mercredi 20 juin 2018

SAISON 2017-2018 15ième journée

 le Cadeau de Noël












DD, JF, RL


mardi 19 juin 2018

PREMIERE PARTIE DE LA SAISON 2017-2018 : LES PLUS


 4ieme Journée : Première victoire à l’extérieur ... déjà une bonne opération ?






























Et sans oublier de fête les 30 ans des ultras.....




12ieme Journée : 1er match... 1er but : DIALLO








CR : DD, JF, RL








dimanche 17 juin 2018

COMEBACK SAISON 2017 /2018

PREPARATION : CLES DU SUCCES ?


1 - CRYOTERAPIE



BIOGRAPHIE :




La cryothérapie, aussi appelée « thérapie par le froid », consiste
généralement à appliquer du froid sur une zone pathologique du corps. Le froid a pour effet de calmer les douleurs.












2 -PREPARATEUR PHYSIQUE :

CHRISTIAN MACCARIO




Article : DD, JF, RL

vendredi 15 juin 2018

COMEBACK RECRUES 2017-2018





Recrues du début de saison sorties du lot :









Suivez le prochain clin d'oeil à la saison 2017 -2018 dans les prochains jours .
Merci à DAVID , JOSETTE et ROMUALD.



jeudi 14 juin 2018

COMEBACK SUR LA SAISON 2017-2018

David , Josette et Romuald vont vous faire revivre la saison qui vient de s'achever .


L ERE WILLIAM PRUNIER COMMENCE...






Biographie :

1 - Passé par les équipes de jeunes du RSC Montreuil. Il est ensuite formé à Auxerre, il fait partie de la génération des Boli, Cantona, Vahirua ou Daniel Dutuel. Il est capitaine de l'AJ Auxerre au début des années 1990.
Joueur au tempérament rugueux, ses principales qualités sont le marquage et le jeu de tête.



2 -  Projet : projet ambitieux , équipe compétitive , l' engouement et les infrastructures .




3 - Parole : " Je veux une équipe discipliné ".




dimanche 20 mai 2018

UN PETARD MOUILLE – TPF 0 SCT 3



Photos NM



Le miracle n’a pas eu lieu et ce malgré le feu d’artifice final du 3-0 face au Tarbes Pyrénées Football qui jouait sa survie en N2.
Concernés et avec beaucoup d’envie, les joueurs Toulonnais ont mis un point d’honneur à terminer leur saison proprement avec la satisfaction du devoir accompli jusqu’au bout. Une fin de saison exceptionnelle sur un rythme de champion, qui laisse des tas de regrets d’avoir échoué si près du but. Dans le même temps, Marignane se contentait d’un nul sans relief à Paulhan. Toulon et Marignane sur un pied d’égalité au nombre de points et de victoires mais avec un goalaverage particulier défavorable au SCT. Un dénouement cruel et malheureux pour cette équipe qui aurait mérité mieux.



Composition SCT : Viviani – Fall (Leleu 70’) – Atlan – Ouasfane – Sahnoune – Bayo – Moulet – Belhadj – Gomis – Guilavogui (Adim 78’) – Djaballah (Kamin 73’).

Buts SCT : Ouasfane (2’) – Djaballah (62’) – Adim (86’).

Cartons Jaunes SCT : Sahnoune (11’) – Belhadj (75’).
Cartons Jaunes TPF : 71’ et 75’.



Une fin de match triste à pleurer : le TPF relégué en N3, le SCT n’accédant pas à la N1 et grâce à ce résultat, le repêchage inespéré de la réserve de l’OM…

Pourtant les Toulonnais ont réalisé un match parfait avec cependant pas mal de déchets devant le but, ce qui aurait pu déboucher sur une addition beaucoup plus salée pour le sympathique club des Pyrénées.
Tout commence comme en rêve avec une tête de Ouasfane sur corner qui trompe Naveau (2’).
Les locaux pointent pour la 1ère fois le bout de leur nez à la 8ème minute lors d’un corner vicieux.
Une minute plus tard, Gomis s’échappe et passe à Guilavogui idéalement placé, qui bute sur le gardien.
13ème : un beau coup-franc donne des sueurs froides à Viviani, mais la balle passe juste au-dessus.



