mardi 21 mars 2017

Un appel au club !




Les supporters se mobilisent






Arrêté préfectoral pour le déplacement de ce week-end à Marseille



"Faut arrêter de se foutre de la gueule des supporters et Ultras de Toulon.

Une petite piqûre de rappel à tous, lors du match aller aucun n' interdit n' a été fait pour la venue des supporters Marseillais. 

Alors Mr le président Joye et vos dirigeants ,il est tant d'avoir un comportement de représentants des valeurs du Sporting Club de Toulon . 

Vous vous devez de défendre vos Ultras et supporters, car eux font preuves de fidélité,de passion , de fierté de vos couleurs .

Alors, montrez nous du respect et battez vous pour que le déplacement à Marseille se fasse , sinon les dirigeants et les joueurs devez refuser de jouer ce week-end. 

Le Sporting est notre coeur, 

Toulon est notre Ville, notre Fierté. 

Bougez vous !!!"


Message initial de Gérald.



Signez la pétition , rendez-vous sur le lien suivant :


https://www.change.org/p/sporting-fans-autorisez-le-d%C3%A9placement-des-supporters-toulonnais-%C3%A0-marseille?recruiter=698555354&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink





dimanche 19 mars 2017

Ô Niçois qui mal y pense ! Le derby de trop (4-5).

Photo NM


La pilule a du mal à passer, car après avoir laissé entrevoir le meilleur, le Sporting rend les armes au profit de l’OGC Nice qui n’en demandait pas tant.



Composition SCT : Viviani – Medoukali (C.) – Cilia – Leleu – Borges – Bayo – Buisson (Djaballah 77’)– Manas (Moulet 56’)– C. Gomis (Cousyn 73’) – D. Gomis – Preira.





Reconduire l’équipe victorieuse à Sète, n’a pas suffit pour assurer la victoire. Pire que ça, le Sporting s’incline au terme d’une rencontre peu ordinaire et riche en buts. Touché en plein vol, l’aiglon relève à chaque fois la tête et finit par l’emporter en toute fin de match.

Entre incompréhension et colère, le public Toulonnais voit encore un derby lui échapper, ce qui devient une bien mauvaise habitude.



Fallait pas arriver en retard à BR car à la 5ème minute, C. Gomis ouvre le compteur avec un joli but, plein de sang froid, consécutif à une grosse erreur défensive de l’OGCN. Il place sa balle parfaitement entre les jambes du gardien niçois. 1-0.

La réserve niçoise réplique à la 9ème et l’impeccable Viviani renvoie la balle du pied. Mais une minute plus tard, il ne peut rien face à une nouvelle attaque niçoise qui finit au fond de ses filets. 1-1.

13ème minute, le délire offensif continue. Coup-franc toulonnais que Manas tire, s’ensuit un cafouillage monumental dans la surface niçoise et c’est finalement Preira qui a le dernier mot et qui envoie le ballon dans la cage. 2-1.

Les Varois poussent. Preira tire à côté (21’) mais c’est surtout à la 29ème minute qu’il centre parfaitement au second poteau pour Manas qui ne réagit pas ! Quelle énorme occasion !

Sur le corner à suivre, Leleu d’une magnifique tête aggrave la marque (31’) 3-1.
Le Sporting a rarement été à pareille fête cette saison.
32’ : Manas sert idéalement Preira qui ne parvient pas à ajuster sa tête.
44’ : Preira écrase trop sa tête.

Une très bonne première période toulonnaise qui a assommé les jeunes Aiglons, qui ont eu du mal à porter le danger dans le camp toulonnais. Même si les Toulonnais ont gaspillé des occasions en or, mener 3 à 1 à la pause paraît logique.

Des Niçois survitaminés attaquent fort la seconde période et vont obtenir un pénalty suite à une faute commise par Borges et reviennent à 3 à 2. (49’).
Les Varois ne semblent pas réagir et reculent trop. Et à ce jeu là, les visiteurs enfoncent le clou en marquant un nouveau but, en prenant toute la défense en défaut (54’) 3-3.
En ayant égalisé, les Aiglons se voient pousser des ailes. Et comme les piquants de la Rascasse semblent émoussés, ils tentent de scorer rapidement. Le doute s’installe dans le camp toulonnais et Viviani doit capter un ballon en hauteur à la 64ème.

69’ : bis repetita pour Leleu sur un corner de Moulet. La même tête avec le même effet. 4-3.

Ragaillardis, les Toulonnais retrouvent leurs velléités et Preira obtient un pénalty pour avoir été bousculé. D. Gomis se charge de la sanction mais son tir peu appuyé est bien repoussé par le gardien niçois (71’) et dans la confusion qui suit, personne ne peut reprendre le ballon pour marquer.

Ce pénalty raté marque le tournant du match.

L’OGCN se paye même le luxe de marquer un nouveau but sur un corner à la 74ème 4-4.

