mardi 21 juillet 2020

REAPPRENDRE A GAGNER



La culture de la gagne et la spirale positive qui l’accompagne généralement sont deux choses qu’il va falloir réapprendre. Et le plus vite sera le mieux.
Dans un championnat avec une poule assez ouverte, on ne peut pas dire, sur le papier du moins, qu’un épouvantail ou qu’un cador des pelouses sorte du lot.
Beaucoup d’équipes sont capables de faire un bon parcours. Nous allons retrouver bon nombre de nos anciens « amis » de la région Paca. A n’en pas doute ceux-là voudront mettre un point d’honneur à battre notre Rascasse.
Nous allons aussi découvrir des petits nouveaux : le Goal FC (émanation de l’ancien MDA fusionné avec quelques clubs voisins), les Hauts du Lyonnais (club de cinq villages) ou les savoyards de Rumilly, car les deux clubs ont fini ex æquo à la fin du championnat avec 38 points.
Saint Priest est un club qui connait depuis trois saisons cette division et qui ne sera donc pas un bleu dans l’exercice.
Andrezieux et Louhans Cuiseaux sont aussi deux clubs qui affichent une certaine ambition et dont il faudra se méfier.
Aubagne a semble-t-il obtenu son ticket, grâce à un repêchage et au détriment de l’Athlético de Marseille.
Et puis nous aurons enfin à en découdre avec les réserves d’équipes pros, toujours enclines à fausser le championnat ou à le faire basculer (l’OM, Monaco et Nice).
Si tout semble possible dans ce groupe, une chose parait primordiale : renouer avec les victoires.
Les joueurs qui ont connu le traumatisme de l’an dernier, doivent pouvoir se dépouiller de cette image négative et les nouveaux ou les jeunes promus doivent pouvoir trouver rapidement des satisfactions sportives. La culture de la gagne est une valeur toulonnaise, ne rien lâcher sur le terrain, ne jamais s’avouer vaincu avant la dernière seconde, retrouver la grinta et donner un sens à notre devise ; qui s’y frotte s’y pique. Rendre une ville et les supporters fiers de leur équipe préférée, telle doit être l’ambition de ce groupe de N2.
Si l’équipe fanion du Sporting a été capable de gâcher tous les espoirs en quelques mois seulement et de faire l’ascenseur, il doit se convaincre dès les matchs amicaux, que dans un ascenseur il y a aussi des boutons pour remonter.
C’est tout le bien que nous nous souhaitons. Et cela ne peut passer qu’en retrouvant le parfum enivrant de la victoire et la culture de la gagne.


Franz A.

vendredi 26 juin 2020

HONTE A VOUS !

On croyait avoir tout vu, tout entendu. Oui, sauf que le Sporting de Toulon c’est un peu le tonneau des
Danaïdes…

Tous ces mois de tweets assassins, d’allusions douteuses, de mensonges et de perte de temps pour en
arriver là.

Devoir subir une conférence de presse sous le blason du club, dans les locaux du club, pour clamer
haut et fort son amour pour l’OM est au-dessus de nos forces.

Pire, apprendre ensuite, que finalement un accord est quand même signé entre Claude Joye et Mourad
Boudjellal, dépasse l’entendement.

Encore une fois, les intérêts personnels ont pris le dessus. On n’est plus à une humiliation près.
Cette histoire qui a enflammé la ville, qui a divisé les supporters nous offre une issue qu’Alfred
Hitchcock n’aura jamais pu imaginer.

Ce scénario époustouflant est sans doute à mille lieues de ce que Monsieur Falco avait cru naïvement
avoir réussi.

La confiance de tous est malmenée et un grand sentiment d’écœurement nous envahi ce soir.
La pérennité de ce duo improbable est conditionnée à l’avenir de notre pire ennemi. Le destin du
Sporting lié à celui de l’OM !

Ce cauchemar aura-t-il bientôt une fin ?
Et pourtant, dans le grand carnage de cette situation ubuesque, dans le chaos de nos sentiments
actuels, une saison se prépare, une saison à ne pas rater.

Il va falloir se retrousser les manches, essayer de faire abstraction du côté médiatique, du ridicule que
l’on nous impose, pour apporter sur les terrains une réponse sportive probante et qui ne laisse aucune
place à l’ambiguïté.

Si certains se permettent de salir, de trahir ou de jouer avec notre club, il faut qu’ils sachent que ceux
qui représentent l’esprit du Sporting sont dans les tribunes. Ce sont eux qui seront présents à chaque
déplacement et qui viendront encourager les leurs.

