogui 81’)– Palhares – Kamin – Adim (Djaballah 68’) – Preira.

Carton Jaune SCT : Sahnoune (54’)

Carton Rouge SCT : Guilavogui (90’)

Cartons Jaunes Marignane : 50’ – 57’

Photo NM

Mise à part un joli retourné de Preira à la 7ème minute et un tir cadré de Kamin, on ne peut pas dire que le gardien de Marignane ait eu grand-chose à faire.

Viviani, de son côté, non plus, sauf sur une nette occasion à la 64ème minute.

Cela résume l’ennui de cette rencontre au sommet, avec très peu de faits de jeu. Des efforts anéantis, sans effets, des courses dans le vide et un manque cruel de solution. On a de la peine pour cette équipe qui ne parvient pas à porter le danger nécessaire, qui ne parvient pas à peser sur les défenses adverses.

Et en toute fin de match, le Sporting est même proche du KO, mais heureusement que l’attaquant bucco rhodanien rate sa reprise.

En définitive, une première mi-temps dominée par les Toulonnais et une deuxième moins réussie avec de nombreuses fautes et de nombreuses passes ratées. Bref un match qui n’a jamais réussi à s’emballer.

Quant à la fin du match houleuse entre la Mouraille et la sécurité, elle se passe de commentaires, tant ces images sont à vomir. Elles dénotent encore l’amateurisme qui règne au sein du club et dont on se serait volontiers passés en cette période de disette.

Trois défaites d’affilée entament le moral, mais nous avons lu récemment dans « les Echos » que le Sporting était un éternel phénix, il va falloir le prouver à Colomiers. Mais avec quels arguments ?

CR  / FA et Photos / NM




dimanche 29 octobre 2017

A la Turbie, le turbot monégasque met le SCT dans le vent.

Photos NM





 Défaite logique du SCT (2 à 0) face à des rouges et blancs vitesse turbot. Et pourtant pas grand-chose à reprocher aux azur et or, si ce n’est d’avoir encore manqué de réalisme et d’avoir trop baissé les bras en 1ère période.

L’envie est cependant toujours là, on mouille le maillot, on court sans compter, mais face à la réserve de Monaco, le moindre relâchement se payse cash. Il faut dire que le Sporting n’a pas été aidé par la chance : blessure de Belhadj, un poteau, un but contre son camp, un carton rouge ridicule, l’addition est lourde face à une jeune équipe monégasque.




Composition SCT : Viviani – Ouasfane – Atlan – Fontani – Sahnoune – Belhadj (Polano 8’) – Moulet – Guilavogui (Benbedda 75’) – Palhares – Adim – Kamin.

Cartons SCT : Sahnoune (57’) – Ouasfane (66’ et 68’)

Buts ASM : 29’ et 41’.



Si Viviani est sollicité d’entrée et s’impose magistralement, c’est bien les Toulonnais qui dominent les débats durant les 20 premières minutes. On assiste à un bon match entre deux équipes qui animent un jeu agréable et varié. Malheureusement Belhadj se blesse et Prunier appelle Polano à la rescousse. Coup dur pour le milieu toulonnais.

A la 10ème minute une fusée monégasque est propulsée dans le but de Viviani, mais reste invalidée pour hors jeu.
13ème minute, Moulet accomplit un très beau tir cadré, repoussé du bout des doigts par le gardien monégasque.
26ème, l’impeccable Viviani sort bien pour repousser le danger mais ne peut rien faire à la 26ème sur l’ouverture du score monégasque.
Quant au second but monégasque, le tir lointain trompe Viviani mais Atlan sur sa ligne sauve une première fois, mais pas de chance sa balle croisée tape sur le poteau opposé et rentre quand même dans le but. (41’)
Le SCT a trop subi durant cette période et les monégasques remontent très très vite le terrain et créent systématiquement le danger dans le camp toulonnais. Leur fluidité de jeu fait merveille et prend souvent les Varois à revers.

La seconde période va être nettement plus à l’avantage des Toulonnais, contraints de faire le jeu pour recoller au score.
Mais les Toulonnais ne trouveront jamais la faille. Entre un poteau, un tir à bout portant sur le gardien et deux autres occasions franches, il était dit que le ballon ne franchirait jamais la ligne monégasque. Le stupide carton rouge de Ouasfane, à la 68ème, arrange encore moins les affaires toulonnaises. Adim, Polano, et Atlan échoueront tour à tour. Rageant !


L’équipe a encore été solidaire et a montré une belle envie, à l’image d’un Fontani au four et au moulin. Mais il devient évident que ces qualités ne suffisent pas. Les Monégasques ont été bien plus réalistes, car ils se sont crée finalement moins d’occasions que les Toulonnais mais ont réussi à concrétiser leurs actions.
Entre les blessés et les suspendus, les Toulonnais n’abordent pas sereinement une des affiches de la saison, la semaine prochaine à BR. Il va falloir souquer dur pour aller chercher le résultat qui leur permettrait de ne pas trop se laisser distancer au classement.


