vendredi 13 mars 2020

MATCH SUSPENDU

La décision a été rapide à la suite des déclarations du président de la République. Toutes les compétitions sont suspendues jusqu’à nouvel ordre.
« Les annonces du Président de la République amènent la FFF à prendre sans ambiguïté ses responsabilités pour contribuer à endiguer la crise sanitaire qui touche notre pays. Dès aujourd’hui, je souhaite annoncer la suspension de l’ensemble des activités dépendant de la Fédération. Les championnats de jeunes et amateurs, les rassemblements, les entraînements et l’activité des écoles de football sont interrompus, et reprendront des que les conditions sanitaires le permettront. »
Ce jeudi soir, un communiqué de presse de Noël Le Graët annonce la suspension de tous les championnats gérés par la Fédération Française de Football que ce soit au niveau national, régional et départemental. Le football amateur est donc mis en parenthèse jusqu’à nouvel ordre.


Source FOOT AMATEUR

mercredi 11 mars 2020

WEEK END DU 13 MARS 2020 PREMIERE VICTOIRE A L'EXTERIEUR ?

26 EME JOURNEE

                                                                Source FB SCT


ADVERSAIRE : US CONCARNEAU












CLASSEMENT : 11 EME AVEC 31 POINTS


BIOGRAPHIE : L'Union Sportive Concarnoise, couramment abrégée en US Concarneau ou USC, est un club français de football fondé le 11 mars 1911 et basé àConcarneau dans le Finistère. Le club du président Jacques Piriou évolue depuis 2016 en National.


LE DERNIER RESULTAT


V/V/V/V



JOUEUR A SUIVRE : ANDREW JUNG  ATTAQUANT /3 buts

                                                     Source FRANCE BLEU.FR


ARTICLE / DAVID D.


samedi 7 mars 2020

Encore défait à domicile, le Sporting atteint d’un étrange virus.




On s’en doutait depuis plusieurs semaines, mais les spécialistes sont unanimes. Hier soir, ils ont eu la confirmation de la présence d’un virus mystérieux qui frappe l’équipe. Comment l’équipe l’a contracté, là est toute la question. Nous n’avons pas pu identifier précisément qui était le patient zéro. Certains pensent qu’il s’agit de Claude Joye ou de Jean-Marc Ferreri, d’autres misent plutôt sur Victor Zvunka, d’autres encore penchent plutôt vers un collectif de joueurs.
Les symptômes constatés, sont les mêmes depuis plusieurs semaines. Une incapacité à tenir un score, une propension à reculer et à ne jouer qu’une mi-temps et une allergie chronique à scorer.
Face à Créteil, le Sporting s’est encore enfermé dans ce schéma. Auteur cependant d’une jolie première période, pleine d’allant, dynamique et assez offensive, le SCT a été l’ombre de lui-même au retour des vestiaires, incapable de se mettre à l’abri et pire que ça, encaissant deux buts, là où il n’y avait pas la place. Ajoutez là-dessus le manque d’inspiration de Gomis qui avait la balle de l’égalisation, des interprétations d’arbitrage peu favorables, la sortie prématurée et incompréhensible de Philippe, et vous comprendrez que le virus continue de faire des ravages…
C’est pourtant Ranieri, assez remuant, qui tente le premier une frappe qui passe au-dessus. Puis, plus tard, Veron est contraint à une superbe parade face à Philippe au 1er poteau, qui décroche un tir cadré.
Sur un coup-franc visiteur, c’est Andreani qui s’emploie à sortir une balle brûlante qui filait sous la transversale.
Peu avant la pause, les Toulonnais ont un bon coup-franc à jouer. Ranieri ou Moulet sont près du ballon, presque à la limite de la surface et c’est finalement Ranieri qui s’y colle. Bon choix, puisqu’il loge parfaitement sa balle dans les cages sans que Veron n’ait le temps de réagir. (Toulon 1 – Créteil 0) 40’.
Au retour des vestiaires, les Toulonnais sont cueillis à froid par un coup-franc en retrait, transformé par Diallo, libre de tout marquage, qui place parfaitement son ballon pour égaliser (51’) SCT 1 – Créteil 1.
Au cours d’une belle contre-attaque, Diallo centre pour Sangaré qui crucifie Andreani à la 63ème. Hors-jeu ou pas, le but est bien validé. SCT 1 – Créteil 2
Sur un coup-franc de Bayo, Gomis hérite d’un superbe ballon mais se manque incroyablement alors qu’il avait la possibilité d’égaliser.
En fin de partie, Guilavogui dans la surface, transmet à Gomis qui surgit et qui troue les filets. Mais une position de hors-jeu est alors signalée… Décidément quand ça ne veut pas…
Plus grand-chose à ajouter et tous les vaccins du monde semblent vains tant la fin de saison paraît inéluctable. Et même si un remède est prochainement tenté, ce sera maintenant un bandage sur une jambe de bois…