29ème : Bayo sert Gomis qui arme et tire mais l’impeccable Naveau s’interpose avec brio.
39ème : Gomis croise trop son tir, sa balle frôle le second poteau alors que Naveau était battu !



41ème : Djaballah déborde puis transmet le ballon à Guilavogui, seul au second poteau, mais ce dernier glisse au moment de shooter !



A la pause, le score vierge du côté de Paulhan maintient la flamme de l’espoir.

A la reprise Naveau s’illustre encore sur un tir de Guilavogui.


54ème : Moulet se bat dans la surface mais le cafouillage est tel que personne ne peut reprendre.


60ème : Viviani se couche parfaitement sur un tir tarbais bien cadré.
62ème : Djaballah enfonce le clou et réduit la marge de réussite du TPF à qui il faut absolument une victoire

.
68ème : Moulet tente sa chance mais sa lourde frappe est encore repoussée par l’excellent Naveau.
A la fin Kamin joue en une deux avec Adim qui marque le dernier but (86’).
88ème : une superbe claquette de Viviani anéantit totalement tout espoir tarbais de recoller au score.


Supérieurs techniquement, bien en place et motivés, les joueurs de Prunier ont fait leur job jusqu’au bout comme pour la poignée de supporters et de Socios qui les ont suivis. Le bilan de 17 victoires, de meilleure défense et de 2ème meilleure attaque est plutôt flatteur mais ne permet pas de décrocher le Graal. Bravo à Marignane pour leur régularité et leur titre. Les Toulonnais ont perdu trop de points dans la 1ère partie du championnat pour finir en trombe.

Merci à cette belle épique qui nous a fait espérer jusqu’au bout, merci aux entraineurs et au staff physique et médical. Place maintenant à la préparation de la saison prochaine en espérant retrouver la majorité de joueurs, ce qui permettrait de commencer la saison en terre connue. Pour une fois …




















Photos et CR  / NM et FA

Votez sur notre blog pour l'homme du match.!



dimanche 13 mai 2018

DE L’AVENIR NOUS SOMMES AMOUREUX

                                                                          Photo NM





Au terme d’une saison en dent de scie, le Sporting a rempli son contrat de victoire dans le derby ouest varois mais comme il n’y a pas eu de bonne nouvelle du côté de Marignane, l’espoir de montée s’amenuise et tiendra du miracle la semaine prochaine.
Mais le grand gagnant de la soirée reste indiscutablement le mouvement ultra toulonnais qui fêtait ses 30 ans et qui a animé d’une seule voix la tribune Mouraille.


Composition SCT : Viviani – Fall – Ouasfane – Sahnoune – Leleu - Moulet – Bayo – Kamin (Palhares 66’) – Gomis – Djaballah (Belhadj 66’) – Preira (Guilavogui 91’).

But SCT : Moulet (SP) 62’.



Une première période décevante


Surpris par une équipe hyéroise plutôt fringante et assez offensive, le Sporting, crispé et peu inspiré, n’a pas délivré un jeu bien affriolant pendant les 45 premières minutes.
Beaucoup de déchets, peu de construction, un jeu haché et peu d’occasion, ce bilan n’est pas celui d’une équipe qui joue la montée. Trop grande pression ou sous estimation du voisin hyérois, quoiqu’il en soit, heureusement que le spectacle était en tribune car celui du terrain était plutôt ennuyeux voire décevant.
Pourtant au début, Gomis concède mal une énorme occasion à la 7ème minute en loupant le cadre.
17ème c’est au tour de Djaballah de trop pousser sa balle, alors qu’il y avait la place pour un joli tir.
Le HFC se montre dangereux à la 27ème avec un superbe tir qui passe à côté ou à la 39ème qui permet à Viviani de se mettre en valeur.

A la 45ème Viviani doit s’y reprendre à deux fois pour stopper une balle insidieuse.


Un généreux pénalty

La plus nette occasion toulonnaise depuis le début, se produit à la 58ème minute, où Gomis ouvre superbement pour Djaballah qui tire. Le gardien repousse mais Moulet en embuscade, ne parvient pas à reprendre !