CR ET PHOTOS / FA ET NM

Allez voter sur le blog Socios à droite de l'article pour élire l'homme du match !









mardi 24 octobre 2017

COUPE DE FRANCE : Le goût de l’amertume

Photo NM



Le Sporting sorti de la compétition par une vaillante équipe de l’AS Gémenos (N3), fait tâche dans le tableau toulonnais et vient écorner largement les rêves d’ambition de la saison.
D’aucuns diront que cela vaut mieux car nous n’avions pas l’effectif pour jouer sur les deux tableaux et qu’il faut plutôt se concentrer sur le championnat où l’objectif est plus important.
Mais cette défaite au goût amer ne fait que souligner les carences de l’équipe en termes d’efficacité devant le but et se poser des questions concernant la suite du championnat.
Déçus par la prestation de son équipe, principalement en seconde période, les supporters présents se demandaient enfin de match comment un tel scénario peut être possible, alors que toutes les clés de la réussite étaient réunies…



Composition SCT : Kasparian – Leleu (Guilavogui 78’) – Soury – Ouasfane – Fontani – Sahnoune – Kamin – Moulet – Preira – Gomis – Palhares (Adim 65’).

Cartons Jaunes SCT : Palhares (53’) – Moulet (66’) – Sahnoune ( 72’) – Soury (73’) – Gomis
Carton Rouge SCT : Gomis

Cartons Jaunes ASG : 2 (41’ et fin de match)

But de Gémenos : 73’.



Dès la 8ème minute Gomis, qui aurait dû être l’homme du match, parvient à se défaire magistralement de la défense locale pour venir provoquer le gardien, mais hélas l’attaquant Toulonnais bute sur le gardien.
Deux minutes plus tard, ce même Gomis, effectue un joli tir croisé qui prend le gardien à contre-pied et…poteau sortant !

14’ : Kamin s’essaye de loin et son tir superbe frôle la transversale.


19’ : coup-franc tiré par Moulet, beau tir travaillé qui touche encore du bois ! Deuxième poteau sortant pour les Varois et l’on se dit que la chance ne veut pas sourire aux hommes de Prunier.
24’ : c’est au tour de Kasparian de sortir un ballon brûlant suite à un corner superbement tiré.

31’ : Moulet lance magnifiquement Preira mais ce dernier croise trop sa balle, alors que le but semble si évident.
36’ : Kamin gaspille une superbe occasion face au but vide mais sa balle est rattrapée in extremis par un joueur de Gémenos.

Toulon aurait dû tuer le match en 1ère période. Au vu des occasions manquées, les regrets sont énormes et cependant à la pause, les Toulonnais sont loin de se douter de ce qui va advenir en seconde période.


Les Gémenosiens attaquent la seconde période en trombe et ouvrent la marque à la 46’ mais le but est refusé pour une faute dans la surface. Au lieu d’être piqués au vif, les Toulonnais vont être malmenés par les joueurs de Gémenos qui poussent.
62’ : superbe coup-franc de Gémenos et Kasparian doit sortir le grand jeu pour se débarrasser de la balle.
Mais sur un énième coup-franc, à la 73ème, Kasparian est surpris par le ballon fusant en pleine lucarne ! Quel but magnifique et quel réalisme !
Les esprits s’échauffent du côté toulonnais et l’arbitre commence à être dépassé.
A la 81ème minute, le gardien local bute sur Preira de dos, fait un vol plané et retombe de haut sur le dos. Le synthétique n’arrangeant rien au choc, il reste de longues minutes au sol, blessé. Les secours mettent un temps inouï pour arriver (un gros quart d’heure, alors que la caserne n’est pas loin).


Le jeu ne peut reprendre que beaucoup plus tard après l’évacuation de l’infortuné gardien. On le remplace par un joueur de champ car Gémenos a effectué déjà tous ses changements. En supériorité numérique, les Toulonnais ont une bonne carte à jouer même si l’égalisation dans ces conditions paraît moins héroïque…
Et pourtant ce sont les locaux qui sont à deux doigts de mettre le second au fond, mais Kasparian gagne son duel de manière heureuse.
Le jeu se durcit en fin de match et Gomis est victime d’un mauvais coup, il veut se faire justice lui-même, ce qui lui vaut un carton jaune. Furieux, il esquisse un très mauvais geste envers l’arbitre, Ouasfane le ceinture pour l’en empêcher, mais l’arbitre sort le rouge rapidement.
Dès lors en parité numérique, le Sporting sera incapable de porter le moindre danger devant les cages adverses. Baisser les bras de cette manière est indigne de nos valeurs habituelles…

Le Sporting a encore joué une mi-temps sur deux, offrant deux visages. Un visage conquérant et bien en place en 1ère période, mais sans aucune réussite. Puis, un visage nettement moins séduisant avec en prime la perte d’un attaquant, qui a fait pourtant un excellent match, et qui va manquer cruellement pour la suite du championnat.
Cela reprend samedi à Monaco, dans quel état d’esprit et avec quels arguments, telle est la question…













CR ET PHOTOS : FA ET NM.