Article FRANZ A.

jeudi 5 mars 2020

WEEK END DU 6 MARS 2020 REPARTIR VERS LES 3 POINTS

25 EME JOURNEE

                                                          Source FB SCT



ADVERSAIRE : CRETEIL LUSITANOS










CLASSEMENT : 10 EME AVEC 32 POINTS

BIOGRAPHIE : L'US Créteil-Lusitanos est un club de football fondé en 1936 basé à Créteil (Val-de-Marne), dans la banlieue sud-est de Paris et est présidé par Armand Lopes. Le club est créé en 1936 et s’inscrit dans une démarche pluridisciplinaire. Le plus haut niveau atteint par le club est la deuxième division. À la suite de huit saisons consécutives en Ligue 2, le club est relégué en National en 2007 et en reste pensionnaire jusqu'à la saison 2012-2013 qui voit le club remonter en Ligue 2. Il reste seulement 3 ans à ce niveau et retombe en troisième division lors de la saison 2015-2016.



LE DERNIER RESULTAT


D/D/V/N




JOUEUR A SUIVRE : YANNIS DOGO  / MILIEU / 1 BUT


Source : uscl.fr


Article DAVID D.


samedi 29 février 2020

LOURDE DEFAITE, DURE A L’AVALER ! (Laval 3 – SCT 0)

Consternation et colère du côté du Stade Le Basser, à l’issue de la rencontre, où l’on espérait une réaction toulonnaise, après l’encourageant 3-0 face à Villefranche. Au lieu de cela, on nous aura servi un piètre spectacle, dénué d’intérêt et sans l’envie qui aurait dû être de mise chez une équipe désireuse de jouer le maintien.
Le Sporting fait illusion pendant les 10 premières minutes de la partie, même si Laval alerte dès la 1ère minute, puis à la 7ème minute, le portier varois. Mais un pénalty un peu sévère vient redonner des couleurs aux tangos à la 12ème minute. Robic ne laisse aucune chance à Andreani qui plonge pourtant du bon côté.
Il faut attendre la 22ème minute pour voir une timide occasion toulonnaise. Et six minutes plus tard c’est Laval qui rate de peu le break.
Après la pause, le SCT change de tactique et fait rentrer du sang neuf avec Gomis et Bayo en lieu et place de Zouaoui et Muyumba.
Pourtant ce n’est pas mieux et on se prend un but d’école à la 51ème. Plus tard, on se demande encore comment l’attaquant lavalois a pu rater son duel, seul face à Andreani à la 75ème.
Gomis va tenter de porter davantage de danger devant les cages lavaloises mais sans succès.
Ranieri est remplacé par Preira à la 79ème. Et Laval se paye le luxe d’enfoncer le clou sur corner à la 83ème minute !
L’addition est lourde pour des toulonnais qui ont fait tourner le ballon jusqu’au bout et pour une équipe locale, certes bien en place, mais avec aussi beaucoup de déchets. Mais les joueurs de Laval se sont montrés réalistes et ont su se créer les occasions qui nous ont fait défaut.
On peut dire que ça sent vraiment les rillettes ! Pourtant la soirée aurait pu être excellente d’un point de vue comptable si les SCT avait fait le job, car nos concurrents directs ont tous eu la bonne idée de s’incliner… Ce manque de réaction a de quoi interroger et elle peut ressembler de l’extérieur à un sabordage en règle.
Il reste cependant encore 10 matches et un mince espoir de figurer parmi les meilleurs relégables. Il faut exploiter la moindre chance à fond et jusqu’au bout, car on sait que la situation financière de certains clubs amène chaque année son lot de surprise dans les relégations et dans les repêchages.
Vu que les dernières chances de maintien viennent de s’envoler, s’il reste une once de dignité et d’orgueil à cette équipe, nous lui demandons juste de faire le nécessaire pour ne pas finir dernière et il sera alors temps de s’en remettre au destin. Mais s’il vous plait, ne baissez pas les bras avant que d’avoir tout tenté, car à Toulon, cela n’a jamais fait partie de notre ADN.