 Pour eux il faudra se battre et gagner. Car les dirigeants passent mais les supporters restent. Certains ont une vie entière de soutien indéfectible,d’autres font vivre les tribunes, mais tous sont les garants de l’âme et de l’identité toulonnaise.

A ceuxlà,le respect s’impose, ils forcent l’admiration.

Forza Toulon ! L’avenir ne peut être que d’azur et d’or, car ici c’est Toulon !

samedi 20 juin 2020

Ecrire un nouveau chapitre




Nous étions nombreux hier à attendre fébrilement une déclaration en provenance de l’Avenue de la République. Tous n’avaient pas les mêmes attentes ni les mêmes doutes…

Aujourd’hui nous savons qu’une participation de Mourad Boudjellal est quasiment actée, qu’il intégrera cette saison la présidence de la SASP et qu’il sera donc amené à travailler avec Claude Joye, notre actionnaire majoritaire.

On peut se frotter les yeux et se pincer, car avec tout ce que l’on a lu et entendu depuis des mois, on ne donnait pas cher d’une possible collaboration. Si chacun a pu mettre réellement un peu d’eau dans son rosé, alors pourquoi pas…

Aujourd’hui, l’heure n’est plus à la division, et les anti ceci ou les pro cela, doivent tous se ranger derrière l’étendard du Sporting. Car nous vivons un évènement sans doute historique. Un nouveau chapitre de l’histoire du club est en train de s’écrire. Avec toutes les incertitudes de la suite du roman, mais c’est aussi ce qui en fait son charme. Personne ne peut spoiler l’histoire mais tout le monde est le bienvenu pour y participer.

Nous accueillons  Mourad Boudjellal. Nous savons combien il aime sa ville et il n’a rien à prouver à ce sujet.

Nous lui demandons simplement de respecter notre histoire et nos valeurs.

Qu’il ait pu, dans le passé, blesser les amoureux du Sporting et les amateurs de foot en général, nous mettons cela plus sur une envie de faire parler de lui que sur un réel jugement.

Maintenant, nous osons espérer qu’il saura modérer son langage et qu’il réfléchira à deux fois avant de lancer des piques. Car les couleurs azur et or se respectent et de ce côté-là ce sera tolérance zéro…

Merci à notre Maire d’avoir su créer une situation particulière pour que Claude Joye et Mourad Bodjellal trouvent enfin un accord. Chacun a fait un pas pour le bien du SCT et nous les remercions sincèrement.

Ensemble, ils seront plus forts, ensemble nous serons vainqueurs. Qu’ils aient, l’un et l’autre, la volonté de laisser leurs intérêts personnels de côté et qu’ils puissent tirer dans le même sens, tel est notre souhait.

Car Claude Joye et Mourad Bodjellal, n’oubliez pas que vous êtes, tous les deux, sous le signe de la devise de notre chère ville : " Concordia parva crescunt "



Bureau SOCIOS

mercredi 20 mai 2020

JOYE / BOUDJELLALL


Loin de nous l’intention de nous immiscer dans le débat autour du Sporting mais plutôt faire preuve de bon sens et de pragmatisme. Puisqu’il semble que les clubs de supporters ont décidé de s’inviter dans la discussion, il nous a paru important d’essayer d’y voir plus clair.
Les supporters que nous sommes n’ont pas ou très peu été consultés sur un quelconque avis, qui de toute façon ne pèserait guère lourd. Si chacun peut se faire une idée du fiasco de la saison de l’équipe fanion et avoir son idée sur les causes de ce plantage, il est en revanche, plus difficile, d’avoir une vision claire et sereine de la saison prochaine. Nous savons juste qu’elle se prépare maintenant et qu’il nous faut impérativement ne pas la louper. Si chaque supporter s’est transformé cette année tantôt en entraineur, tantôt en dirigeant ou encore en recruteur, cela a pu alimenter les forums et les discussions d’après match mais à part faire vivre notre passion, cela ne va pas bien loin.

Alors, on a jeté en pâture à grands coups d’articles de presse, de tweets ou d’interviews, des phrases, tantôt humoristiques, tantôt sarcastiques, tantôt piquantes ou encore inutiles et mensongères pour nourrir le peuple toulonnais friand de ce genre d’exercice et pour que chaque camp tire un peu plus la couverture à lui. Aujourd’hui nous assistons à un match tendu et musclé entre Claude Joye et Mourad Boudjellal. Non pas un match de foot avec des règles, mais un combat de catch sans arbitrage, là où tous les coups sont permis.