VOTEZ POUR L'HOMME DU MATCH SUR NOTRE BLOG !

A SAMEDI POUR LE DEPLACEMENT A MONACO DEPART A 14H30 




lundi 16 octobre 2017

Déplacement bus


Départ de Bon rencontre le samedi  28 octobre  à 14 h30



Pour ceux qui veulent s'inscrire , le faire auprès de Noëlle.





dimanche 15 octobre 2017

SC TOULON – FC SETE 1-0 LA GAGNE SINON RIEN







Un match qu’il ne fallait pas perdre, car après le revers à domicile face à Fréjus, il fallait repartir du bon pied. C’est chose faite avec cette victoire face à une équipe de Sète accrocheuse qui aura fait douter les Toulonnais en fin de partie.
Encore beaucoup trop de cartons, dans une rencontre pourtant correcte. Encore beaucoup trop d’actions de but vendangées. Mais un bel état d’esprit affiché, une solidarité payante, de l’engagement et un jeu agréable. Un Palhares juste énorme, un Medoukali sauvant son équipe, un Viviani en forme et le plaisir de retrouver Ouasfane à BR, sont parmi les belles surprises de la soirée.




Composition toulonnaise : Viviani – Atlan – Medoukali – Siaw (Leleu 68’) – Ouasfane – Belhadj – Moulet – Palhares – Kamin (Fontani 87’) – Adim – Preira (Djaballah 63’).

Cartons Jaunes SCT : Preira (59’) – Adim (63’) – Moulet (78’) – Djaballah (81’).
Cartons Jaunes FC Sète : 16’ – 36’ – 86’.

But SCT : Kamin (24’).


Après un premier quart d’heure prudent, les hommes de Prunier commencent à montrer quelques signes d’offensivité. Kamin file seul au but, mais il est pris en sandwich en pleine surface sans que l’arbitre siffle la sanction normale (14’).
Quatre minutes plus tard c’est le au tour du FC Sète de tenter sa chance, mais le tir est parfaitement arrêté par Viviani.
24’ : on joue un corner côté varois. Moulet s’apprête à le tirer et dans la surface on sent l’excitation. Kamin s’élance et d’une magnifique tête croisée vient battre de manière imparable le portier héraultais. 1-0.
41’ : une grosse action azur et or d’une grande rapidité, un tir cadré, un gardien battu, mais un joueur vert et blanc bien placé, qui sauve sur sa ligne…


Cinq minutes plus tard, l’infortuné Ouasfane se troue littéralement sous la pression menaçante. Viviani est fusillé mais réagit avec le bon réflexe pour mettre le ballon en corner.
Une 1ère période pleine et engagée, avec un jeu vif mais les Toulonnais semblent trop légers dans la finition. Preira souvent seul en pointe a du mal à recevoir de bons ballons et Palhares et Adim tentent d’animer l’attaque depuis leur couloir respectif.


52’ : Sète tente de lober le gardien toulonnais un peu avancé, mais sans réussite.
61’ : un une deux Palhares Preira puis un centre au second poteau pour Adim, hélas trop court.
62’ : Palhares, intenable ce soir, s’échappe le long de son couloir mais son tir est contré en corner.
72’ : suite à une sortie hasardeuse de Viviani, Sète est à deux doigts d’égaliser et c’est une superbe intervention de Medoukali qui sauve son équipe sur la ligne !
74’ : tir sétois, à côté.
75’ et 76’ : deux actions consécutives qui viennent prouver que le Sporting pèche dans la finition et gaspille de belles actions franches.
Dans les arrêts de jeu, Palhares tente de tromper le gardien, arrive en trombe, cramé il ne peut trouver de solution…

Même si l’on aime à se faire peur, le Sporting est solide, dans sa tête et derrière en défense. Grâce aux fusées à l’aile (Plahares et Adim), le Sporting a su porter le danger mais n’a jamais été capable de planter un but durant une phase de jeu. Pourtant Moulet et Belhadj ont bien essayé d’animer le jeu…
Ce soir ce sont les 3 points de la gagne à tout prix. On a su marquer et préserver le score. Et c’est bien là l’essentiel, car côté comptable, ce soir c’est tout bon, comme le disait le Président Jayet à l’issue du match.
Bergerac et Marignane ont laissé des plumes ce soir et se sont fait corriger. La deuxième place sied très bien au Sporting, en attendant des jours meilleurs….
Un petit tour du côté de Gémenos samedi prochain en coupe, histoire de faire tourner l’effectif et de purger quelques cartons… Cette saison s’annonce prometteuse…

CR et PHOTO : FA et NM

VOTEZ POUR L'HOMME DU MATCH SUR NOTRE BLOG