jeudi 27 février 2020

CONFIRMER LA PREMIERE VICTOIRE

WEEK END DU 28 FEVRIER 2020

                                                                      Source FB SCT


24 EME JOURNEE

ADVERSAIRE : LAVAL










CLASSEMENT : 9 EME AVEC 32 POINTS


BIOGRAPHIE : Le Stade Lavallois Mayenne Football Club, appelé plus communément Stade Lavallois, est un club de football amateur français, fondé le 17 juillet 1902 àLaval. En mai 2017 le club est relégué en National 1, Christian Duraincie démissionne quelques jours après la fin du championnat. Philippe Jan est nommé président du directoire.


LES DERNIERS RESULTATS


N/D/V/D


JOUEUR A SUIVRE : ROBERT MAAH  / ATTAQUANT / 3 BUTS

Source STADE LAVALLOIS.COM




mercredi 26 février 2020

Un peu de calcul


La saison dernière il fallait 37 points au terme de la dernière journée pour se maintenir.
Cette saison, le SCT enregistre 13 points après 23 matches.
Il resterait donc (si la saison était identique à la précédente) 24 points à glaner (sur 33 possibles) en 11 rencontres. 
Le calendrier est le suivant :
Laval / SCT SCT / Créteil Concarneau / SCT SCT / Avranches Bastia / SCT SCT / Le Puy Boulogne / SCT SCT / Cholet Lyon Duchère / SCT SCT / Quevilly Rouen Béziers / SCT Ces 24 points peuvent être répartis ainsi : 7 victoires (21 pts), 3 nuls (3 pts) et 1 défaite (0 point).

samedi 22 février 2020

BR EN ETAT DE CHOC – SCT 3 / VILLEFRANCHE 0





Ambiance surréaliste à Bon Rencontre pour la réception de Villefranche. Si les tribunes sonnaient creux au coup d’envoi, c’est qu’une bonne partie des supporters avaient décidé de boycotter la rencontre ou de faire une entrée plus tardive. Longtemps une partie de la Mouraille aura scandé « dirigeants démission » et dans cette étrange ambiance, le Sporting ouvre la marque. A ce moment du match, il est légitime de penser que le Sporting ne va pas s’en tirer à si bon compte, car en face il y a un sacré client, qui ne pointe pas pour rien à la 3ème place du championnat. Et pourtant, tandis que résonnent encore les cris du divorce entre les supporters et la direction du club, on ne peut que regarder, presque incrédules, le tableau d’affichage, qui affiche fièrement un 3-0 sans appel.
Et dire que ce fut un match plein, est un doux euphémisme. Beaucoup de rythme et d’actions brûlantes, des buts et pas des moindres, et même si le Sporting a encore parfois trop reculé, c’est avant tout la victoire du cœur réalisée avec une énorme envie, presque un match de coupe. Non, les joueurs n’ont pas choisi de baisser les bras, ils ont retrouvé de la dignité et du panache, ils se sont fait plaisir et se sont prouvés qu’ils pouvaient réussir dans une période compliquée et un contexte peu favorable. Seul l’avenir dira s’il s’agissait d’une victoire pour l’honneur ou si elle va servir de déclic pour entamer une remontada qui tient du miracle, tellement elle arrive tard.