Comment réagir après l’égalisation. Il reste encore du temps, mais ce coup de bambou a semble-t-il porté un coup fatal au moral azur et or. Incapables de faire la différence et sans grinta, les Toulonnais voit le chrono filer en leur défaveur.
Vont-ils se contenter du partage des points, ce qui serait rageant après avoir fait tout le boulot.
A force de trop gamberger, le pire arrive à la 86ème lorsque les rouges et noirs marquent un cinquième but ! 5-4.

Mais comment peut-on voir un scénario pareil, tout droit sorti des anciens studios de la Victorine ? Improbable et cependant bien réel.
Les Niçois ont su trouver la ressource nécessaire pour sortir la tête hors de l’eau et prouver que finalement l’aiglon nage mieux que la rascasse.
Enorme déception dans le camp toulonnais au terme de ce derby qui était à leur portée. Décidément, il est temps que cette saison se termine. Mais le public va devoir encore patienter jusqu’au 13 mai pour retrouver BR suite à la décision de 2 matchs à huis clos.

Derby perdu, la semaine prochaine s’en profile un autre à Carnoux contre nos « amis » de l’OM. Sporting, te reste-t-il encore une once de fierté ?







               Photos NM











                                                                      Photos NM












                                                                    Photos NM








CR et Photos : FA et NM



dimanche 12 mars 2017

A Sète, les Toulonnais remportent la joute ! (3-0)

Photo NM


Mais pourquoi le Sporting ne joue-t-il pas toujours ainsi ? Irrésistible sur le terrain, solide à tous les postes et conquérant jusque dans les tribunes, le SCT s’est imposé logiquement 3 à 0, alors même que l’addition aurait pu être bien plus salée, mais fallait pas pousser mémé dans le Canal…




Composition SCT : Viviani – Borges – Leleu – Medoukali (C.) – Cilia (Moulet 53’) – Buisson – Bayo – Manas – C. Gomis (Djaballah 62’) – D. Gomis – Preira (Cousyn 72’).

Buts SCT : D. Gomis (38’ - 50’ sur pénalty ) – Preira (69’)

Cartons Jaunes SCT : Cilia (13’) – Preira (59’) – Buisson (64’) – Medoukali (72’).
Cartons Jaunes Sète : 38’.


Dans le beau petit stade du FC Sète 34 et devant une tribune copieusement garnie, les Varois vont livrer leur plus belle prestation à l’extérieur de la saison et séduire les amateurs de ballon rond héraultais qui iront jusqu’à les sacrer meilleure équipe de la saison !

Dès la 3ème minute, les Toulonnais très offensifs, obtiennent un bon coup-franc tiré par Manas, pour une tête de Borges, qui frôle le montant gauche de Pappalardo.

Photo NM

9ème : un très bon travail de Preira qui sert idéalement D. Gomis au second poteau, mais ce dernier loupe complètement sa reprise de volée.
Photo NM


11ème : sur un coup franc le FC Sète est à deux doigts d’ouvrir la marque mais le joueur glisse et rate sa frappe.
Deux minutes plus tard ça brûle dans la surface de Viviani mais plus de peur que de mal.
Le match est ouvert et engagé des deux côtés, de bonne facture et très agréable à suivre.
Grosse frayeur à la 25ème minute, où un joueur vert et blanc reçoit une balle en profondeur, il se présente seul face au portier toulonnais, ajuste et tire. Viviani doit s’y reprendre à deux fois pour capter la balle fuyante.

Photo NM


30ème : superbe réplique toulonnaise et un premier tir contré puis un second instantané, détourné du bout du pied par Pappalardo.
33ème, initié par Manas, un très bel effort collectif, qui aurait dû faire mouche, rageant !
Mais cinq minutes plus tard, la ténacité azur et or va être récompensée. Preira est accroché dans la surface et c’est logiquement le pénalty, que D. Gomis transforme (38’).

A l’ultime minute avant la pause, une balle vicieuse sétoise passe juste au-dessus de la transversale de Viviani.

A la reprise, on sent l’intention toulonnaise d’enfoncer le clou. D. Gomis bute sur Pappalardo (48’) mais trouve enfin la délivrance à la 50ème (0-2).
Une minute plus tard Sète réclame à corps et à cri un pénalty et après hésitation, les arbitres ne l’accordent pas, estimant que l’action litigieuse a été faite juste en dehors de la surface…
A la 55ème Preira rate l’immanquable. Et quelques secondes plus tard, Pappalardo sort le grand jeu et sort un ballon chaud qui revient dans les pieds de Preira qui manque de nouveau !
Le FC Sète commence à bousculer les Toulonnais qui ont un petit coup de mou et jouent plus régulièrement dans le camp varois.
Mais leur mince espoir de revenir est anéanti par Preira, qui marque enfin son but, en se jouant du gardien et qui accompagne tranquillement la balle dans le but vide (69’).
Une minute plus tard, Djaballah marque un beau but, refusé pour un hors jeu vraiment peu évident.
79ème : Buisson s’échappe et transmet la balle à D. Gomis qui remet pour Manas qui met beaucoup de puissance dans sa frappe. Le ballon s’écrase sur la transversale et revient dans la surface. D. Gomis tente de le reprendre mais vainement.