Les supporters veulent-ils remplacer un arbitrage inexistant , la mairie est pour l’instant bien prudente, voire embarrassée ? Certains manifestent déjà leur intention d’en découdre, d’appeler un sauveur de tous leurs vœux et de mettre à la porte l’actuel dirigeant. Les supporters que l’on a très souvent négligés, voient là l’occasion quasi historique de jouer un rôle et de se faire entendre. Si cette intention est légitime, les moyens de le faire doivent être mûrement réfléchis et non décidés dans l’excitation.

Mais attention aussi à bien ouvrir les yeux, car pour nous, il est difficile de prendre parti. Trop d’éléments manquent pour défendre un camp plutôt que l’autre. Si nos seules informations sont uniquement les miettes ou plutôt les os que l’on nous donne à ronger dans la presse et celles portées par la rumeur, nous ne sommes pas en positon de nous déclarer pour l’un ni pour l’autre.

Les seuls faits concrets que nous possédons restent le passé de Claude Joye au Sporting depuis sa reprise et celui de Mourad Boudjellal au RCT. Leurs réussites ne sont pas les mêmes, mais jouaient-ils vraiment dans le même camp et à armes égales ?

On peut reprocher à Monsieur Joye une mauvaise communication, son manque de délégation, son aptitude à ne pas savoir toujours bien s’entourer, ses choix malheureux. On peut lui reprocher son entêtement, sa difficulté à reconnaître ses erreurs et son manque d’humilité. Mais on peut aussi penser que sans lui, on ne sait pas où en serait le club aujourd’hui. On ne sait pas ce qui serait advenu des 800 licenciés actuels, des éducateurs et des supporters. On ne serait sans doute pas là aujourd’hui à discuter d’avenir… 

Nous le disons en toute honnêteté, il nous est impossible de vouloir balayer d’un revers de main dix ans d’histoire du Sporting, pour nous abandonner à des chimères. Car si M. Boudjellal a l’air sincère, s’il nous fait rêver et espérer un avenir glorieux que l’on n’atteindra jamais sans lui, nous ne savons pas quel prix il faudra payer et même si les recettes qui ont marché au rugby sont applicables au foot. On imagine son immense carnet d’adresse, on sait sa faculté à mettre le club qu’il dirige en lumière, on connaît sa gouaille face aux médias, mais est-on certain que cela fonctionne en N2 ?

Quand on annonce, pour faire un effet, des entraineurs et des joueurs qui font rêver et qu’on apprend ensuite par la bouche des intéressés que tout ceci n’est que pure fiction, on a du mal à y voir clair.

Naïvement on a espéré un instant que les deux hommes allaient trouver un terrain d’entente et qu’ils pourraient collaborer et tirer dans le même sens. Mais les égos de chacun ont eu raison de l’intérêt commun. Il n’y aura pas semble-t-il d’union sacrée, pour reprendre une formule chère à notre actionnaire principal.

Les supporters peuvent-ils encore faire pencher la balance d’un côté ? La mairie peut-elle imposer ses choix ? Et comment sortir de la crise ?

Il faudra patienter encore quelques jours ou semaines pour obtenir un semblant de réponse. Pour l’instant l’équipe en place travaille à la saison prochaine, que cela nous plaise ou non.

La seule certitude c’est que sur le terrain, l’an prochain, ce sera encore une nouvelle bataille et un nouveau défi.

Le SCT aurait pourtant tant besoin de cohésion en ce moment et il serait dommage que la presse pousse les supporters à se déchirer, car le club n’en sortirait pas grandi.

La saison 2019/2020 a été, à tous les points de vue, une saison atypique. Pourvu que l’intersaison le soit moins…



L'association des Socios


vendredi 13 mars 2020

MATCH SUSPENDU

La décision a été rapide à la suite des déclarations du président de la République. Toutes les compétitions sont suspendues jusqu’à nouvel ordre.
« Les annonces du Président de la République amènent la FFF à prendre sans ambiguïté ses responsabilités pour contribuer à endiguer la crise sanitaire qui touche notre pays. Dès aujourd’hui, je souhaite annoncer la suspension de l’ensemble des activités dépendant de la Fédération. Les championnats de jeunes et amateurs, les rassemblements, les entraînements et l’activité des écoles de football sont interrompus, et reprendront des que les conditions sanitaires le permettront. »
Ce jeudi soir, un communiqué de presse de Noël Le Graët annonce la suspension de tous les championnats gérés par la Fédération Française de Football que ce soit au niveau national, régional et départemental. Le football amateur est donc mis en parenthèse jusqu’à nouvel ordre.