Composition SCT : Andreani – Sahnoune – Soumaré – Etcheverria – Fall – Zouaoui – Muyumba – Ranieri – Moulet (Bayo 71’) – Delgado (Guilavogui 60’) – Philippe (Gomis 84’)
Buts SCT : Philippe (15’), Bayo (75’), Guilavogui (94’)
Cartons Jaunes : SCT : Sahnoune 51’, Guillvogui (94’)
FCVB : 49’, 81’

La première alerte est pour le portier toulonnais qui doit détourner une frappe dangereuse dès la 3ème minute et sur le corner à suivre la balle rase le poteau d’Andréani.
Raniéri tente de bien réagir à la 4ème minute mais son tir passe à côté. Les visiteurs tentent de nettoyer la lucarne (5’).
Mais à la 15ème minute, Moulet ouvre lumineusement pour Philippe. La rapidité de ce dernier et la glissade du dernier défenseur, propulse l’attaquant toulonnais face à Sauvage venu à sa rencontre. Il pique magnifiquement son ballon pour ouvrir les compteurs toulonnais.
18ème Andreani plonge de manière déterminée pour empêcher l’égalisation. Puis à la 27ème minute, Philippe tente un lobe lointain, qui ne trouve pas le cadre.
32’ : un tir puissant de Delgado passe à côté. Deux minutes plus tard, une belle combinaison Ranieri/Delgado échoue de peu. Mais c’est surtout à la 38ème que Zouaoui rate l’immanquable face à la sortie hasardeuse de Sauvage.

Après la pause, les Toulonnais voulant conserver le score, reculent trop et c’est ainsi qu’ils se retrouvent en situation de danger à la 56’. Les vieux démons ne sont pas loin…
66ème : un coup-franc, superbement brossé, par Ranieri flirte avec la transversale.
Coaching gagnant, puisque sur un corner à la 75ème minute, Bayo qui venait de rentrer, récupère un ballon flottant pour le placer imparablement le long du poteau. 2-0, on tient alors le bon bout…
79ème Andreani fait montre de tout son talent sur le coup franc pour préserver le score.
82’ un très joli geste de Philippe ne trouve que le petit filet. Puis c’est Villefranche qui tente de loin à la 85ème de tromper la vigilance de notre gardien.
87ème Gomis qui fait une bonne rentrée, ouvre superbement pour Ranieri. Il élimine la défense mais sa balle manque de peu la lucarne.
Dans les arrêts de jeu, grosse frayeur quand Andreani relâche le cuir, il doit s’y reprendre à deux fois pour tranquilliser la situation.
Mais le clou de la soirée arrive à la 94ème quand Guilavogui nous offre un festival dans la surface, en se jouant magistralement à coup de crochets, de ponts et de feintes de tous ses derniers opposants pour venir ensuite parachever son œuvre et crucifier Sauvage dans le délire que l’on imagine. 3-0 !
Avec mon ami Bruno, nous regardons encore, en état de choc ce panneau d’affichage qui ne s’éteint pas, comme une lueur d’espoir dans la nuit toulonnaise, alors que le stade se vide. Oui, le Sporting s’est offert sa première victoire, une victoire large et généreuse, pas une victoire discutable mais magistrale et pu*** qu’elle fait du bien ! On en avait presque oublié la saveur…
Il va falloir maintenant concrétiser à Laval, mais si l’équipe propose le même jeu et connaît la même réussite, ce sera alors un nouveau championnat qui commence. J’aurai la chance de partir avec elle et de vivre ce déplacement de l’intérieur. Qui sait, je vais peut-être leur porter chance… En tous cas, ça part de là !

Article FRANZ A.

jeudi 20 février 2020

WEEK END DU 21 FEVRIER 2020 : ENFIN UNE VICTOIRE ?