Dans la minute suivante, Viviani s’interpose avec brio, sauvant ainsi son équipe du scénario catastrophe.



Le Sporting semble dans de meilleures dispositions et tente d’animer l’attaque. Les efforts seront récompensés par Sahnoune, qui à l’entrée de la surface veut centrer en pivotant, mais sa balle touche une main hyéroise. L’arbitre accorde un pénalty que va transformer en force Kenny Moulet (62’). Le but libérateur arrive enfin !...


Mais il reste encore du temps. Pour en marquer un autre ou pour Hyères d’égaliser…
Prunier fait rentrer du sang neuf pour dynamiser l’équipe. (66’)
77’ : superbe occasion de Gomis qui veut tromper le portier hyérois, mais son tir longe le poteau opposé alors que le but était vide !


Un pénalty oublié

82’ : Palahres lance Preira, qui s’envole seul pour se présenter face au gardien, il veut le dribbler mais celui-ci le crochète en pleine surface. Le pénalty est flagrant pour tout le monde, sauf pour le corps arbitral qui ne bronche pas.
Quatre minutes d’arrêt de jeu c’est long, très long.
Belhadj glisse la balle dans un trou de souris vers le centre. Guilavogui, qui vient de rentrer, et Gomis n’ont qu’à la mettre au fond, le gardien est battu…mais les deux s’emmêlent, on se demande encore comment…

A l’an que ven !

Le contrat est rempli avec la victoire 1 à 0. Pour la manière on repassera, mais ce soir ce n’était pas si important car notre passion, 30 ans après, est aussi intacte qu’au premier jour. La belle communion du public avec les joueurs à la fin du match était chargée d’émotion et d’ondes positives.
Si le passé a pu être glorieux, c’est de l’avenir dont je suis amoureux. De l’avenir proche, dans une semaine avec une infime parcelle de chance qu’il faudra jouer à fond du côté de Tarbes. Et bien sûr d’un avenir plus lointain, celui de la saison prochaine qui s’annonce d’ores et déjà palpitante.

                                                                          Photo NM


VOTEZ PUR L'HOMME DU MATCH SUR NOTRE PAGE !


CR et Photos  :  FA et NM

mercredi 9 mai 2018

Nos U15



En récompense de leur saison, l'entraîneur des U15 Promo Ligue, a offert aux joueurs , une participation à l'orange challenge, lors du match NICE-RENNES à L'ALLIANZ RIVIERA



lundi 30 avril 2018

PARTAGE DES POINTS MITIGE SUR LES BORDS DE LA MIDOUZE

Photo NM




Composition SCT : Viviani – Fall – Atlan – Sahnoune – Ouasfane – Moulet – Palhares (Kamin 60’) – Guilavogui (Belhadj 60’) – Gomis – Djaballah – Preira (Adim 76’)

Cartons Jaunes SCT : Sahnoune et Belhadj (96’)

Buts SCT : Preira (7’ et 66’)
Buts SM : (19’ et 84’)





Des enjeux contraires.

Le Sporting devait impérativement gagner pour rester dans la course. Le Stade Montois devait réaliser au moins le partage des points pour se maintenir. Deux objectifs diamétralement opposés, et c’est finalement le Stade Montois, soulagé, qui atteindra le sien.
Difficile soirée pour les Varois qui ont eu du mal à appréhender ce match compliqué. On les a sentis fébriles dans leurs têtes ne sachant pas comment gérer leur avance.

Pourtant tout avait commencé pour le mieux avec une ouverture du score précoce par l’inévitable Preira dès la 7ème minute. En effet, sur un corner de Palhares les joueurs Montois ont du mal à se dégager et le ballon échoit à Preira qui ne se fait pas prier pour placer un coup de tête parfait dans l’angle.