Source FOOT AMATEUR

mercredi 11 mars 2020

WEEK END DU 13 MARS 2020 PREMIERE VICTOIRE A L'EXTERIEUR ?

26 EME JOURNEE

                                                                Source FB SCT


ADVERSAIRE : US CONCARNEAU












CLASSEMENT : 11 EME AVEC 31 POINTS


BIOGRAPHIE : L'Union Sportive Concarnoise, couramment abrégée en US Concarneau ou USC, est un club français de football fondé le 11 mars 1911 et basé àConcarneau dans le Finistère. Le club du président Jacques Piriou évolue depuis 2016 en National.


LE DERNIER RESULTAT


V/V/V/V



JOUEUR A SUIVRE : ANDREW JUNG  ATTAQUANT /3 buts

                                                     Source FRANCE BLEU.FR


ARTICLE / DAVID D.


samedi 7 mars 2020

Encore défait à domicile, le Sporting atteint d’un étrange virus.




On s’en doutait depuis plusieurs semaines, mais les spécialistes sont unanimes. Hier soir, ils ont eu la confirmation de la présence d’un virus mystérieux qui frappe l’équipe. Comment l’équipe l’a contracté, là est toute la question. Nous n’avons pas pu identifier précisément qui était le patient zéro. Certains pensent qu’il s’agit de Claude Joye ou de Jean-Marc Ferreri, d’autres misent plutôt sur Victor Zvunka, d’autres encore penchent plutôt vers un collectif de joueurs.
Les symptômes constatés, sont les mêmes depuis plusieurs semaines. Une incapacité à tenir un score, une propension à reculer et à ne jouer qu’une mi-temps et une allergie chronique à scorer.
Face à Créteil, le Sporting s’est encore enfermé dans ce schéma. Auteur cependant d’une jolie première période, pleine d’allant, dynamique et assez offensive, le SCT a été l’ombre de lui-même au retour des vestiaires, incapable de se mettre à l’abri et pire que ça, encaissant deux buts, là où il n’y avait pas la place. Ajoutez là-dessus le manque d’inspiration de Gomis qui avait la balle de l’égalisation, des interprétations d’arbitrage peu favorables, la sortie prématurée et incompréhensible de Philippe, et vous comprendrez que le virus continue de faire des ravages…
C’est pourtant Ranieri, assez remuant, qui tente le premier une frappe qui passe au-dessus. Puis, plus tard, Veron est contraint à une superbe parade face à Philippe au 1er poteau, qui décroche un tir cadré.
Sur un coup-franc visiteur, c’est Andreani qui s’emploie à sortir une balle brûlante qui filait sous la transversale.
Peu avant la pause, les Toulonnais ont un bon coup-franc à jouer. Ranieri ou Moulet sont près du ballon, presque à la limite de la surface et c’est finalement Ranieri qui s’y colle. Bon choix, puisqu’il loge parfaitement sa balle dans les cages sans que Veron n’ait le temps de réagir. (Toulon 1 – Créteil 0) 40’.
Au retour des vestiaires, les Toulonnais sont cueillis à froid par un coup-franc en retrait, transformé par Diallo, libre de tout marquage, qui place parfaitement son ballon pour égaliser (51’) SCT 1 – Créteil 1.
Au cours d’une belle contre-attaque, Diallo centre pour Sangaré qui crucifie Andreani à la 63ème. Hors-jeu ou pas, le but est bien validé. SCT 1 – Créteil 2
Sur un coup-franc de Bayo, Gomis hérite d’un superbe ballon mais se manque incroyablement alors qu’il avait la possibilité d’égaliser.
En fin de partie, Guilavogui dans la surface, transmet à Gomis qui surgit et qui troue les filets. Mais une position de hors-jeu est alors signalée… Décidément quand ça ne veut pas…
Plus grand-chose à ajouter et tous les vaccins du monde semblent vains tant la fin de saison paraît inéluctable. Et même si un remède est prochainement tenté, ce sera maintenant un bandage sur une jambe de bois…

Article FRANZ A.

jeudi 5 mars 2020

WEEK END DU 6 MARS 2020 REPARTIR VERS LES 3 POINTS

25 EME JOURNEE

                                                          Source FB SCT



ADVERSAIRE : CRETEIL LUSITANOS










CLASSEMENT : 10 EME AVEC 32 POINTS

BIOGRAPHIE : L'US Créteil-Lusitanos est un club de football fondé en 1936 basé à Créteil (Val-de-Marne), dans la banlieue sud-est de Paris et est présidé par Armand Lopes. Le club est créé en 1936 et s’inscrit dans une démarche pluridisciplinaire. Le plus haut niveau atteint par le club est la deuxième division. À la suite de huit saisons consécutives en Ligue 2, le club est relégué en National en 2007 et en reste pensionnaire jusqu'à la saison 2012-2013 qui voit le club remonter en Ligue 2. Il reste seulement 3 ans à ce niveau et retombe en troisième division lors de la saison 2015-2016.