23 EME JOURNEE


ADVERSAIRE : FOOTBALL CLUB VILLEFRANCHE BEAUJOLAIS

                                                                Source FB SCT



CLASSEMENT : 3 EME AVEC 40 POINTS

BIOGRAPHIE :Le FC Villefranche-Beaujolais est un club français de football situé dans la ville de Villefranche-sur-Saône.
L'équipe évolue au stade Armand-Chouffet, du nom d'un député socialiste du Rhône (SFIO) entre 1928 et 1940.
Le club évolue pour la saison 2019-2020 en National.


RESULTATS PRECEDENTS :
N/V/N/N

JOUEUR A SUIVRE : THOMAS ROBINET ATTAQUANT 9 buts 


Source : footballdatabase.eu



Article DAVID D.

samedi 15 février 2020

PLUS GOBI QUE RASCASSE – FC PAU vs SCT 3 – 0


Se rendre chez le second dans notre situation actuelle, n’était pas le scénario idéal pour se relancer (ou plutôt pour se lancer tout court). Mais de là à se prendre la première raclée de la saison…
Il y a belle lurette que la rascasse de pique plus, c’est un fait. Chaque joueur dans son coin tente de trouver la solution, tout seul. Les nouveaux, ont le sent, on envie de bien faire, mais le collectif semble faire défaut.
Pourtant, les Varois ont eu quelques phases de jeu intéressantes et même quelques superbes occasions.
Après un gros quart d’heure d’observation et pas grand-chose à faire pour les portiers, c’est Di Santantonio qui frappe de loin au but, le ballon est repoussé dans un premier temps dans les pieds de Karim Coulibaly qui rate l’immanquable à quelques mètres du but.
Peu de temps après, Geye en pleine lucarne troue les filets toulonnais sur un superbe coup-franc. (21’)
Suite à un corner Di Santantonio fait une belle reprise mais il manque le cadre.
A la demi-heure de jeu sur un corner palois, le break est fait à l’aide d’une superbe tête d’Antoine Batisse. (30’)
Et sur la remise en jeu, Coulibaly place une vilaine semelle et l’arbitre décide alors de l’exclure de la partie. Très sévère, mais à 2-0 et avec un joueur en moins, l’entreprise est plus que compromise. La question est de savoir combien d’autres on risque de se prendre…
Coaching gagnant en seconde période puisque Jarju vient crucifier les Toulonnais à la 64ème minute suite à un joli mouvement accompli en pleine passivité de la défense toulonnaise.
Andréani aura encore des occasions d’être à la parade au cours de cette 2ème période et sauve son équipe d’un bilan plus lourd.
A la 69ème Rayan Philippe nous gratifie d’un festival et décroche une frappe magnifique qui s’écrase lourdement sur la transversale. Un des rares traits de génie de la partie côté varois.
A la 74ème un coup franc de Muyumba bien négocié aurait pu connaître un meilleur sort.
La fin de la partie est un long chemin de croix. Le Sporting est maintenant bien assis dans l’ascenseur pour l’échafaud tandis que les irrésistibles palois filent vers leur destin et des lendemains heureux. Nous leur souhaitons toute la chance qu’ils méritent.
Quant à notre équipe, elle a de plus en plus des allures de gobi plutôt que de rascasse (petit clin d’œil à mon cousin munichois). Que nous reste-t-il dans cette saison en bois ? Rien, plus rien !
En revanche, il nous semble urgent de commencer à se retrousser les manches et à préparer la saison prochaine en N2. Car, on peut faire des erreurs, se planter complètement une saison, mais pas deux de suite !
Claude, si tu nous lis, nous attendons rapidement du concret pour la saison prochaine. Quel que soit le projet pour le club, il se prépare dès maintenant, il faut montrer que la dérive n’est pas définitive et que le Sporting a encore les moyens de prendre de vraies décisions, cohérentes et audacieuses et qu’il ne baisse pas les bras.

Article FRANZ A.