Un Sporting démobilisé et aux abonnés absents

Le Sporting a encore son destin entre ses mains. Mais de façon curieuse et incompréhensible, le co-leader va reculer, douter, se faire sérieusement chahuté. Complètement incapable de gérer cette précieuse avance et au lieu de provoquer pour enfoncer le clou, l’équipe est aux abonnés absents, laissant les locaux se ragaillardir et venir défier Viviani dans ses bois. Le manque d’opposition varoise va leur donner des ailes.
14ème : un beau centre atterrit dans la quasi indifférence de la défense varoise sur un joueur montois, qui ajuste et fusille Viviani. Celui-ci sort un arrêt réflexe de grande classe et repousse l’échéance.
16ème : grosse frayeur suite à une mésentente dans la défense toulonnaise, mais fort heureusement l’attaquant montois est un peu court pour reprendre la balle de but.
Mais Viviani ne pourra pas faire grand-chose sur l’égalisation à la 19ème minute. Les coups de boutoirs montois et la passivité des Toulonnais ont produit un effet logique, que l’on sentait inévitable.
Une réaction toulonnaise va quand même avoir lieu consécutivement à un superbe travail de notre élégant Guilavogui qui sert Preira, qui double ! Mais le but est refusé pour un hors jeu peu évident depuis la tribune.
26ème Atlan se charge d’un coup-franc qui oblige le gardien à sortir le grand jeu pour détourner en corner.
A la 28ème c’est au tour de Viviani de repousser du bout des doigts, après s’être couché, un excellent ballon.
Toulon passe un mauvais quart d’heure, on le sent fébrile et désorganisé. L’équipe est dominée outrageusement. A la 34ème minute et à la 35ème minute le Stade Montois est tout près de scorer, heureusement que Viviani tient la baraque !


Les locaux jouent très bien et se promènent, le Sporting fait de la peine et devient méconnaissable. Heureusement la pause arrive…
En seconde période, les Toulonnais sont un peu mieux et Preira redonne l’espoir au camp azur et or en transformant un caviar de Gomis en or : 2 à 1 (66ème).

Un coaching frileux

Vu des tribunes, le coaching suivant, laisse un goût d’amertume : sortie de Guilavogui, l’un des meilleurs toulonnais du groupe.

Cherche-t-on à garder ce score, à jouer la prudence au lieu de l’attaque ? Si c’est réellement le cas, ce choix frileux ne laisse rien augurer de bon, car il reste beaucoup de temps encore.
72ème : Djaballah reçoit un bon ballon, alors que le gardien trop avancé est battu. Il tire mais un joueur montois revenu de justesse, contrarie la trajectoire de la balle, en l’empêchant de rentrer dans le but vide.
76ème sortie de notre buteur (sur sa demande ?).

Un coup franc imparable

84ème : un superbe coup-franc, suite à une faute inutile, et égalisation splendide de Mont de Marsan !
88ème : dernier tir de Djaballah bien stoppé et malgré cinq bonnes minutes d’arrêt de jeu, rien n’y fera. Il est alors temps d’arrêter le jeu qui devenait haché et ponctué de beaucoup d’énervement côté varois.
Frustration, déception, incompréhension. Et tombe la pluie sur une fin de saison mitigée. Marignane fait cavalier seul, son dauphin s’est noyé tout seul. Le Stade Montois a réalisé un de ses plus beaux matches de l’année, d’après les gens du club. Bravo à eux pour leur maintien.
Et maintenant à part un miracle, le Sporting s’apprête à repiquer en N2 avec de sérieux nouveaux abonnés comme Bastia, Endoume et Consolat ! Encore une partie de plaisir !


Votez pour l'homme du match !

CR ET PHOTOS / FA ET NM

dimanche 22 avril 2018

Eprouvant!




                                                                       Photo NM



Entre un Sporting devant gagner à tout prix, une équipe de Paulhan Pézenas ne voulant pas mourir et un œil attentif du côté de Fréjus/Marignane, la soirée du supporter jaune et bleu ne fut pas de tout repos et a apporté son lot d’émotions, le faisant passer de l’espoir, à la frustration puis du doute à la délivrance. Rarement une fin de match fut aussi crispante au vu de l’enjeu pour finir en apothéose sur le fauteuil du leader à trois journées de la fin !


Composition SCT : Viviani – Sahnoune – Atlan – Ouasfane - Fall – Palhares – Bayo – Djaballah (Belhadj 82’) – Gomis (Adim 66’) – Diallo – Preira (Guilavogui 75’).