LE DERNIER RESULTAT


D/D/V/N




JOUEUR A SUIVRE : YANNIS DOGO  / MILIEU / 1 BUT


Source : uscl.fr


Article DAVID D.


samedi 29 février 2020

LOURDE DEFAITE, DURE A L’AVALER ! (Laval 3 – SCT 0)

Consternation et colère du côté du Stade Le Basser, à l’issue de la rencontre, où l’on espérait une réaction toulonnaise, après l’encourageant 3-0 face à Villefranche. Au lieu de cela, on nous aura servi un piètre spectacle, dénué d’intérêt et sans l’envie qui aurait dû être de mise chez une équipe désireuse de jouer le maintien.
Le Sporting fait illusion pendant les 10 premières minutes de la partie, même si Laval alerte dès la 1ère minute, puis à la 7ème minute, le portier varois. Mais un pénalty un peu sévère vient redonner des couleurs aux tangos à la 12ème minute. Robic ne laisse aucune chance à Andreani qui plonge pourtant du bon côté.
Il faut attendre la 22ème minute pour voir une timide occasion toulonnaise. Et six minutes plus tard c’est Laval qui rate de peu le break.
Après la pause, le SCT change de tactique et fait rentrer du sang neuf avec Gomis et Bayo en lieu et place de Zouaoui et Muyumba.
Pourtant ce n’est pas mieux et on se prend un but d’école à la 51ème. Plus tard, on se demande encore comment l’attaquant lavalois a pu rater son duel, seul face à Andreani à la 75ème.
Gomis va tenter de porter davantage de danger devant les cages lavaloises mais sans succès.
Ranieri est remplacé par Preira à la 79ème. Et Laval se paye le luxe d’enfoncer le clou sur corner à la 83ème minute !
L’addition est lourde pour des toulonnais qui ont fait tourner le ballon jusqu’au bout et pour une équipe locale, certes bien en place, mais avec aussi beaucoup de déchets. Mais les joueurs de Laval se sont montrés réalistes et ont su se créer les occasions qui nous ont fait défaut.
On peut dire que ça sent vraiment les rillettes ! Pourtant la soirée aurait pu être excellente d’un point de vue comptable si les SCT avait fait le job, car nos concurrents directs ont tous eu la bonne idée de s’incliner… Ce manque de réaction a de quoi interroger et elle peut ressembler de l’extérieur à un sabordage en règle.
Il reste cependant encore 10 matches et un mince espoir de figurer parmi les meilleurs relégables. Il faut exploiter la moindre chance à fond et jusqu’au bout, car on sait que la situation financière de certains clubs amène chaque année son lot de surprise dans les relégations et dans les repêchages.
Vu que les dernières chances de maintien viennent de s’envoler, s’il reste une once de dignité et d’orgueil à cette équipe, nous lui demandons juste de faire le nécessaire pour ne pas finir dernière et il sera alors temps de s’en remettre au destin. Mais s’il vous plait, ne baissez pas les bras avant que d’avoir tout tenté, car à Toulon, cela n’a jamais fait partie de notre ADN.



jeudi 27 février 2020

CONFIRMER LA PREMIERE VICTOIRE

WEEK END DU 28 FEVRIER 2020

                                                                      Source FB SCT


24 EME JOURNEE

ADVERSAIRE : LAVAL










CLASSEMENT : 9 EME AVEC 32 POINTS


BIOGRAPHIE : Le Stade Lavallois Mayenne Football Club, appelé plus communément Stade Lavallois, est un club de football amateur français, fondé le 17 juillet 1902 àLaval. En mai 2017 le club est relégué en National 1, Christian Duraincie démissionne quelques jours après la fin du championnat. Philippe Jan est nommé président du directoire.


LES DERNIERS RESULTATS


N/D/V/D


JOUEUR A SUIVRE : ROBERT MAAH  / ATTAQUANT / 3 BUTS

Source STADE LAVALLOIS.COM