84ème : dernier baroud d’honneur des verts et blancs mais le ballon passe au-dessus. Il était écrit qu’ils ne marqueraient pas ce soir…







Photo NM


La joie collective se faisait entendre depuis les vestiaires. Dommage que ces bons résultats arrivent un peu tard dans la saison. Mais sait-on jamais ? Claude Joye, en tous cas, se laissait aller à un petit calcul et, avec un sourire malicieux, nous disait qu’il restait encore un mince espoir. Quoiqu’il en soit, il faudra le tenter et le jouer à fond.

Photos et CR :  NM ET FA




dimanche 5 mars 2017

Le haricot tarbais nous réussit mieux - SCT 2 – TPF 1


Photo NM



Finalement la semaine dernière, dans le cassoulet, ce n’était pas le haricot tarbais qui était en cause, mais bien la saucisse de Toulouse.
Plus digeste certes, mais il faut dire aussi que l’appétit toulonnais était, cette fois, plus aiguisé. Un petit match bien mené même si l’on s’est fait encore peur à la fin, mais au final 3 points, qu’il était impératif de récupérer.


Composition SCT : Viviani – Borges – Fall – Medoukali – Cilia – Bayo – Moulet (Manas 63’) – Buisson – C. Gomis – D. Gomis (Ouasfane 72’) – Preira (Djaballah 59’).

Buts Toulon : C. Gomis (17’) – Bayo (71’)



But Tarbes : Diakhaby (91’)

Cartons Jaunes SCT : Borges (34’) – Bayo (66’)
Carton Jaune TPF : 56’


Photo NM


C’est avec des conditions de jeu difficiles (pluie, grêle, orage) que le Sporting renoue logiquement avec la victoire au terme d’un match agréable et ouvert.
Dès la 7ème minute le maigre public toulonnais, comprend que Tarbes ne va pas se contenter de jouer les victimes expiatoires. Les premières banderilles sont posées et Viviani, décisif, doit s’activer pour sauver sur sa ligne face à un ballon chaud bouillant.
La réplique toulonnaise dix minutes plus tard va faire mouche. C. Gomis prend la défense de vitesse, le gardien tente de sortir à sa rencontre, mais Christophe parvient à le dribbler et à pousser le cuir dans le but pour ouvrir le score. (17’).
A la 29ème après un beau travail de Cilia, celui-ci centre pour Preira au second poteau, à qui il va manquer quelques centimètres pour reprendre une balle, que tout le monde imaginait déjà au fond des filets…
41ème, suite à un coup franc bien négocié, Tarbes crée le danger devant les cages toulonnaises mais Viviani, attentif, détourne du bout des doigts le ballon en corner.
43ème le TPF pousse pour égaliser avant la pause et c’est encore sur un bon coup-franc, qu’une tête a failli tromper Viviani, mais la balle passe juste à gauche de son poteau.

Après la pause et les changements de tenues trempées à cause des trombes essuyées lors de la 1ère période, le coach renouvelle les effectifs avec l’entrée de Djaballah et de Manas.
Viviani se montre déterminant sur une attaque en deux temps à la 66ème minute. Le jeu ouvert de Tarbes permet de créer des espaces et on sent que le match peut basculer des deux côtés. Il faudrait se mettre rapidement à l’abri et c’est ce que le SCT va faire par l’intermédiaire de Bayo à la 71ème. (2-0)
Juste avant, D. Veilex avait préféré jouer la sécurité en préparant Ouasfane.
Et pourtant l’appétit toulonnais ne semble pas encore rassasié et c’est Manas, qui mange la feuille de match à la 74ème en ratant son duel face au gardien pyrénéen.
Dans la relance c’est Viviani qui doit superbement plonger pour repousser un ballon qui prenait le chemin du but.
Le TPF pousse et se crée sa plus belle occasion à la 82ème et l’on se demande encore comment ils ont pu mettre la balle hors cadre.
La fin de match est plus désorganisée pour les Varois qui accumulent les erreurs. Cela aurait pu être préjudiciable à la 90ème mais le tir tarbais passe de peu au-dessus de la transversale.
Mais dans les arrêts de jeu, ce que l’on pressentait depuis un moment arrive : le TPF parvient à marquer lors d’un cafouillage dans la surface varoise. (2 à 1).

Les Toulonnais, plus détendus, pouvaient savourer leur victoire face à une bonne équipe tarbaise qui pratique un football agréable et offensif. Tous nos concurrents directs ont gagné et il était important pour la suite de prendre ces points précieux.
La semaine prochaine, à Sète, il conviendra de ne pas plonger dans le canal et si l’on peut remporter la joute, le plaisir ne sera que meilleur…

CR ET PHOTOS / F.A et N.M.




jeudi 2 mars 2017

Nos petits encadrés par la CFA

Photos NM






Photos NM







Photos NM













Photos NM













Photos NM