Buts SCT : Preira (13’) – Diallo (55’) – Belhadj (91’)
But ESSP : 70’

Cartons Jaunes SCT : Diallo (23’)
Cartons Jeunes ESPP : 82’, 83’


Nos pom-pom girls ;)



Deux équipes aux ambitions contraires : une devant gagner coute que coute si elle veut conserver une chance de montée et l’autre voulant échapper à la relégation. Deux objectifs différents et des moyens différents.
A ce stade, les Toulonnais sont en pleine confiance et restent sur une dynamique intéressante mais ils savent aussi qu’il faut se méfier d’une équipe blessée qui va jouer sa survie.
Ce sont les visiteurs qui vont tirer au but les premiers à la 10ème minute et Viviani va pouvoir repousser la balle.

L’inévitable Bruno Preira ouvre enfin le score à la 13ème minute. Très en forme depuis quelques matches, il a souvent été décisif dans les rencontres précédentes.














A la 33ème minute Palhares est à deux doigts d’aggraver le score mais sa balle passe juste au-dessus.
34ème c’est le premier corner visiteur de la partie provoqué par une de leur rare incursion dans le camp toulonnais. Il faut dire que les Varois ne leur ont guère laissé d’espaces de jeu au cours de la première demi-heure, presque exclusivement jouée dans le camp de l’ESPP.

Photo NM

41ème une bonne intervention de Palhares qui transmet au cordeau pour Preira, mais ce dernier rate son duel face au gardien, alors que tout le stade voyait la balle déjà au fond.
Mais ce n’est que partie remise. Sur un bon coup-franc toulonnais à la 55ème minute, le ballon est déposé sur la tête de Diallo qui ne se fait pas prier pour doubler la mise (2-0).
Encore une belle occasion vendangée, deux minutes plus tard avec un judicieux une deux entre Gomis et Diallo, mais Diallo bute malheureusement sur le gardien, alors que le but semblait facile.




Encore Diallo en bonne position à la 60ème ne peut tirer car victime d’une obstruction.
En cette seconde période, les toulonnais jouent un peu facilement et semblent moins concentrés. Peut-être font-ils un péché d’orgueil face à leurs adversaires dépassés ? Et Paulhan commence à montrer le bout du nez et Viviani doit s’envoler pour capter une balle vicieuse à la 65ème.


Et justement à la 70ème une pure frappe en pleine lucarne permet aux visiteurs de se relancer (2-1).
C’est à ce moment que l’on apprend que Fréjus vient d’ouvrir le score face à Marignane…
Les Toulonnais obtiennent un pénalty mérité à la 86ème. Adim, qui était fraichement rentré, va se charger de le transformer. Hélas sa lourde frappe s’écrase sur la transversale. Coup dur pour le moral des supporters, car à 2 à 1, on n’est pas à l’abri d’un revers. Et sur la relance qui suit, un joueur de l’ESPP s’échappe pour venir défier Viviani. Le duel est inéluctable sous les yeux médusés de tout un peuple. L’attaquant arme et tire, Viviani est battu, mais la balle est repoussée par la transversale. En retombant le balle franchit une partie de la ligne de but mais pas entièrement ! Le but est donc invalidé. A ce coup du sort, on se dit que le destin nous sourit enfin cette saison et que rien ne peut altérer la marche du Sporting.

Et c’est Belhadj qui délivre enfin les Varois dans les arrêts de jeu, laissant s’exprimer l’explosion de joie et de délivrance de Bon Rencontre.

Et du côté de Fréjus, l’Etoile, en bon dauphin, a tenu bon, et le Sporting se retrouve ainsi co-leader du championnat avec Marignane.
Voilà qui nous promet une fin de championnat palpitante. Notre destin ne nous appartient pas entièrement. Même s’il nous faut gagner impérativement les trois rencontres restantes, il faudra encore compter sur un ultime faux-pas des aviateurs car la stupide règle du goal average particulier ne nous est pas favorable.



Votez pour l'homme du match !

 CR et PHOTOS / FA et NM